Steve Howe au Wembley Empire Pool le 24 octobre 1977.
Steve Howe au Wembley Empire Pool le 24 octobre 1977. - Gus Stewart/Redferns
Steve Howe au Wembley Empire Pool le 24 octobre 1977. - Gus Stewart/Redferns
Steve Howe au Wembley Empire Pool le 24 octobre 1977. - Gus Stewart/Redferns
Publicité

Ecoutons quelques titres de Yes, un quintette de rock progressif britannique qui a rendu hommage à des compositeurs qui les inspiraient : Bach, Holst et Brahms.

Yes est un groupe à deux visages. Il y a le Yes deuxième manière, celui des années 80 et leur tube Owner of a lonely heart qui culmine au sommet des Charts. Et puis il y a le Yes des années 70 qui a donné ses lettres de noblesses au rock progressif, ce style musical qui mélange des des esthétiques rock, jazz et classique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Chansons de structure complexe et longues comme des poèmes symphoniques, rythmes imprévisibles et enchaînement d’accords contre-intuitifs à la Stravinsky. Certains morceaux de Yes peuvent s’entendre comme des concertos pour instruments amplifiés. Un concerto ou plutôt une "Suite pour guitare", le surnom que le groupe donnait à un autre titre célèbre : Roundabout.

Publicité
4 min

L’une des signatures de Yes, un trait saillant de leur langage musical c’est leur fascination pour une écriture polyphonique. L’art de mélanger harmonieusement différentes lignes musicales indépendantes. Dans l’histoire de la musique, Jean-Sébastien Bach est considéré comme le maître indépassable de la polyphonie et du contrepoint. Bach dont le guitariste Peter Banks cite un extrait de la fugue en ut mineur du Clavier Bien tempéré dans le tout premier album de Yes et la chanson "I See You"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un an plus tard le riff de la chanson The Prophet sortie en 1970 reprend une autre œuvre classique, le chef d'oeuvre de Gustav Holst, Les Planètes et plus précisément de quelques mesures de "Jupiter, celui qui apporte la joie".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Mais la citation classique la plus célèbre de Yes est probablement celle que l’on trouve dans le très court Cans and Brahms. Un arrangement la Quatrième Symphonie de Johannes Brahms qui superpose six pianos électriques, quatre orgues, deux clavecin et un synthétiseur Moog enregistrés Rick Wakeman, le claviériste de ce groupe qui semble vouloir nous dire avec ce morceau : "mélanger du rock et du classique ? Yes we can !"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

4 min
4 min