Joachim Kühn
Joachim Kühn
Joachim Kühn - Silvio Magaglio
Joachim Kühn - Silvio Magaglio
Joachim Kühn - Silvio Magaglio
Publicité
Résumé

Le premier confinement a été vécu en solitaire par Joachim Kühn entre son piano et son magnétophone dans sa résidence d’Ibiza. La lumière devait être splendide. “Touch the Light” sort ce 26 février chez ACT.

En savoir plus

Au sommaire aujourd'hui

  • Joachim Kühn à la Une

"Peut-être quand j'aurai quatre-vingt-dix ans... ?" Lorsque Siggi Loch a émis l'idée que Joachim Kühn pourrait faire un album de ballades, la réponse du pianiste a été typiquement joviale, voire provocante. Mais cette résistance initiale n'a pas duré longtemps. Joachim Kühn, maintenant septuagénaire, commence bientôt à s'installer chez lui, devant son beau Steinway - il le maintient impeccablement accordé - pour mettre en route son enregistreur DAT et se mettre au travail. "L'avantage d'être ici chez moi à Ibiza est que je peux simplement faire un enregistrement quand je le veux.  Quand l'envie me prend, j'enregistre tout simplement", réfléchit Joachim Kühn.

« Touch the Light »
« Touch the Light »

Sur une période d'environ quinze mois, Joachim Kühn a envoyé au total une quarantaine de pistes solitaires à Siggi Loch. Il prenait souvent des morceaux, les repensait et finissait par envoyer plusieurs versions différentes à Berlin.  Ce qui ressort de ce nouvel album de piano solo, "Touch the Light", est donc une sorte de distillation de ces prises successives, toutes faites sur le même piano et dans le même espace.  Il s'agit d'un programme cohérent et délicieux qui se déroule avec fluidité.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Il y a ici des pièces qui revisitent des phases importantes d'une carrière fascinante et variée. A Remark You Made de Joe Zawinul a une résonance personnelle particulière et profonde pour Joachim Kühn.  Elle le ramène directement à un moment crucial :  Joe Zawinul était juré au concours Gulda de 1966 à Vienne. C’est l'événement qui a facilité la fuite du pianiste de 22 ans hors d'Allemagne de l'Est. Le thème de Gato Barbieri tiré de “Last Tango In Paris" rappelle non seulement le fait que Gato Barbieri a engagé Joachim Kühn en 1972 pour jouer sur la bande originale du film, mais c'est aussi un air qu'il jouera d'innombrables fois, plus tard, dans son trio avec Daniel Humair et Jean-François Jenny-Clark. Et l'Allegretto de la 7e symphonie de Beethoven met en évidence non seulement un compositeur dont la musique a toujours fait la plus profonde impression sur Joachim Kühn, mais aussi le fait que sa ressemblance physique avec Beethoven a souvent eu pour conséquence que des collègues musiciens - notamment Gordon Beck, avec qui il a travaillé sur le projet Piano Conclave dans les années 1970 - lui ont donné le surnom de Beethoven. 

1h 00

La variété du jeu de piano de Joachim Kühn dans cet album est assez remarquable. L'auditeur est d'abord accueilli dans la pulsation invitante, réconfortante et régulière du Warm Canto de Mal Waldron. Plus tard, par contraste, la composition Sintra de Joachim Kühn donne un cours magistral sur la liberté et l'art alchimique de faire attendre l'auditeur. Purple Rain de Prince est une version douloureuse, tandis que Joachim Kühn a trouvé l'encouragement pour revisiter Peace Piece de Bill Evans dans la dignité et la retenue de la version du pianiste classique Igor Levit. 

53 min

Joachim Kühn peut nous montrer une légèreté de toucher dans l'Allegretto de la Septième Symphonie de Beethoven. Mais il peut aussi être énergique, car il donne un poids plein et sonore au thème du Last Tango de Barbieri.  Il y a aussi des hommages aux dons mélodiques de certains souffleurs : Warm Canto rappelle la façon dont Eric Dolphy à la clarinette survole la mélodie dans l'album "The Quest", et l'ampleur de la composition de Milton Nascimento Ponta de Areia rappelle clairement la voix lyrique, aérienne et touchante du grand Wayne Shorter.

58 min

Mais c'est surtout dans la simplicité et le plaisir de la mélodie de ses propres compositions que Joachim Kühn touche le cœur et nous réserve les plus grandes surprises sur cet album. Sintra est un morceau écrit dans un endroit paisible, à l'extérieur d'un café, dans l'ancien sanctuaire des rois de Portugal. Et le morceau titre Touch the Light capture la beauté du coucher de soleil sur la mer que Joachim Kühn contemple souvent depuis sa terrasse. La remarque de Joachim Kühn à propos de ce morceau est également vraie pour l'ensemble de l'album : "Il y a beaucoup d'amour ici. Et de joie".
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

54 min
Références

Programmation musicale

  • 18h06
    Warm Canto
    Warm Canto
    Joachim Kühn
    Warm Canto

    Mal Waldron. (Compositeur), Joachim Kühn (piano)

    Album Touch the light (2021)
    Label ACT MUSIC & VISION
  • 18h09
    Touch the Light
    Touch the Light
    Joachim Kühn
    Touch the Light

    Joachim Kühn. (Compositeur), Joachim Kühn (piano)

    Album Touch the light (2021)
    Label ACT MUSIC & VISION
  • 18h14
    Last tango in Paris
    Last tango in Paris
    Joachim Kuhn
    Last tango in Paris

    Gato Barbieri

    Album Touch the light (2021)
    Label ACT MUSIC & VISION
  • 18h19
    India
    India
    Joachim Kühn, Daniel Humair, Jean-François Jenny-Clark
    India

    John Coltrane. (Compositeur), Joachim Kühn (piano), Jean-François Jenny-Clark (contrebasse), Daniel Humair (batterie)

    Album From Time to Time Free (1988)
    Label CMP RECORDS (CMPCD 35)
  • 18h24
    Diary of an Unfettered Mind
    Diary of an Unfettered Mind
    Michel Reis, Marc Demuth, Paul Wiltgen
    Diary of an Unfettered Mind

    Michel Reis. (Compositeur), Michel Reis (piano), Marc Demuth (contrebasse), Paul Wiltgen (batterie)

    Album Sly (2021)
    Label Cam Jazz (CAMJ75572)
  • 18h30
    Mood Indigo
    Mood Indigo
    Nina Simone
    Mood Indigo

    Barney Bigard. (Compositeur), Duke Ellington. (Compositeur), Irving Mills. (Compositeur), Nina Simone (piano, voix), Jimmy Bond (contrebasse), Albert Heath (batterie)

    Album Jazz Ladies : the Singing Pianists 1926-1961 (2021)
    Label Frémeaux & Associés (FA5776)
  • 18h36
    Milestones
    Milestones
    Miles Davis
    Milestones

    Davis

    Album Milestones (1958)
    Label CBS
  • 18h44
    Mo' better blues
    Mo' better blues
    Brandford Marsalis
    Mo' better blues

    B.Lee

    Album Bof / Mo' better blues (1990)
    Label CBS
  • 18h49
    The Swindler
    The Swindler
    Florian Willeitner, Igmar Jenner, Georg Breinschmid
    The Swindler

    Georg Breinschmid. (Compositeur), Florian Willeitner (violon), Igmar Jenner (violon), Georg Breinschmid (contrebasse)

    Album First Strings on Mars (2021)
    Label ACT MUSIC & VISION (ACT99212)
  • 18h53
    Believe, Beleft, Below
    Believe, Beleft, Below
    Esbjörn Svensson trio
    Believe, Beleft, Below

    Esbjörn Svensson. (Compositeur), Dan Berglund. (Compositeur), Magnus Öström. (Compositeur), Esbjörn Svensson (piano), Dan Berglund (contrebasse), Magnus Öström (batterie)

    Album Romantic Freedom : Blue in Green (2021)
    Label ACT (ACT9928-2)

L'équipe

Alex Dutilh
Alex Dutilh
Alex Dutilh
Production
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Collaboration
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Réalisation