Alligator Records, 50 Years of Genuine Houserockin' Music
Alligator Records, 50 Years of Genuine Houserockin' Music
Alligator Records, 50 Years of Genuine Houserockin' Music
Alligator Records, 50 Years of Genuine Houserockin' Music
Alligator Records, 50 Years of Genuine Houserockin' Music
Publicité
Résumé

Alligator Records fête ses 50 ans d’existence avec une rétrospective sous forme de “best of” : un double LP de 24 morceaux ou d’un triple CD qui en comporte 58

En savoir plus

Peut-être que cette commémoration du demi-siècle du label basé à Chicago et spécialisé dans le blues aurait dû s'intituler "Le dernier des indépendants".

Presque seul parmi les labels de taille moyenne qui ont prospéré dans les années 1980 et 1990 en se spécialisant dans des styles de musique non conventionnels, Alligator a réussi à faire face aux bouleversements successifs du secteur de la musique - du vinyle des 33 tours et des 45 tours aux cassettes et aux CD, puis, plus récemment, à l'effondrement virtuel du commerce de détail du disque et au passage aux ventes numériques en ligne.

Publicité

Alors que les autres indépendants spécialisés - du label folk Rounder au label bluegrass Sugar Hill, du label rock Fantasy de la baie de San Francisco au label jazz Telarc du Midwest - fusionnaient ou étaient rachetés, Alligator a continué à faire son propre chemin, à sa manière.

Cette capacité à tracer sa propre voie peut être largement attribuée à ce que l'on trouve sur ce nouveau coffret de 3 CD : Alligator a fait pour le blues de la fin du 20e siècle ce que des labels comme Blue Note, Verve, Riverside et d'autres ont fait pour le jazz du milieu du siècle dernier : non seulement il lui a donné un foyer, mais il l'a célébré. 

Tout comme Norman Granz a été le visionnaire et la force motrice de Verve, et Alfred Lion a tenu le même rôle chez Blue Note, Alligator est la passion de toute une vie de Bruce Iglauer, qui a fondé Alligator dans le but unique d'enregistrer le regretté Hound Dog Taylor ce que l'employeur d'Iglauer à l'époque, Delmark Records, avait refusé.

Très vite, Bruce Iglauer a enregistré d'autres artistes de blues du sud de Chicago comme Koko Taylor, Big Walter Horton et Son Seals. Au moment de son dixième anniversaire, Alligator était le label de blues le plus important, ayant dépassé Delmark et Arhoolie en termes de ventes et de notoriété.

Ce n'est pas seulement que Bruce Iglauer a signé certains des meilleurs musiciens, les plus populaires et les plus créatifs de la scène du blues : la qualité des enregistrements était aussi bonne que tout ce que faisaient les major compagnies. Les sorties sur Alligator sonnaient bien. Et Iglauer assurait la promotion de ses disques.

Non seulement Alligator a publié certains des albums de blues les plus populaires, mais Bruce Iglauer a aidé à promouvoir le blues dans son ensemble d'autres manières. Il est devenu l'un des principaux soutiens du magazine Living Blues, publiant chaque mois une pleine page de publicité sous la forme d'une lettre aux fans des groupes qu'il enregistrait.

D'autres labels sont apparus pour prendre part à cette renaissance du blues qu'Alligator avait contribué à stimuler : Antone's, Earwig, Black Top. Si tous ont contribué à documenter et à promouvoir le blues, aucun n'a pu éclipser Alligator. (De tous les grands concurrents qui sont apparus après Alligator, seul Earwig a pu rester indépendant malgré tous les changements intervenus dans l'industrie. Delmark et Arhoolie, qui ont précédé Alligator, restent également actifs, vitaux et indépendants aujourd'hui).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Alligator a publié des collections anniversaires similaires à l'occasion de ses 20, 25, 30 et 40 ans d'existence, et le coffret du 50e anniversaire comprend certains doublons trouvés sur les compilations précédentes. De plus, les collectionneurs de blues sérieux et de longue date possèdent déjà la plupart de ces titres sur les albums originaux des artistes. Mais les 58 titres de la version CD constituent l'une des meilleures compilations à label unique que l’on connaisse. Ce n'est pas une histoire définitive du blues, mais c'est un très bon aperçu des 50 dernières années, qui raconte l'histoire d'Alligator dans un ordre à peu près chronologique, depuis le Give Me Back My Wig de Hound Dog Taylor à ses débuts en 1971 - et à ceux du label - jusqu'à aujourd'hui, en passant par d'autres piliers des années 70 comme Koko Taylor (aucun lien de parenté), Albert Collins et Seals.

Les années 80 ont vu naître le révolutionnaire “Showdown !” (1985) - l'un des premiers disques "au sommet" qui rassemblait un groupe de plusieurs stars pour une session informelle : Ce disque mettait en vedette Collins, Johnny Copeland et un jeune Robert Cray, pas encore célèbre.

“Showdown !” a changé la donne pour Alligator, et a fait des albums de réunion de stars une sorte de norme pour la suite, adoptée de John Lee Hooker à B.B. King ou Carlos Santana.

Les premières figures du roots comme Lonnie Mack et Roy Buchanan ont trouvé leur place chez Alligator dans les années 80 et sont représentées ici, tout comme le retour de Johnny Winter au blues pur qu'il préférait au rock qui avait fait de lui un guitar hero.

Mais ce qui a défini Alligator dans les années 1980 et 1990, ce sont les stars locales comme Smokin' Joe Kubek, Little Charlie & The Nightcats, et Lil' Ed & The Blues Imperials - qui n'avaient jamais enregistré avant qu'Alligator ne les signe, ou qui ont atteint leur première renommée nationale sur le label.

Tous les artistes n'ont pas fait toute leur carrière sur Alligator, mais un très grand nombre de musiciens de blues établis et influents ont trouvé le chemin d'Alligator pour au moins un ou deux albums : Marcia Ball, Mavis Staples, Steady Rollin' Bob Margolin, Billy Boy Arnold, Roomful of Blues, Cephas & Wiggins, Long John Hunter, Elvin Bishop, James Cotton.

Et si les racines d'Alligator et une grande partie de son catalogue sont ancrées dans le Chicago blues d'après-guerre, Iglauer et Alligator ne se sont jamais enfermés dans un seul style : Mavis Staples est une chanteuse de gospel et de R&B, la marque de blues de Cephas & Wiggins était dans le style Piedmont des Carolines, Hunter et Clarence Gatemouth Brown venaient du Texas, Kenny Neal des bayous de Baton Rouge. Et CJ Chenier a repris le groupe de zydeco de son père, Clifton Chenier, lorsque ce dernier est décédé.

Mieux, certains des groupes qu'Alligator a "découverts" étaient des pionniers en matière de style : Kinsey Report avait autant de hard rock dans sa musique que de blues ; le Blues Mob de Michael Hills était plus proche de Living Colour que de Muddy Waters ; l'Australien Dave Hole semblait canaliser Stevie Ray Vaughan à travers le prisme d'Aerosmith. Et Shemekia Copeland, fille du regretté Johnny Copeland, a toujours eu un son basé sur le blues, mais s'étendant à la soul, à la pop et au rock - avec le genre d'attrait croisé d'une Bonnie Raitt ou d'un Robert Cray.

Même si l'industrie de la musique a changé, les magasins de musique et les distributeurs ayant cédé la place aux applications mobiles, Alligator n'a pas seulement survécu, mais continue de signer de nouveaux artistes, pour faire avancer le blues. Au cours de la dernière décennie, Alligator a signé des artistes prometteurs tels que Selwyn Birchwood, le Nick Moss Band, Christone "Kingfish" Ingram et Toronzo Cannon.

S'il y a une lacune dans cette collection, c'est l'absence de tous les albums de reggae dans lesquels Alligator s'est lancé au début des années 1980. Mais ceux-ci sont tous épuisés et il se peut qu'Iglauer ait donné ou revendu les droits aux artistes lorsqu'il s'est retiré du marché du reggae. Pourtant, certains poids lourds du reggae ont sorti des albums sur Alligator, notamment The Abyssinians, Joe Higgs, Pablo Moses & The Handcart Band et The Skatalites.

Ce que cette collection montre le plus clairement, c'est qu'en dépit de tout le glamour du tableau d’honneur attaché à la plupart des morceaux que l'on trouve ici, Bruce Iglauer n'en a pas fini - et tant qu'Alligator existera en tant que label indépendant, il sera probablement la norme à laquelle les albums de blues seront jugés.

Références

Programmation musicale

  • 18h06
    Give Me Back My Wig
    Give Me Back My Wig
    Hound Dog Taylor & The Houserockers
    Give Me Back My Wig

    Interprètes Hound Dog Taylor & The Houserockers., Hound Dog Taylor (guitare lead, chant), Brewer Philipps (deuxième guitare), Ted Harvey (batterie)

    Album Alligator Records 50 Years of Genuine Houserockin' Music (2021)
    Label Alligator Records (ALCD5000)
  • 18h10
    The Chicago Way
    The Chicago Way
    Toronzo Cannon
    The Chicago Way

    Interprètes Toronzo Cannon., Toronzo Cannon (guitares, percussion, chant, choeurs), Roosevelt Purifoy (orgue), Marvin Little (basse), Melvin ""pooky Styx"" Carlisle (batterie)

    Album Alligator Records 50 Years of Genuine Houserockin' Music (2021)
    Label Alligator Records (ALCD5000)
  • 18h16
    I'm A Woman
    I'm A Woman
    Koko Taylor
    I'm A Woman

    Interprètes Ellas Mac Daniel, Koko Taylor, Koko Taylor (chant), Johnny B. Moore (guitare), Sammy Lawhorn (guitare), Pinetop Perkins (claviers), Mervyn ""Harmonica"" Hinds (harmonica), Cornelius ""Mule"" Boyson (basse), Vince Chappelle (batterie)

    Album Alligator Records 50 Years of Genuine Houserockin' Music (2021)
    Label Alligator Records (ALCD5000)
  • 18h21
    Telephone angel
    Telephone angel
    Son Seals
    Telephone angel

    Interprètes Little Junior Parker, Son Seals (guitare, chant), Kenneth Cooper (trompette), Bill McFardland (trombone), Steve Plair (guitare), Alberto Gianquinto (piano), Harry Mitchum (basse), Bert Robinson (batterie)

    Album Alligator Records 50 Years of Genuine Houserockin' Music (2021)
    Label Alligator Records (ALCD5000)
  • 18h28
    The Dream
    The Dream
    Albert Collins, Robert Cray, Johnny Copeland
    The Dream

    Interprètes Robert Cray., Robert Cray (chant, guitare), Albert Collins (guitare), Johnny Copeland (guitare), Johnny Gayden (basse), Allen Batts (orgue), Casey Jones (batterie)

    Album Alligator Records 50 Years of Genuine Houserockin' Music (2021)
    Label Alligator Records (ALCD5000)
  • 18h35
    That Did It
    That Did It
    Roy Buchanan
    That Did It

    Interprètes Evan Derrick Clark, Roy Buchanan (chant, guitare), Donald Kinsey (guitare), Stan Szelest (piano), Larry Exum (basse), Morris Jennings (batterie)

    Album Alligator Records 50 Years of Genuine Houserockin' Music (2021)
    Label Alligator Records (ALCD5000)
  • 18h41
    I'm A Blues Man
    I'm A Blues Man
    Kenny Neal
    I'm A Blues Man

    Interprètes Walter Godbold, A.D Prestage, Joe Shamwell, Kenny Neal (chant, guitare, harmonica), Bruce Staelens (trompette), Bill ""Foots"" Samuel (saxophone ténor), Bob Greenlee (saxophone baryton), Lucky Peterson (claviers), Noel Neal (basse), Kenny Johnson (batterie)

    Album Alligator Records 50 Years of Genuine Houserockin' Music (2021)
    Label Alligator Records (ALCD5000)
  • 18h46
    Run Myself Out Of Town
    Run Myself Out Of Town
    The Holmes Brothers
    Run Myself Out Of Town

    Interprètes Wendell Holmes., Wendell Holmes (chant, guitare électrique), Sherman Holmes (basse, choeurs), Popsy Dixon (batterie, choeurs)

    Album Alligator Records 50 Years of Genuine Houserockin' Music (2021)
    Label Alligator Records (ALCD5000)
  • 18h48
    Au contraire, mon frere
    Au contraire, mon frere
    C.J Chenier & The Red Hot Louisiana Band
    Au contraire, mon frere

    Interprètes Hank Williams, C.J Chenier (chant, accordéon), Harry Hypolite (guitare, triangle), MIcheal Great Bear Claire (guitare, percussion), Vasti Jackson (guitare basse, percussion), Mark Major (guitare, percussion), Clifford Alexander (percussion), Glenn Griffin (basse, percussion), Greg ""The Hammer"" Gordon (batterie, percussion)

    Album Alligator Records 50 Years of Genuine Houserockin' Music (2021)
    Label Alligator Records (ALCD5000)
  • 18h52
    There's A Devil On The Loose
    There's A Devil On The Loose
    Mavis Staples
    There's A Devil On The Loose

    Interprètes Brenda Burns, Mavis Staples (chant), Jim Weider (guitare acoustique, guitare électrique), Pops Staples (guitare électrique), Mark Skyer (guitare électrique), Maurice Houston (guitare basse), Chris ""Hambone"" Cameron (orgue, clavinet), Richard Gibbs (synthétiseur), Jim Tullio (guitare acoustique, guitare électrique, guitare basse, batterie)

    Album Alligator Records 50 Years of Genuine Houserockin' Music (2021)
    Label Alligator Records (ALCD5000)

L'équipe

Alex Dutilh
Alex Dutilh
Alex Dutilh
Production
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Collaboration
Marjolaine Portier-Kaltenbach
Marjolaine Portier-Kaltenbach
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Réalisation