Farnaz Modarresifar © Maï Toyama | Bex'tet & Abdonlaye Nderguet © capture d'écran YouTube | Brain Damage © Paul Bourdel | Olivier Ker Ourio ©  Kobayashi
Farnaz Modarresifar © Maï Toyama | Bex'tet & Abdonlaye Nderguet © capture d'écran YouTube | Brain Damage © Paul Bourdel | Olivier Ker Ourio © Kobayashi
Farnaz Modarresifar © Maï Toyama | Bex'tet & Abdonlaye Nderguet © capture d'écran YouTube | Brain Damage © Paul Bourdel | Olivier Ker Ourio ©  Kobayashi
Farnaz Modarresifar © Maï Toyama | Bex'tet & Abdonlaye Nderguet © capture d'écran YouTube | Brain Damage © Paul Bourdel | Olivier Ker Ourio © Kobayashi
Farnaz Modarresifar © Maï Toyama | Bex'tet & Abdonlaye Nderguet © capture d'écran YouTube | Brain Damage © Paul Bourdel | Olivier Ker Ourio © Kobayashi
Publicité
Résumé

Deuxième partie de l'enregistrement public du 13 septembre à l'Auditorium du Carreau du Temple, avec Abdoulaye Nderguet et le Bext'et (Antonin Fresson,Tristan Bex et Emmanuel Bex), invitant Olivier Ker Ourio.

En savoir plus

Concert enregistré le 13 septembre 2021 au Carreau du Temple.

Avec les musiciens : 

Publicité

Titres interprétés

  • Djerma Djerma (Abdoulaye Nderguet)
  • Amdagor (Abdoulaye Nderguet, Emmanuel Bex)
  • Sometimes, I feel like a motherless child (Harry Burleigh / Adaptation : Abdoulaye Nderguet, Emmanuel Bex)
  • On croit déjà (Gil Bertal, Abdoulaye Nderguet, Emmanuel bex)
  • Adieux (Abdoulaye Nderguet, Antonin Fresson)
  • Regarde le ciel (Gil Bertal, Abdoulaye Nderguet, Emmanuel Bex)       

C’est à N’Djamena en 2019, capitale du Tchad, que tout commence. La création part d’un projet de rencontre au Tchad entre le Jazz, porté par le trio d’Emmanuel Bex, et un répertoire Musiques du Monde. La rencontre à l’Institut français du Tchad avec le chanteur Abdoulaye Nderguet s’avère aussi fertile qu’évidente. La création donne lieu à deux concerts d’exception dès fin 2019. 

La voix envoutante et puissante du « rossignol tchadien » nous emporte au son d’un « Djerma Djerma » sur un rythme traditionnel du Tchad, a capela.

Vient enfin « Regarde le ciel ». Le texte est contemplatif mais la musique avance et la mélodie nous rappelle que l’âme du blues vient bien des voyageurs du désert. Il vient d’Afrique. « Lingui », c’est mélancolique et léger. La voix est flûtée. La ballade est soudain bousculée par la force d’un rythme qui nous  intime la nécessité de reprendre notre destin en main. 

Emmanuel Bex au piano, Antonin Fresson à la guitare et Tristan Bex aux percus sont les parfaits compagnons de route d’une musique qui,  lorsqu’elle n’est pas animale et imprévisible, nous anime et nous emporte, ailleurs.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En savoir plus : [DIRECT] Olivier Ker Ourio à la Maison de la Radio

Références

L'équipe

Françoise Degeorges
Françoise Degeorges
Pierre Willer
Réalisation
Floriane Esnault
Collaboration