Publicité
Résumé

Parution de « Mein Beethoven » de Dieter Ilg chez ACT/Harmonia Mundi.

En savoir plus

Au sommaire aujourd'hui

: **Ben Wendel ** - The Seasons
► Dieter Ilg

à la Une
Jazz au Trésor : Jazz on Film, Crime Jazz
Jazz Agenda : semaine du 02 au 08 février 2015
Jazz Culture : DownBeat de février 2015
**► ** Jazz Bonus : Diana Krall - Wallflower
► TOUS LES TITRES DIFFUSES SONT EN BAS DE PAGE A LA RUBRIQUE "PROGRAMMATION MUSICALE" « Mein Beethoven » est une suite logique pour Dieter Ilg. Son dernier album « Parsifal » – une interprétation façon jazz de chambre du « festival scénique sacré » de Richard Wagner, que le magazine Focus a appelé un "*temps fort de l'année 2013 consacrée à Richard Wagner * » – se concluait avec un thème de la neuvième de Beethoven ("Ode à la joie"), renommé "Sehnsucht" (Nostalgie) par Ilg. Avec ce nouvel album, il comble entièrement son désir et enregistre un album entier, « Mein Beethoven », dédié à ce monument de la musique classique allemande, le plus classique de tous nos compositeurs, l'unique « superstar de la capitale de la musique, Vienne »: Ludwig van Beethoven.

Ce choix n'était pas seulement logique compte tenu de la connexion à son précédent album, mais également par rapport à la carrière de Ilg, qui n'est pas seulement « l*'un des meilleurs bassistes de jazz de notre époque* » (Fono Forum), mais aussi un excellent leader. Ilg a gagné son statut en étant partenaire de Randy Brecker, Nguyên Lê, Dave Liebman, Albert Mangelsdorff, Dhafer Youssef, Rebekka Bakken, Nils Landgren ou Charlie Mariano et actuellement comme partenaire de Till Brönner (en duo) et membre de l'ensemble de jazz du célèbre baryton Thomas Quasthoff. Avec ses propres projets, il a exploré ses racines culturelles personnelles dans la tradition de la musique européenne. En 1992, il participe à l'expérience révolutionnaire de flamenco-jazz « Jazzpaña », le premier album ACT à être nominé aux Grammy. À partir de 1997, il travaille avec Wolfgang Muthspiel et Steve Argüelles sur un répertoire de chansons populaires. En 2010, il réalise un rêve de longue date, à savoir faire ressortir les ouvertures au jazz possibles de l’"Otello" de Giuseppe Verdi et avec le trio qu’il forme encore aujourd'hui en compagnie de Rainer Böhm et Patrice Héral. Un travail de musique improvisée qui lui a valu l’ECHO Jazz du « Meilleur bassiste national ». La version de «Live at Schloss Elmau » a été le coup d'envoi de la collaboration de Ilg avec ACT et a été suivie par une autre aventure risquée : "Parsifal" de Wagner, "une musique de chambre, un opus jazz acoustique " (Spiegel Online), qui lui a valu son second ECHO Jazz en 2014.

Publicité

Avec « Mein Beethoven », Ilg, avec son trio parfaitement rompu à l’exercice, démontre qu'il n’est pas question pour lui de faire de la musique crossover, de la musique fantaisiste du style "le jazz mène au classique", mais qu’il s’agit plutôt de prendre le **matériel original ** et en quelque sorte, de les faire sien. Son regard incorruptible quand il s’agit de préserver l’essence de l’œuvre, sa maîtrise à la restituer humaine, sensuelle, est impressionnante.

Ce n'est pas seulement la basse chantante, groove, de Ilg, qui fait que ses arrangements de Beethoven sont si agréables à l’écoute, c'est aussi le toucher étincelant de Reiner Böhm, son intelligence pianistique lorsqu’il joue certaines des plus belles mélodies de l'histoire de la musique avec un profond respect, et la capacité de **Patrice Héral ** à toujours ajouter une dimension orchestrale grâce à son drumming extraordinaire, avec des variations et des interventions appropriées.

Est-ce du jazz ? Ou n’est-ce pas tout simplement une musique formidable, enchanteresse, fluide, rêveuse, chantante, groove... ?

Références

L'équipe

Alex Dutilh
Alex Dutilh
Alex Dutilh
Production
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Collaboration