Pochette de l'album Pet Sounds des Beach Boys sorti en 1966.
Pochette de l'album Pet Sounds des Beach Boys sorti en 1966.
Pochette de l'album Pet Sounds des Beach Boys sorti en 1966.  - Capitol Records
Pochette de l'album Pet Sounds des Beach Boys sorti en 1966. - Capitol Records
Pochette de l'album Pet Sounds des Beach Boys sorti en 1966. - Capitol Records
Publicité
Résumé

Aujourd’hui Max Dozolme nous parle de l’un des albums de pop les plus importants de l’Histoire. "Pet Sounds", un disque conçu par le leader de Beach Boys, Brian Wilson, où des instruments rares et de l'orchestre dialoguent avec un effectif pop et des sons du quotidien.

En savoir plus

Les séances d’enregistrement ont commencé tôt ce 22 janvier 1966. Dans le très réputé studio Gold Star de Los Angeles, Brian Wilson se tient au milieu d’un étrange orchestre. A côté des guitares, basses et batterie de rigueur on trouve aussi des accordéons, un trombone, un cor d’harmonie, une mandoline, un clavecin, des timbales et un panel impressionnant de percussions. Aux musiciens, des vétérans de studio compagnons du producteur Phil Spector, de donner vie ensemble à cet ensemble hétéroclite, à cette symphonie pop nommée Pet Sounds

À réécouter : Phil Spector : "Une approche wagnérienne du rock’n’roll"

L’originalité de Pet Sounds repose en partie sur cette association d’instruments choisie par Brian Wilson. Pour écrire  « un nouveau genre de musique sentimentale sophistiquée », le leader des Beach Boys fait jouer ses chansons aux harmonies subtiles à des instruments étrangers à la pop traditionnelle. Ainsi l’introduction du titre God Only Knows fait-elle entendre deux accordéons, un clavecin, un cor d’harmonie, une clarinette et quelques flûtes.

Publicité

À réécouter : I Hear a new world : Les sons de l’espace

Pet Sounds est inspiré des orchestrations de Burt Bacharach, des sonorités du producteur Phil Spector mais aussi de l’album Rubber Soul des Beatles. Un disque sorti en décembre 1965 où l’on peut entendre un sitar ou encore un harmonium mais aussi des arrangements de cordes signés George Martin, le producteur des Beatles. Un geste musical dont se souviendra Brian Wilson quelques mois plus tard…

À réécouter : Atom Heart Mother : la tentation classique de Pink Floyd

Brian Wilson enregistre aussi des objets du quotidien comme des klaxons, des bouteilles de sodas ou encore les aboiements de son propre chien. Il fait également appel à des instruments très rares. Dans I Just Wasn’t Made for These Times on peut entendre des glissandi dans les aiguës entonnés par un Theremin, un instrument électronique inventé en 1920 qui se joue en agitant les mains dans les airs. 

À réécouter : Le clavecin et la pop baroque

L’originalité du son de Pet Sounds a désarçonné les fans des Beach Boys à la sortie du disque en 1966 mais devient un incontournable pour tous les groupes de rock progressif à venir. C’est aussi en écoutant Pet Sounds que les Beatles vont concevoir leur concept album Sergent Pepper’s Lonely Heart Club Band. Une belle manière de boucler la boucle.

À réécouter : George Martin : la touche classique des Beatles

Références

Programmation musicale

08h16
DELIBES Lakme - viens mallika (Acte I) duo lakme mallika / Support musical pour la publicite british airways
DELIBES Lakme - viens mallika (Acte I) duo lakme mallika / Support musical pour la publicite british airways
LEO DELIBES
DELIBES Lakme - viens mallika (Acte I) duo lakme mallika / Support musical pour la publicite british airways

Interprètes LEO DELIBES, GEORGES PRETRE, GIANNA D'ANGELO

L'équipe

Max Dozolme
Max Dozolme
Max Dozolme
Production
Yassine Bouzar
Réalisation