La gamme octotonique
La gamme octotonique
La gamme octotonique - Getty
La gamme octotonique - Getty
La gamme octotonique - Getty
Publicité
Résumé

Partons à la découverte d'une gamme qui évoque des mondes pleins de mystère, un ciel brouillé chez Debussy, un monde de science-fiction avec Alan Silvestri... la très jazzy gamme octotonique !

En savoir plus

Dans la plupart des musiques que l’on écoute tous les jours, on a l’habitude d’entendre des gammes mineures ou des gammes majeures. Mais il arrive parfois que les compositeurs utilisent d’autres gammes un peu plus exotiques comme celle qui nous intéresse plus particulièrement ce matin, à savoir la gamme octotonique, aussi nommée "octatonique", "demi-diminuée" ou encore "mode de Bertha". Une gamme qui repose sur une alternance stricte de petits intervalles, les demi-tons et de plus grands intervalles : les tons. Quand on alterne les tons et les demi-tons on obtient une gamme octotonique. Une échelle de huit notes qui épice les partitions et leur apporte beaucoup de mystère. Par exemple chez Debussy, elle symbolise un ciel mouillé dans le Nocturne intitulé « Nuages »…

À lire aussi : La gamme par tons de Debussy à Stevie Wonder

Certains musicologues ont trouvé des exemples de gamme octotonique chez Beethoven ou Scarlatti mais c’est surtout au 19e siècle que les compositeurs comme Liszt, Debussy ont commencé à l’employer. Les Russes et notamment Rimski-Korsakov, Scriabine et Stravinsky sont aussi très friands de la gamme octotonique et des accords de septième diminuée qu'elle génère. On en trouve un exemple saisissant dans la scène du couronnement de Boris Godounov, l'opéra chef-d’oeuvre de Modeste Moussorgski. Ici, la gamme octotonique nous plonge dans une ambiance inquiétante comme pour nous dire que le tsar Boris Godounov est aussi un criminel. 

Publicité

À lire aussi : Des accords terrifiants : les triades mineures

Parce qu’elle provoque une impression de flottement, d’étrangeté, de nombreux compositeurs de musiques de film ont aussi recours à la gamme octotonique. Elle rythme des scènes d’action ou futuristes. Il s'agit même de la signature harmonique d’Alan Silvestri qui l’utilise à foison dans les bandes originales des films Predator, Retour vers le Futur ou Fandango.

À lire aussi : Le tétracorde de Händel à Ray Charles

La gamme octotonique n’est pas forcément synonyme de ciel gris, de drame ou d’ambiance futuriste, c’est aussi un ingrédient très utilisé dans le jazz. Alan Silvestri a lui-même beaucoup étudié les solos de Coltrane, certains plans de Herbie Hancock ou encore de Django Reinhardt où l’on retrouve la gamme octotonique. Voici justement pour finir un exemple parmi tant d’autres : cette plongée dans un monde aquatique avec la pièce Nymphéas de Django Reinhardt où l’on peut entendre, jouée à la clarinette, une belle gamme octotonique qui donne à ce swing lent cette couleur impressionniste si proche d’une partition de Debussy. 

À lire aussi : La gamme pentatonique : une langue universelle

À lire aussi : Django Reinhardt reprend le Concerto en ré mineur BWV 1043 de Bach

Références

Programmation musicale

08h19
Concerto en Ré Maj : Con bravura
Concerto en Ré Maj : Con bravura
Leonardo Leo
Concerto en Ré Maj : Con bravura

Interprètes Andrès Gabetta, Sol Gabetta

Album Sol Gabetta : Il progetto Vivaldi / Vol.2 (2011)
Label Sony (88697932302)
08h23
Sadko : O chênaie ombreuse (Tableau II) Air de Sadko
Sadko : O chênaie ombreuse (Tableau II) Air de Sadko
Nicolas Rimski-Korsakov
Sadko : O chênaie ombreuse (Tableau II) Air de Sadko

Interprètes Valery Gergiev, Vladimir Galusin

Album Nicolas Rimski-Korsakov : Sadko (1994)
Label Philips (442138-2)

L'équipe

Max Dozolme
Max Dozolme
Max Dozolme
Production
Yassine Bouzar
Réalisation