Le pianiste Nelson le 28 Novembre1968.
Le pianiste Nelson le 28 Novembre1968.
Le pianiste Nelson le 28 Novembre1968. - Evening Standard/Hulton Archive/Getty Image
Le pianiste Nelson le 28 Novembre1968. - Evening Standard/Hulton Archive/Getty Image
Le pianiste Nelson le 28 Novembre1968. - Evening Standard/Hulton Archive/Getty Image
Publicité
Résumé

Nelson Freire est indissociable du Brésil. Il aura vécu toute sa vie à Rio de Janeiro et c'est dans cette ville qu'il s'est éteint hier. Hommage au pianiste et à l'amour qu'il portait aux musiques de son pays.

En savoir plus

Minha Terra. Mon pays. A côté du titre, une écriture enfantine a laissé ces quelques mots : « ma partition préférée ». Nelson Freire a 6 ans et passe la plupart de son temps devant le piano Zimmerman importé d’Allemagne par sa mère, qui trône fièrement dans le salon de la maison familiale à Rio de Janeiro. Et de tous les morceaux entendus et appris jusque-là, c’est Minha Terra, cette petite rêverie du brésilien Joaqim Antonio Barroso-Netto qui lui procure le plus de joie.

4 min

Les promenades dans le quartier d’Ipanema, la douceur des nuits passées sur la plage, les improvisations sur des mélodies populaires et à la mode. Tous ces souvenirs d’enfance qui composaient ce qu'il appelait les meilleures années de sa vie, est-ce à cela que pensait Nelson Freire lorsqu’il jouait cette pièce des années plus tard ? Cette œuvre ne l’a, en tout cas, jamais quitté. Il finit même par l’enregistrer en 2012 au sein d’un disque consacré tout entier à la musique brésilienne. 

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un album intitulé Brasileiro où Nelson Freire montre qu’il n’était pas seulement un très grand interprète des œuvres de Brahms et Chopin mais qu’il pouvait jouer avec une précision extrême des œuvres de ses compatriotes Heitor Villa-Lobos, qu'il a enregistré plusieurs fois au cours de sa vie mais aussi Camargo Guarnieri, Henrique Oswald, Alexandre Levy, Francisco Mignone ou ou encore cette redoutable Toccata de Claudio Santoro qu’il avait réussi par dompter à ses 14 ans.

Comme la pianiste brésilienne Guiomar Novaes ou Martha Argerich, deux amies qu’il admirait, Nelson Freire a donc lui aussi contribué à faire connaître tout un répertoire de musiques brésiliennes parfois peu connues et inspirées par des rythmes et des mélodies populaires. En témoigne cette pièce de Villa Lobos, une évocation de la danse sertao avec son accompagnement comme des accords de guitare imaginaire qui se balancent entre rythme à deux et trois temps…

4 min

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Sans ces œuvres apprises dans l’enfance et l’adolescence heureuse passées à Rio de Janeiro où il a fini ses jours, Nelson Freire ne serait peut-être jamais devenu ce pianiste qu’Antonio Carlos Jobim considérait comme "une comète que l’on voit passer une fois par siècle."

Références

Programmation musicale

  • 08h18
    Nocturne nº8 en Ré bémol Maj op 27 nº2 pour piano : Lento sostenuto
    Nocturne nº8 en Ré bémol Maj op 27 nº2 pour piano : Lento sostenuto
    Frédéric Chopin (Compositeur)
    Nocturne nº8 en Ré bémol Maj op 27 nº2 pour piano : Lento sostenuto

    Nelson Freire (Piano)

    Album Chopin / The nocturnes 1à 20 / Freire (2010)
    Label DECCA

L'équipe

Max Dozolme
Max Dozolme
Max Dozolme
Production
Yassine Bouzar
Réalisation