"Vue de Dresde depuis la rive droite de l'Elbe sous le Pont Auguste" par Canaletto (1721-1780)
"Vue de Dresde depuis la rive droite de l'Elbe sous le Pont Auguste" par Canaletto (1721-1780)
"Vue de Dresde depuis la rive droite de l'Elbe sous le Pont Auguste" par Canaletto (1721-1780) -  DEA/E. LESSING/Getty Images
"Vue de Dresde depuis la rive droite de l'Elbe sous le Pont Auguste" par Canaletto (1721-1780) - DEA/E. LESSING/Getty Images
"Vue de Dresde depuis la rive droite de l'Elbe sous le Pont Auguste" par Canaletto (1721-1780) - DEA/E. LESSING/Getty Images
Publicité
Résumé

A la fin du XVIIe siècle, Dresde connaît un essor culturel prodigieux grâce à son monarque Frédéric-Auguste 1er, dit "Auguste Le Fort". Grand mécène, il usera autant de la musique à des fins artistiques que politiques.

En savoir plus

Un roi mécène

A 17 ans, le futur Auguste le Fort  réalise "Le Grand Tour", voyage d'initiation des jeunes hommes fortunés de l'époque. Dans sa visite des cours européennes, il est frappé par l'exemple de Louis XIV, le "Roi-Soleil" et son amour des arts. Il l'érige en modèle et fait de Dresde une capitale culturelle centrale : Beaux-Arts, tableaux, estampes, dessins, sculptures, porcelaines, bijoux, médailles, architecture. Sa volonté d'agrandir son territoire en participant à plusieurs guerres ralentira toutefois son projet.

Le style musical de la Cour de Dresde sous Auguste le Fort

Chapelle, chambre, extérieur... Auguste fait feu de tout bois et fait large place à la musique. A côté de troupes itinérantes, de danseurs français ou de chanteurs italiens, des musiciens permanents forment divers ensembles, dont l'orchestre de la Cour, au début très inspiré par celui de Versailles.

Publicité

La préférence de son fils, le prince héritier, pour la musique italienne, le conduit toutefois à privilégier l'opéra, et il fait venir des musiciens italiens près de lui. Il utilise également la musique à des fins politiques. Il donne des spectacles éblouissants pour éblouir les autres princes lorsqu'ils viennent à sa Cour, et la construction d'un grand Opéra à Dresde est motivée par ses ambitions autant culturelles que politiques.

À réécouter : Johann Adolf Hasse à Dresde en 1756 (1/5)

Programmation musicale

Marin Marais (1656-1728) Alcyone (1706) Ouverture Capriccio Stravagante Les 24 Violons, direction Skip Sempé
Paradizo PA0010

Jean-Baptiste Lully (1632-1687) Armide (1687) Acte V. Passacaille Capriccio Stravagante Les 24 Violons, direction Skip Sempé
Paradizo PA0010

Guillaume Dumanoir (1615-1697) Charivaris pour les hautbois (1648)
Le Concert des Nations, direction Jordi Savall
Alia Vox AV 9824

Anonyme Gavotte (v.1648)
Le Concert des Nations, direction Jordi Savall
Alia Vox AV 9824

Johann David Heinichen (1683-1729) Messe n°9 en Ré majeur (1721) I. Kyrie eleison Choeur de chambre et Orchestre de Dresde, direction Hans Christoph Rademan
Carus 83.148

Johann David Heinichen (1683-1729) Concerto pour violon en la mineur (s.d.) II. Allegro Johannes Pramsohler, violon et direction, International Baroque Players
Raum Klang RK 3105

Francesco Maria Veracini (1690-1768) Concerto pour violon en la majeur (pub.1719) II. Grave Federico Guglielmo, L'Arte dell'Arco
CPO 777 302-2

Jan Dismas Zelenka (1679-1745) Missa Sancti Josephi (v. 1730) II. Gloria in excelsis Deo Choeur de chambre et Orchestre baroque de Stuttgart, direction Frieder Bernius
Sony 88985439412-08

Antonio Lotti (1666-1740) Teofane (1719) Air de Teofane "Lascia che nel suo viso" Nuria Rial, soprano,
Deutsche Harmonia Mundi 

Antonio Lotti (1666-1740) Ascanio, ovvero Gli odi delusi dal sangue (1718) Acte II. Sc 16. Air d'Ascanio "Fosti caro agl'occhi miei" Andreas Scholl, contreténor, Accademia Bizantina, direction Ottavio Dantone
Decca 475 6569

Johann Adolf Hasse (1699-1783) Siroe re di Persia (1733, révisé en 1763, dernier opéra de Hasse donné à Dresde) Acte III. Sc 11. Air de Medarse "Torrente cresciuto per torbida piena" Franco Fagioli, contreténor, Armonia Atenea, direction George Petrou
Decca 478 67668

Références

L'équipe

Anne-Charlotte Remond
Anne-Charlotte Remond
Max Dozolme
Max Dozolme
Max Dozolme
Collaboration
Philippe Petit
Réalisation