Georg Friedrich Handel peint par Philippe Mercier / Stefan Zweig photographié en 1925.
Georg Friedrich Handel peint par Philippe Mercier / Stefan Zweig photographié en 1925.
Georg Friedrich Handel peint par Philippe Mercier / Stefan Zweig photographié en 1925. - DeAgostini/ Imagno/ Getty Images
Georg Friedrich Handel peint par Philippe Mercier / Stefan Zweig photographié en 1925. - DeAgostini/ Imagno/ Getty Images
Georg Friedrich Handel peint par Philippe Mercier / Stefan Zweig photographié en 1925. - DeAgostini/ Imagno/ Getty Images
Publicité
Résumé

Il y a 280 ans jour pour jour était créée l’une des plus belles œuvres sacrées de l’histoire de la musique : le Messie de Georg Friedrich Händel ! Un oratorio synonyme de de joie, d’espoir, de résurrection et même de trésor de l’humanité selon l’écrivain Stefan Zweig.

En savoir plus

En ce début du mois d’avril 1742, la ville de Dublin est en émoi. La presse de l’époque annonce dans ses colonnes qu’un nouvel oratorio de Georg Friedrich Händel sera donné à l’occasion de Pâques le 12 avril 1742. Il s’agira d’un concert caritatif, en effet, tous les bénéfices de la vente des billets seront reversés aux détenus de plusieurs prisons de la ville mais aussi à des établissements de santé. Le jour du concert, la salle de musique de Fishamble Street est bondée. Pour que 700 personnes puissent entrer dans la salle, on a même demandé aux hommes de venir sans épée et aux femmes de laisser leurs volumineuses robes à panier à la maison !

À lire aussi : 1742, Georg Friedrich Händel crée le Messie

Le concert est un immense succès. Certaines personnes qui ont assisté à la création du Messie disent même n’avoir jamais entendu une oeuvre aussi belle ! C’est un grand soulagement et même une certaine revanche pour Händel. En effet, un an plus tôt en 1741, son dernier opéra Deidamia avait été un échec cuisant. Händel avait jugé bon de quitter Londres persuadé que cette ville qui l’avait accueilli pendant des années ne voulait plus de lui. Installé à Dublin, Händel reprend peu à peu des forces et c’est, comme à son habitude, en très peu de temps, 24 jours seulement, qu’il compose son Messie d’après un livret de son ami Charles Jennens.

Publicité

À lire aussi : Les métamorphoses de l’Ave Verum Corpus de Mozart

Le fait que Händel ait écrit une oeuvre aussi lumineuse en si peu de temps, au moment où il était au plus bas et où tout semblait perdu, a fait couler beaucoup d’encre et notamment celle de l’écrivain autrichien Stefan Zweig qui écrivit en 1927 un petit ouvrage génial intitulé « Les Très Riches Heures de l’Humanité ». Ce livre est un recueil d’événements historiques, de grandes découvertes et de créations artistiques qui ont changé le cours de l’Histoire. Zweig raconte la Prise de Byzance, la découverte de l’Eldorado, la bataille de Waterloo mais aussi comment, selon-lui, Händel a, en quelques sortes, ressuscité en composant son oratorio.

À lire aussi : La quête musicale d’Agatha Christie

Il faut lire cette histoire romancée qui nous dit que Händel, déprimé et malade reçoit tout d’abord le texte de son ami comme un affront puis comment les mots sacrés résonnent en lui et lui dicte une musique miraculeuse. « Alleluia ! Alleluia ! Alleluia ! Oui confondre dans ce cri toutes les voix de la terre, aiguës et graves, les voix fermes des hommes, celles souples des femmes, les faire vocaliser, chanter crescendo, à pleine gorge, les unir, les désunir en un chœur bien rythmé, leur faire monter et descendre une échelle de Jacob diatonique, les apaiser par la douce caresse des violons, les enflammer aux appels stridents des cuivres, les faire mugir dans le tonnerre de l’orgue : Alleluia ! Alleluia ! Alleluia ! Faire de ce mot, de ce cri de gratitude, un cri d’allégresse qui monte de la terre jusqu’au Créateur de l’univers. » (traduction : Alzin Hella, Belfond (1989).)

À lire aussi : Les multiples reprises du Canon de Pachelbel

Références

Programmation musicale

  • 08h17
    Shadow love
    Shadow love
    David Enhco
    Shadow love

    Interprètes Thomas Enhco, Florent Nisse, Gautier Garrigue, Quatuor Voce

    Album Family tree (2022)
    Label NOME
  • 08h22
    Le messie : N.44 chorus - hallelujah
    Le messie : N.44 chorus - hallelujah
    GEORG FRIEDRICH HAENDEL
    Le messie : N.44 chorus - hallelujah

    Interprètes GEORG FRIEDRICH HAENDEL, CHRISTOPHER HOGWOOD,

    Album Le Messie HWV 56 (intégrale)
    Label L'OISEAU-LYRE (411 858-2)

L'équipe

Max Dozolme
Max Dozolme
Max Dozolme
Production
Yassine Bouzar
Réalisation