Collage photo représentant Gershwin composant Porgy and Bess
Collage photo représentant Gershwin composant Porgy and Bess - History & Art Images via Getty Images
Collage photo représentant Gershwin composant Porgy and Bess - History & Art Images via Getty Images
Collage photo représentant Gershwin composant Porgy and Bess - History & Art Images via Getty Images
Publicité

Il a 86 ans aujourd’hui Porgy and Bess de George Gerswhin était créé le 30 septembre 1935. Un opéra où l’on peut entendre une berceuse qui réunit les passionnés de musique classique, de jazz et de blues : Summertime.

"Summertime and the living is easy", "Saison d’été et la vie est facile". Un texte optimiste contrebalancé par le balancement douloureux des cordes qui nous fait ressentir que non, le quotidien n’est pas facile pour des Afro-Américains qui travaillent dans des champs de coton de Caroline du Sud. C’est avec cette berceuse douce-amère chantée par une mère à son bébé que s’ouvre Porgy and Bess de George Gershwin. Le premier air écrit pour cet opéra. A lui seul, il incarne bien le projet précurseur de George Gershwin. Celui de mélanger une écriture lyrique et des éléments issus de la musique gospel. L’un des premiers indices qui nous dit que Summertime a des liens avec les spirituals ce sont justement les paroles qui rappellent celles d’"All My Trials", une berceuse anonyme et traditionnelle.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le second élément qui nous font tout de suite sentir que Summertime rompt avec la tradition classique c’est la mélodie de la chanson elle même. Une phrase musicale qui utilise une gamme très utilisée dans le blues, la gamme pentatonique, composée de seulement cinq notes. Des notes que l’on trouve dans le spiritual Sometimes I Feel like a Motherless Child dont George Gerswhin s’est beaucoup inspiré son chant d’été. 

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La gamme pentatonique change parfois de couleur grâce à une note plus importante que toutes les autres. La Blue note si présente dans le jazz et le blues et que l’on retrouve dans ces petites formules instrumentales…

4 min

En parlant de voix, l’élément qui rappelle peut-être le plus le jazz dans Summertime c’est la manière dont il faut jouer cette partition. De la technique vocale aux notes notes glissées des cordes, Summertime est très lié, très portamento comme on dit dans le classique. Des glissades qui rappellent celles des bottleneck, les goulots de bouteilles, ces archets rudimentaires des guitaristes de blues. 

4 min

Summertime est sans aucun doute l’air d’opéra qui a été le plus souvent repris et arrangé ! Un article du Guinessbook en 2012 fixait à plus de 25.000 le nombre de reprises de cet air de George Gerswhin. Une chanson ni classique ni jazz, un métissage que Gershwin considérait comme l’identité même de la musique américaine.

3 min

Programmation musicale

  • 08h14
    Symphonie nº1 en ut maj : finale : allegro vivace
    Symphonie nº1 en ut maj : finale : allegro vivace
    Georges Bizet (Compositeur)
    Symphonie nº1 en ut maj : finale : allegro vivace

    Michel Plasson (Chef d'orchestre), Jean Michel Picard (Hautbois), Orchestre du Capitole de Toulouse

    Album Symphonie nº1 et Rome en ut maj / Patrie ouverture op 19 (1994)
    Label EMI (5550572)

L'équipe

Max Dozolme
Max Dozolme
Max Dozolme
Production
Yassine Bouzar
Réalisation