80 musiciens et preneurs du son du monde entier ont eu l’idée de recréer le son des enfers pour donner une bande-son à un film muet italien tourné en 1911 : « L’inferno » de Francesco Bertolini et Adolfo Padovan
80 musiciens et preneurs du son du monde entier ont eu l’idée de recréer le son des enfers pour donner une bande-son à un film muet italien tourné en 1911 : « L’inferno » de Francesco Bertolini et Adolfo Padovan
 80 musiciens et preneurs du son du monde entier ont eu l’idée de recréer le son des enfers pour donner une bande-son à un film muet italien tourné en 1911 : « L’inferno » de Francesco Bertolini et Adolfo Padovan - 2020 Cities and Memory, Oxford, UK.
80 musiciens et preneurs du son du monde entier ont eu l’idée de recréer le son des enfers pour donner une bande-son à un film muet italien tourné en 1911 : « L’inferno » de Francesco Bertolini et Adolfo Padovan - 2020 Cities and Memory, Oxford, UK.
80 musiciens et preneurs du son du monde entier ont eu l’idée de recréer le son des enfers pour donner une bande-son à un film muet italien tourné en 1911 : « L’inferno » de Francesco Bertolini et Adolfo Padovan - 2020 Cities and Memory, Oxford, UK.
Publicité
Résumé

Ils sont compositeurs, compositrices et ingénieurs du son, ils viennent du monde entier et ont décidé de recréer le son de « l’Enfer » de Dante.

En savoir plus

L’Enfer, sans doute le plus fameux des poèmes de la Divine Comédie de Dante, n’a cessé d’inspirer les artistes depuis le 14e siècle : des écrivains, des peintres – Botticelli, Delacroix, Rodin… - des musiciens -  Liszt, Tchaïkovski, Puccini, Rachmaninov… - et puis des cinéastes comme Henri Verneuil ou David Finscher.

Aujourd’hui, pour fêter le 700e anniversaire du monument de la littérature médiévale qu’est l’immense poème de la Divine Comédie, quelques 80 musiciens et preneurs du son du monde entier ont eu l’idée de recréer le son des enfers pour donner une bande-son à un film muet italien tourné en 1911 : « L’inferno  » de Francesco Bertolini et Adolfo Padovan. Un petit bijou de 70 minutes clairement inspiré de l’Enfer de Dante qui plonge le spectateur  dans une atmosphère fantastique à coup de décors, de costumes et d’une foultitude d’effets spéciaux, générés grâce à la surimpression et à un bataillon de machinistes… Un film, pour beaucoup visionnaire, qui méritait une musique tout aussi avant-gardiste ! 

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La nouvelle bande-originale de « L’inferno » est donc constituée d’un patchwork de morceaux fraîchement composés. Ce grand projet international s’appelle « City and memories inferno » et chacun des artistes qui a participé a donné sa vision de ce que pourrait être le son des enfers : sons échantillonnés à l’extrême, clusters étirés, morceau d’inspiration blues, page symphonique, cri électro… Toutes les interprétations, tous les univers sonores sont permis. Le site rassemble les dizaines et dizaines de morceaux composés pour illustrer l’Enfer de  Dante et chacun d’entre eux est présenté sur la reproduction de la carte de l’Enfer, dessinée par Dante en 1321. 

Une descente aux enfers qui pourrait bien s’avérer… réjouissante !

Références

Programmation musicale

  • 08h09
    Carmen : je dis que rien ne m'epouvante (acte 3) air de Micaela
    Carmen : je dis que rien ne m'epouvante (acte 3) air de Micaela
    Georges Bizet
    Carmen : je dis que rien ne m'epouvante (acte 3) air de Micaela

    Interprètes Roberto Benzi, Jane Rhodes, Albert Lance, Andrea Guiot, Robert Massard

    Album Georges Bizet : Morceaux choisis (1966)
    Label Philips (468698-2)

L'équipe

Suzanne Gervais
Suzanne Gervais
Suzanne Gervais
Production