Song Kang-Ho, Chang Hyae Jin, Woo-sik Choi, Park So-Dam dans une scène du film Parasite (2019) de Bong Joon-ho.
Song Kang-Ho, Chang Hyae Jin, Woo-sik Choi, Park So-Dam dans une scène du film Parasite (2019) de Bong Joon-ho.
Song Kang-Ho, Chang Hyae Jin, Woo-sik Choi, Park So-Dam dans une scène du film Parasite (2019) de Bong Joon-ho. - The Jokers / Les Bookmakers
Song Kang-Ho, Chang Hyae Jin, Woo-sik Choi, Park So-Dam dans une scène du film Parasite (2019) de Bong Joon-ho. - The Jokers / Les Bookmakers
Song Kang-Ho, Chang Hyae Jin, Woo-sik Choi, Park So-Dam dans une scène du film Parasite (2019) de Bong Joon-ho. - The Jokers / Les Bookmakers
Publicité
Résumé

Parasite de Bong Joon-ho, film de l'année 2019 à de nombreux égards, nous fait entendre une utilisation remarquable de la musique. Elle structure le récit et joue un rôle de référentiel lorsque quelques notes baroques composées il y a plusieurs siècles ou spécifiquement pour ce film surgissent...

En savoir plus

Un appartement en sous-sol. Une fenêtre au ras du trottoir sur laquelle s’écrivent les noms des acteurs et de l'équipe du film. Pendant ce temps, une musique déroule, répétitive, sobre, façon Metamorphosis de Philip Glass. Dès les premières secondes du film, la ritournelle jouée au piano et agrémentée de quelques notes d’un instrument associé à l’enfance, le glockenspiel, nous dit que ce film a la valeur d’un conte. Il était une fois donc, une famille très pauvre et soudée qui vivait dans un appartement vétuste de Séoul et qui poussée par la faim, allait bientôt mettre au point un plan machiavélique. Se débarrasser de deux domestiques d’une famille riche pour prendre leur place. Ce conte a-t-il une morale ? Rien n’est moins sûre, car cette douce musique d’ouverture n’est ni triste ni joyeuse et oscille entre tonalité majeure et mineure, sans faire de choix, entre l’ombre et la lumière.

Après avoir été embauchés, les deux enfants de la famille veulent que leurs parents les rejoignent et prennent la place de l’actuel chauffeur et de la cuisinière de la famille aisée. Intervient alors une longue séquence dont vous vous souvenez très certainement si vous avez déjà vu ce film. Celle de l’embauche du nouveau chauffeur et du terrible stratagème que la famille met au point pour mettre hors-jeu l’actuelle cuisinière. La musique change alors du tout au tout et prend une ampleur grave et nouvelle.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Jeux de question réponse entre instruments solistes façon concerto grosso du 18e siècle, basse continue jouée par les cordes graves et un clavecin, marche harmonique typique de Vivaldi, Bach ou Haendel, cette musique intitulée The Belt of Faith, la ceinture est un véritable pastiche de la musique baroque signé Jeong Jae-il.

7 min

Associée à une succession de plans, dont certains très esthétiques, tournés au ralenti, ce faux concerto grosso sert de liant à l’une des plus belles scènes du film et nous indique un point de bascule dans Parasite. C’est le moment où l’on assiste à la dernière étape du plan démoniaque de la famille. Après un ultime coup bas, elle sera enfin réunie et sauvée de la misère. La musique du film nous fait alors entendre des choeurs d’enfants et de faux airs anciens que n’auraient pas renié Georges Delerue mais aussi de véritables airs baroques dont une aria extraite de l’opéra Rodelinda de Haendel.

4 min

Quand une invitée de la famille aisée chante du Haendel lors de l’anniversaire d’un petit garçon ou lorsque cet air accompagne des plans de la grande maison, impossible de ne pas penser à un usage référentiel de la musique baroque. Elle est utilisée comme on le voit trop souvent au cinéma ou à la télévision c’est à dire comme un symbole de l’opulence et de la bourgeoisie. Une classe sociale vers laquelle la famille démunie et usurpatrice aimerait tendre et ce par tous les moyens, au risque de se brûler les ailes…

4 min