Laurent Bernadac, créateur du violon électrique 3DVARIUS
Laurent Bernadac, créateur du violon électrique 3DVARIUS
Laurent Bernadac, créateur du violon électrique 3DVARIUS ©Getty -  picture alliance
Laurent Bernadac, créateur du violon électrique 3DVARIUS ©Getty - picture alliance
Laurent Bernadac, créateur du violon électrique 3DVARIUS ©Getty - picture alliance
Publicité
Résumé

Aujourd'hui, Suzanne Gervais s'intéresse aux instruments de musique qui sortent des griffes des imprimantes 3D, des machines ultra-perfectionnées qui permettent d’imprimer des objets.

En savoir plus

Beaucoup d’expérimentations ont lieu dans le monde de la facture instrumentale : l’impression 3D permet de fabriquer des accessoires pour instruments à vent, comme les becs des saxophones, voire des saxophones entiers, qui sont régulièrement testés par les musiciens ; et les cordes ne sont pas en reste puisque ces derniers mois, on a vu plusieurs nouveaux modèles de violon fabriqués par des imprimantes. L’imprimante 3D est un peu un pavé dans la mare dans le monde de la lutherie, car les mensurations du violon se sont stabilisées au 17ème siècle avec Stradivarius et l’Ecole de Crémone.

Premier modèle, le F-F-Fiddle

Il s'agit du premier violon électrique imprimé en 3D. Absolument toutes les pièces de ce violon peuvent être produites avec une imprimante. Le coût de l'ensemble du matériel revient à 250 dollars environ, si vous décidez de le créer et de l'assembler vous-même. A quoi ressemble ce FF-Fiddle ? Il est tout noir, a les dimensions d’un violon classique, mais est totalement épuré.   

Publicité

Deuxième modèle , le Hovalin 2.0 

Cette fois, il s'agit d'un violon acoustique, qui ressemble d’ailleurs, à ceci près qu’il est en résine noire, à un violon traditionnel. Il est disponible en plusieurs tailles : quart, demi et entier et on peut l’acheter pour quelques 600 dollars sur internet. On pense à un autre modèle acoustique, tout droit sorti des laboratoires Formlabs, en résine blanche, qui ressemble encore une fois beaucoup aux violons qu’on connaît. 

Convaincre les professionnels

Ces violons commencent tout doucement à convaincre les professionnels, malgré les réticences sur la qualité du son et le côté un peu cheap qu’on attribue aux matériaux autres que le bois lorsqu’il s’agit d’instruments à cordes. Il faut dire que les mensurations et les matériaux du violon ont très très peu bougé depuis le 17e siècle et l’Ecole de Crémone ! 

Du côté des interprètes, la curiosité commence à l’emporter : l’Orchestre symphonique d’Ottawa avait inclus des instruments à cordes imprimés en 3D dans un de ses concerts la saison passée. Quoiqu'il en soit, de plus en plus de musiciens acceptent de les essayer pour se faire leur idée. C’est la condition numéro une pour que ces violons puissent, peut-être, pénétrer dans le royaume de la musique classique. 

Références

Programmation musicale

  • 08h10
    Sonate pour piano n°3 en fa min op 5 : 3. Scherzo
    Sonate pour piano n°3 en fa min op 5 : 3. Scherzo
    Johannes Brahms
    Sonate pour piano n°3 en fa min op 5 : 3. Scherzo

    Interprètes Nelson Goerner

    Album Johannes Brahms : Sonate pour piano op 5 et Variations sur un thème de Paganini (2019)
    Label ALPHA (ALPHA557)

L'équipe

Suzanne Gervais
Suzanne Gervais
Suzanne Gervais
Production