Jacob Garchik
Jacob Garchik
Jacob Garchik - Ernest Stuart
Jacob Garchik - Ernest Stuart
Jacob Garchik - Ernest Stuart
Publicité
Résumé

Jacob Garchik (tromboniste Rising Star #1, 2018 Downbeat Critics Poll) sort son album le plus jazz à ce jour, toujours imprégné de son sens de l'expérimentation et de la surprise. “Assembly” paraît le 13 mai chez Yestereve.

En savoir plus
  • Jacob Garchik à la Une

"J'adore jouer du blues et des standards et jouer dans la grande tradition du bebop. C'est fascinant et satisfaisant, quelle que soit votre pratique de l’avant-garde. C'est comme les échecs, un vieux jeu avec des règles immuables, certainement pas le seul jeu à jouer, mais il y a toujours de nouvelles façons de le jouer."

Jazz Agenda : Jazz Agenda : Jazz Agenda (semaine du 09 au 15 mai 2022)

  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Tigran Hamasyan vendredi 27 mai à 18h à la Salle Marcel-Hélie à Coutances (50) dans le cadre de Jazz Sous les Pommiers. Envoyez un mail à openjazz.jeu@radiofrance.com et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premersi mails.
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Anne Paceo vendredi 13 mai à 20h au Carré Magique à Lannion (22). Envoyez un mail à openjazz.jeu@radiofrance.com et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.

Jazz au Trésor : Jazz au Trésor : Johnny Glasel, Mel Davis - Rare and Obscure Jazz Albums

Jazz Bonus : Jazz Bonus : Armel Dupas - Love Is In The Air

_______________________________________________________________

Publicité

Jacob Garchik avait été remarqué pour ses albums-concept qui flirtent avec le gospel (“The Heavens : The Atheist Gospel Trombone Album”, 2012), le heavy metal (Ye Olde, 2015) et les big bands sans section rythmique (“Clear Line”, 2020).

En février 2021, dans l'isolement brutal de la pandémie, Jacob Garchik a ressenti la frustration de tant de musiciens, incapable de se produire ou de jammer avec ses pairs depuis presque un an. Il a réuni un brillant quintet pour enregistrer dans un studio doté de suffisamment de cabines isolées pour enregistrer simultanément. Cette première réunion, où ils ont joué des blues et des standards sans tête, a créé une atmosphère de jam session swinguante. Pour les musiciens, c'était plus que cathartique. Pendant les trois mois suivants, Jacob Garchik a utilisé ces enregistrements pour un autre type d'assemblage, coupant, collant, transcrivant, composant, réorganisant et retravaillant. Le groupe s'est réuni une deuxième fois en mai pour enregistrer les compositions originales de Garchik et des collages basés sur leur propre jeu, et parfois superposés à celui-ci.

Ce disque est une exploration des paradoxes auxquels tout musicien de jazz est confronté : comment poursuivre l'innovation tout en restant connecté à la musique du passé qu'il aime. En plus de jouer du trombone avec tout le monde, du Lee Konitz Nonet au septet de Mary Halvorson en passant par l'ensemble de cuivres de Henry Threadgill, Jacob Garchik a travaillé avec le Kronos Quartet en créant plus de 100 arrangements de musique venue du monde entier. Mais avant cela, il fut un adolescent obsédé par les oiseaux et J.J. Johnson… Jacob Garchik, Dan Weiss et Jacob Sacks se sont rencontrés en 1995 alors qu'ils étaient étudiants à la Manhattan School of Music, où le bop a été la matière première de leurs études quotidiennes pendant des années. Bien qu'ils aient ensuite joué une musique combinant le jeu libre et la composition classique sur les albums “Abstracts” (2005) et “Romance” (2008) de Jacob Garchik, leur interaction a toujours eu un point commun : leur amour profond du patrimoine du jazz.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Jacob Garchik vénère le passé mais n'a pas peur de se passer des formalités. Le processus de réalisation du disque ressemblait moins à un album de jazz classique de la fin des années 50 qu'à un disque de rock de la fin des années 60. "Même dans le jazz expérimental, la plupart du temps, le studio est utilisé pour enregistrer une sorte d'instantané idéalisé d'une performance - les gens présentent des prises complètes, font rarement des overdubs et utilisent le studio pour peaufiner ce qu’ils ont pu réaliser en concert plutôt que de le modifier radicalement." “Assembly” ne ressemble pas à un concert enregistré ; il s'agit avant tout d'une création de studio.

Dès le début, “Assembly” s'impose comme non conventionnel avec Collage, qui présente quelque chose de rarement entendu sur un disque de jazz : deux morceaux aux tempos sans rapport l'un avec l'autre et pourtant superposés. Jacob Garchik explique : "Nous jouons ici des changements de rythme, trois d'entre nous font un solo en même temps, mais cela devient une texture complexe lorsque l'autre morceau est superposé. Je voulais que ce soit mélangé pour que l'oreille de l'auditeur puisse se concentrer sur une piste ou l'autre ou les deux selon son humeur."

Après la première session, Jacob Garchik a trié près de trois heures de matériel. Il a sélectionné certains de ses moments préférés, centrés sur le son de la contrebasse de Thomas Morgan, pour créer une série de boucles sur lesquelles Sam Newsome a improvisé. Le résultat est Bricolage.

À lire aussi : Jazz Trotter : Dan Weiss

Homage est très grossièrement basé sur Contemplation de McCoy Tyner, et comprend 4 trombones, 2 saxes, 4 pianos, 4 basses et 3 batteurs. Jacob Garchik le décrit comme "une expérience avec le type de sections rythmiques massivement ré-enregistrées que l'on trouve sur les disques pop, mais ici dans un cadre jazz swinguant".

Pour Idee Fixe, Jacob Garchik a pris comme point de départ un solo de Jacob Sacks sur des changements de rythme. Il s'est rendu compte que le pianiste imitait acoustiquement un disque rayé. Jacob Garchik a gelé le solo en plein milieu et a mis en boucle une phrase pour créer un véritable effet de "disque rayé" qui devient l'arrière-plan d'une série d'épisodes oniriques, dont le point culminant est un solo de Dan Weiss.

Sur Fantasia, le sax soprano de Sam Newsome donne l'impression d'être passé dans un harmoniseur numérique ; en réalité, il a attaché un tuyau en plastique au bec pour amener l'instrument dans la gamme des basses. Le résultat est acoustique, à l'exception d'un delay stéréo. Les changements de rythme en La sont accompagnés par des Do issus de 8 pistes de piano distinctes. "Je voulais faire quelque chose de swinguant, ce que je n'avais jamais vraiment fait auparavant sur un de mes propres albums", explique Jacob Garchik. 
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

Références

Programmation musicale

  • 18h07
    Pastiche
    Pastiche
    Jacob Garchik
    Pastiche

    Interprètes Jacob Garchik., Jacob Garchik (trombone), Sam Newsome (saxophone soprano), Jacob Sacks (piano), Thomas Morgan (contrebasse), Dan Weiss (batterie)

    Album Assembly (2022)
    Label Yestereve (07)
  • 18h13
    Homage
    Homage
    Jacob Garchik
    Homage

    Interprètes Jacob Garchik., Jacob Garchik (trombone), Sam Newsome (saxophone soprano), Jacob Sacks (piano), Thomas Morgan (contrebasse), Dan Weiss (batterie)

    Album Assembly (2022)
    Label Yestereve (07)
  • 18h19
    Idee Fixe
    Idee Fixe
    Jacob Garchik
    Idee Fixe

    Interprètes Jacob Garchik., Jacob Garchik (trombone), Sam Newsome (saxophone soprano), Jacob Sacks (piano), Thomas Morgan (contrebasse), Dan Weiss (batterie)

    Album Assembly (2022)
    Label Yestereve (07)
  • 18h23
    Blues in the Closet
    Blues in the Closet
    Stan Getz & J. J. Johnson
    Blues in the Closet

    Interprètes Oscar Pettiford., Stan Getz (saxophone ténor), Jay Jay Johnson (trombone), Herb Ellis (guitare), Oscar Peterson (piano), Ray Brown (contrebasse), Connie Kay (batterie)

    Album Stan Getz & Jay Jay Johnson at the Opera House (1986)
    Label Verve (831272-2)
  • 18h31
    Mirages
    Mirages
    Anne Paceo
    Mirages

    Interprètes Anne Paceo., Anne Paceo (batterie, voix), Isabel Sörling (voix), Marion Rampal (voix), Christophe Panzani (saxophone), Tony Paeleman (claviers), Benjamin Flament (metallophone)

    Album S.H.A.M.A.N.E.S (2022)
    Label JUSQU'A LA NUIT
  • 18h36
    Softly, as in a Morning Sunrise
    Softly, as in a Morning Sunrise
    Tigran Hamasyan
    Softly, as in a Morning Sunrise

    Interprètes Sigmund Romberg., Oscar Hammerstein II., Tigran Hamasyan (piano), Matt Brewer (contrebasse), Justin Brown (batterie)

    Album StandArt (2022)
    Label Nonesuch
  • 18h43
    Bunauara
    Bunauara
    Daniel Humair
    Bunauara

    Interprètes George Gruntz., Daniel Humair (batterie), Jerry Bergonzi (saxophone ténor), Aydin Esen (piano), Miroslav Vitous (contrebasse)

    Album Edges (1991)
    Label Label Bleu (LBLC 6545)
  • 18h47
    Handful of Rain
    Handful of Rain
    Neal Black & The Healers
    Handful of Rain

    Interprètes Neal Black., Neal Black (guitares, voix), Mike Lattrell (piano), Chris Garreau (basse), Vincent Daune (batterie), Nico Wayne Toussaint (harmonica)

    Album Wherever the Road Takes Me
    Label Dixiefrog (DFGCD8833)
  • 18h52
    My Heart Belongs to Daddy
    My Heart Belongs to Daddy
    Mel Davis Quintet
    My Heart Belongs to Daddy

    Interprètes Cole Porter., Mel Davis (trompette), Joe Sgro (guitare), Barry Galbraith (guitare), Milt Hinton (contrebasse), Osie Johnson (batterie)

    Album Jazz Session (2022)
    Label Fresh Sound (FSRCD1068)
  • 18h56
    Strange Days in Paris
    Strange Days in Paris
    Armel Dupas
    Strange Days in Paris

    Interprètes Armel Dupas., Armel Dupas (piano)

    Album Love is in the Air
    Label Autoproduction

L'équipe

Alex Dutilh
Alex Dutilh
Alex Dutilh
Production
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Collaboration
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Réalisation