Béla Bartók enregistre des mélodies traditionnelles dans le village de Darazs en Hongrie, en 1909 ,
Béla Bartók enregistre des mélodies traditionnelles dans le village de Darazs en Hongrie, en 1909 ,
Béla Bartók enregistre des mélodies traditionnelles dans le village de Darazs en Hongrie, en 1909 ,  - Apic/Getty Images
Béla Bartók enregistre des mélodies traditionnelles dans le village de Darazs en Hongrie, en 1909 , - Apic/Getty Images
Béla Bartók enregistre des mélodies traditionnelles dans le village de Darazs en Hongrie, en 1909 , - Apic/Getty Images
Publicité
Résumé

Une sélection d'archives rares de Béla Bartók. De ses entretiens en français à ses travaux d'ethnomusicologie à la découverte des musiques d'Europe de l'Est, de Turquie et d'Algérie.

En savoir plus

La voix fantomatique qui s’échappe de ce rouleau de cire de 1913 est bien celle de Béla Bartók ! Il chante a cappella une mélodie traditionnelle slovaque entendue lors d’un de ses nombreux voyages où, en ethnomusicologue, il a étudié, enregistré et référencé de nombreux chants et mélodies traditionnels du monde d’Europe de l’Est mais aussi de Turquie ou d’Algérie

Cette activité qu’il mène avec son compatriote Zoltán Kodály aurait pu suffire à une vie bien remplie. Mais Béla Bartók est allé plus loin, il a utilisé ces mélodies dans ses oeuvres et les a même intégrées à ses propres compositions originales, composant ce que le musicographe Serge Moreux a nommé dans une belle formule : le folklore imaginaire ! Vous vous souvenez de la mélodie slovaque que chantonnait Bartok au début de cette chronique ? La voici transcrite pour piano, elle est devenue la vingt-neuvième pièce de son recueil pédagogique For Children...

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Comme je trouve toujours cela très touchant d’entendre la voix de compositeurs qui cesse ainsi d’être seulement des noms et des photos inanimées, voici une nouvelle archive de Béla Bartók. Cette fois, le compositeur hongrois s’exprime en Français ! Nous sommes le 3 février 1937, Béla Bartók est à Bruxelles pour assister à un concert de ses oeuvres ou seront jouées une Suite de danse et celle du Mandarin merveilleux ainsi que son Concerto pour piano n°2. A cette occasion, le producteur Paul Lévy invite Béla Bartók à s’exprimer sur l’importance de la musique traditionnelle hongroise pour lui, en tant que compositeur. Lorsque le journaliste lui demande de définir la musique traditionnelle hongroise en quelques secondes, il est vite mouché par le compositeur !

  • Référence de l'extrait 
Disque : "Bartok recordings from private collections"
Disque : "Bartok recordings from private collections"
- Hungaroton Classics (1995)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Parmi tous les exemples de musique traditionnelle arrangée par Bélà Bartok, je vous propose d’écouter l’enregistrement d’une chanson traditionnelle : la Danse du bâton et son arrangement pour violon et piano interprété avec la fougue qu’on lui connaissait par Ivry Gitlis ! Violoniste à qui la musique de Béla Bartók va comme un gant...

À réécouter : Une voix des rues : Jesus Blood Never Failed me Yet de Gavin Bryars

Références

Programmation musicale

  • 08h23
    BARTOK Concerto sz 116 bb 123 : intermezzo interrotto
    BARTOK Concerto sz 116 bb 123 : intermezzo interrotto
    BELA BARTOK
    BARTOK Concerto sz 116 bb 123 : intermezzo interrotto

    Interprètes BELA BARTOK, BERNARD HAITINK,

L'équipe

Max Dozolme
Max Dozolme
Max Dozolme
Production
Yassine Bouzar
Réalisation