Pochette de l'album Tubular Bells (1973) de Mike Oldfield et détail de l'affiche du film L'Exorciste de William Friedkin
Pochette de l'album Tubular Bells (1973) de Mike Oldfield et détail de l'affiche du film L'Exorciste de William Friedkin
Pochette de l'album Tubular Bells (1973) de Mike Oldfield et détail de l'affiche du film L'Exorciste de William Friedkin - Virgin / Warner
Pochette de l'album Tubular Bells (1973) de Mike Oldfield et détail de l'affiche du film L'Exorciste de William Friedkin - Virgin / Warner
Pochette de l'album Tubular Bells (1973) de Mike Oldfield et détail de l'affiche du film L'Exorciste de William Friedkin - Virgin / Warner
Publicité
Résumé

Une introduction à Tubular Bells de Mike Oldfield. Un disque révolutionnaire composé d’une seule oeuvre, sans voix, ni batterie. L’identité musicale du film L’Exorciste fut aussi pour un adolescent de 17 ans une façon d’exorciser ses propres peurs…

En savoir plus

C’est une étrange ritournelle qui résonne dans les bureaux new-yorkais du label Atlantic Records en cette fin d’année 1973. Le patron, Ahmet Ertegün fait découvrir à son ami, le réalisateur William Friedkin, un disque venu de Grande-Bretagne. Une nouveauté sorti il y a quelques mois chez Virgin, un tout nouveau label anglais. Quand Ertegün lance le disque sur la platine vinyle de son bureau, Friedkin a une révélation. Ce thème joué par un piano, un orgue et un glockenspiel est paradoxal, il sonne comme une mélodie enfantine et pourtant il est inquiétant. Il sera donc parfait pour accompagner quelques scènes de son nouveau film qui raconte justement l’histoire d’une jeune fille possédée par un démon.

Le succès fulgurant de L’Exorciste et par conséquent de Tubular Bells sonnent comme une délivrance pour Mike Oldfield. Aujourd’hui au sommet des Charts anglais et américain, il n’a pas oublié ce passé pas si lointain ou des maisons de disques lui avaient fermé la porte au nez. On lui disait que personne n’écouterait un album composé d’une seule oeuvre, sans paroles ni batteries, que ce projet était mort-né car il ne pourrait pas être diffusé à la radio. Mais Oldfield a tenu bon. Il ne pouvait pas faire autrement car ce projet était pour lui une sorte de rédemption, le fruit d’un important travail, sa victoire sur la dépression, une oeuvre longue et ambitieuse qui se rapprochait alors de son idéal artistique !

Publicité

À lire aussi : The Wall de Pink Floyd : dynamiter les frontières entre rock et opéra

Mike Oldfield tente de convaincre les majors anglaises. Il leur explique que cette musique inspirée par les oeuvres des compositeurs minimalistes américains n’a pas vocation à être diffusé à la radio. Elle doit s’écouter dans son intégralité, sur un disque. Ce n’est que dans ces conditions que l’on peut apprécier les évolutions des motifs musicaux, la superposition des instruments et la transformation de son thème inaugural. Il cache d'ailleurs un secret car il est construit sur une alternance phrases musicales de 7 et de 8 temps. C’est pour cette raison qu’il n’est jamais redondant et qu’il dégage une sensation d’étrangeté.

À lire aussi : Les compositions venues d’ailleurs de Kevin Ayers

Le rêve de Mike Oldfield s’est finalement accompli lorsque Virgin, un tout nouveau label anglais a finalement invité le musicien à venir enregistrer en studio. C’est dans un manoir du XVe siècle que le multi-instrumentiste a pu enregistrer les différents instruments de Tubular Bells. Un piano, des guitares, une mandoline, une basse, des flûtes tout un tas de percussions et notamment des cloches tubulaires laissées-là par John Cale lors d’un précédent enregistrement. Des cloches tubulaires, habituellement reléguées au fond d’un orchestre symphonique et qui deviennent les héroïnes de l’opus 1 d’Oldfield. Elles sont le titre de l’oeuvre, l’identité de la pochette de l’album et le climax de Tubular Bells lorsque frappée par un marteau d’acier, elles résonnent, toutes puissantes, comme une bénédiction pour Mike Oldfield !

À lire aussi : Pet Sounds des Beach Boys : une symphonie pop

Références

Programmation musicale

  • 08h20
    Tubular bells : Part 1
    Tubular bells : Part 1
    Mike Oldfield
    Tubular bells : Part 1
    Album Mike oldfield : Tubular bells (1973)
    Label VIRGIN (VRGN CDV 2001)

L'équipe

Max Dozolme
Max Dozolme
Max Dozolme
Production
Yassine Bouzar
Réalisation