Les archives numériques
Les archives numériques
Les archives numériques - Alengo / Getty
Les archives numériques - Alengo / Getty
Les archives numériques - Alengo / Getty
Publicité
Résumé

Les maisons d’opéra et les orchestres sont de plus en plus nombreux à ouvrir leurs fonds d’archive au public, grâce à de vastes opérations de numérisation…

En savoir plus

Du papier au numérique

De plus en plus d’institutions lyriques et de salles de concerts historiques se constituent de vraies bibliothèques numériques et sur leurs sites internet, il n’est pas rare, désormais, de trouver un onglet « archives », archives qui remontent souvent loin dans le temps et recèlent des pépites.

En la matière, le plus ancien orchestre symphonique américain, le New York Philharmonic, qui est installé au Lincoln Center, a été l’un des premiers à mettre en ligne ses archives : plus de 500 000 partitions d’orchestre, affiches et programmes dont les plus anciens datent de 1943. Vous trouverez tout cela sur le site de l’orchestre, à l’onglet « histoire et archives », tout simplement.

Publicité

À réécouter : Le virage numérique des bibliothèques musicales

L'Opéra-Comique, précurseur…

24 000 images issues des documents conservés aux Archives nationales sont aujourd’hui disponibles, alors pas directement sur le site internet de la salle Favart, mais sur une plateforme qui s’appelle dézède.org, vous aurez bien sûr toutes ces informations sur le site internet de France Musique.

À lire aussi : Partitions manuscrites : les trésors de la Bibliothèque nationale de France

Une dynamique suivie par d'autres institutions musicales

Dans le cas de l’Opéra de Sydney, c’est une fondation caritative qui a financé la numérisation des archives.

Une autre maison d’opéra a mis en ligne ses archives, sur une plateforme qui s’appelle Carmen, comme l’opéra de Bizet, c’est La Monnaie, à Bruxelles !

À lire aussi : Le streaming dope l’industrie musicale, mais creuse les inégalités

La numérisation et la mise en ligne d’archives est une opération coûteuse, souvent plusieurs dizaines de milliers d’euro : elle concerne donc plutôt les grandes maisons d’opéra, mais pas seulement : il y a quelques mois, une salle régionale, l'auditorium de Dijon, a créé sa bibliothèque numérique, qui s’appelle OperaBack.

À lire aussi : Comment les théâtres lyriques donnent-ils envie d’aller à l’opéra ?

Le New York Philharmonic, l’Opéra-Comique, La Monnaie à Bruxelles et l’auditorium de Dijon… Voilà, chers auditeurs et internautes, de quoi vous donner envie d’aller visiter les bibliothèques numériques de ces orchestres et maisons d’opéra !

Références

L'équipe

Suzanne Gervais
Suzanne Gervais
Suzanne Gervais
Production