Portrait d'Ellen Taafe Zwilich (née en 1939) de Oliver Morris, 1984
Portrait d'Ellen Taafe Zwilich (née en 1939) de Oliver Morris, 1984
Portrait d'Ellen Taafe Zwilich (née en 1939) de Oliver Morris, 1984 ©Getty - Hulton Archives
Portrait d'Ellen Taafe Zwilich (née en 1939) de Oliver Morris, 1984 ©Getty - Hulton Archives
Portrait d'Ellen Taafe Zwilich (née en 1939) de Oliver Morris, 1984 ©Getty - Hulton Archives
Publicité
Résumé

Juilliard School, composition, Carnegie Hall, carrière mondiale et bande dessinée... oui, on se demande bien qu'est-ce que la compositrice américaine Ellen Taafe Zwilich n'a pas fait !

En savoir plus

Major de promotion

Première femme à obtenir un doctorat en composition à la Juilliard School de New York. Première femme à recevoir le prix Pulitzer en composition ; première femme à être nommé compositeur de l'année ; et puis encore (femme et homme confondus) premier compositeur en résidence au Carnegie Hall ; premier compositeur dont une œuvre a été créée à l'étranger par un orchestre états-unien ; et j'ajouterai un dernier titre : premier compositeur de musique classique à apparaître dans une bande dessinée de Charles Schulz... Ellen Zwilich est décidément première partout et son CV fait bien pâlir !

À réécouter : Camille Pépin, compositrice d'aujourd'hui

Allier l'art est le divertissement

Si Zwilich à un catalogue très sérieux, elle ne veut pas séparer l'art et le divertissement qui pour elle vont de pair dans une relation égalitaire. En outre après avoir été la première compositrice de musique classique à apparaître dans la bande dessinée culte du beagle blanc, Snoopy, elle et son créateur Charles Schulz se lient d'amitié. Quelques années plus tard, la compositrice est en résidence à Carnegie Hall à New York, et on lui demande  une pièce pour les enfants. Elle pense aux Peanuts, et Schulz est ravi ! Ce sera la Peanuts Gallery, pour piano et orchestre. Mais ce n'est pas la seule œuvre de Zwilich, et de ses premières expérimentations musicales jusqu'à sa Symphonie de Chambre funèbre, son doctorat et son Prix Pulitzer, il est nécessaire de revenir sur le parcours de cette première de classe ne se prenant  pas trop au sérieux pour autant !

Publicité

Programmation musicale

Ellen Taaffe Zwilich (née en 1939)
Peanuts Gallery (1996) I. Schroeder's Beethoven Fantasy
Jeffrey Biegel, piano, Orchestre symphonique de l'Université de Floride, direction Alexander Jimenez
Naxos 8.559656

Ellen Taaffe Zwilich (née en 1939)
Quatuor à cordes 1974 (1974) II. sans titre
Quatuor à cordes de New York
Composers Recordings CD 621

Ellen Taaffe Zwilich (née en 1939)
Sonate en 3 mouvements (1973-74) III. Allegro vivo e con brio
Joseph Zwilich, violon, James Gemmell, piano
Composers Recordings CD 621

"Celebrating Women Composers | Ellen Zwilich"
Interview d'Ellen Zwilich (2017)

Dimitri Kabalevsky
Variations faciles op 51
Kirsten Johnson, piano
Nimbus NI6282

Ellen Taaffe Zwilich (née en 1939)
Symphonie n°1 (1981) I. (sans titre)
Orchestre Symphonique d'Indianapolis, direction John Nelson
New World Records NW 336

"Ellen Taaffe Zwilich: Goose Bumps in the Candy Shop"
Interview d'Ellen Taaffe Zwilich (2011)

Ellen Taaffe Zwilich (née en 1939)
Chamber Symphony (1979)
Orchestre de Louisville, direction Lawrence Leighton-Smith
 First Edition Music FECD-0004

Ellen Taaffe Zwilich (née en 1939)
Symphonie n°1 (1981) III. (sans titre)
Orchestre Symphonique d'Indianapolis, direction John Nelson
New World Records NW 336

Ellen Taaffe Zwilich (née en 1939)
Concerto pour trombone ténor (1988) I. Allegro
Christian Lindberg, trombone ténor, Orchestre Symphonique de Malmö, direction James de Priest
 BIS CD-628

Ellen Taaffe Zwilich (née en 1939)
Concerto pour basson (1992) I. Sans titre
Nancy Orchestre Symphonique de Pittsburgh, direction Lorin Maazel New World Records 80503-2

Ellen Taaffe Zwilich (née en 1939)
Concerto pour violon, violoncelle et piano (1996) III. Sans titre
Jaime Laredo, violon, Sharon Robinson, violoncelle, Joseph Kalichstein, piano, Orchestre Symphonique de l'Université de Floride, direction Michael Stern Koch
Classics 0099923753728

Pour aller plus loin

Un article du New York Times

Un long entretient

Son site internet