John Coltrane
John Coltrane
John Coltrane - Esmond Edwards
John Coltrane - Esmond Edwards
John Coltrane - Esmond Edwards
Publicité
Résumé

“Coltrane’58 : The Prestige Recordings Box Set” qui paraît chez Craft capture le génie du légendaire saxophoniste John Coltrane, à ses tous débuts, lors de sa percée l’année de ses “sheets of sound” (nappes de son). Ce coffret marque aussi les 70 ans du label Prestige.

En savoir plus

Au sommaire aujourd'hui

  • John Coltrane à la Une

L’année où John Coltrane a connu une percée, lorsqu’il a imposé un son vraiment personnel et que ses propres enregistrements ont commencé à se vendre de manière constante, est l’année 1958. 

Jazz au Trésor : Jazz au Trésor : Sharón Clark - Do It Again

Jazz Agenda : Jazz Agenda (semaine du 25 au 31 mars 2019)

Jazz Bonus : Jazz Bonus : Émilie Calmé - Flûte poésie

Jazz Trotter : Jazz Trotter : Uriel Herman - Face to Face

“Coltrane’58 : The Prestige Recordings Box Set”
“Coltrane’58 : The Prestige Recordings Box Set”

Bien que 52 ans soient passés depuis sa disparition le 17 juillet 1967, l’importance et l’influence de John Coltrane n’ont jamais été aussi grandes. Bien qu’actif pendant une période relativement courte - de 1957 à 1967 - c'était un esprit intrépide qui s'est développé à un rythme phénoménal. “Coltrane ’58: The Prestige Recordings” qui paraît le 29 mars chez Craft Recordings (un coffret de 8 LP, 5 CD) qui raconte l'histoire passionnante session par session, avec l'ensemble des 37 titres que Coltrane a enregistrés en tant que leader ou co-leader pour le label indépendant Prestige durant ces douze mois. Cette collection le capte à la point de la créativité et développant le style d'improvisation caractéristique que le journaliste Ira Gitler a surnommé les "sheets of sound".

Publicité

À lire aussi : John Coltrane au sommet des ventes de disques... 51 ans après sa mort

La parution en temps de “Coltrane ’58” tombe à pic et marque les 70 ans du label Prestige et intervient juste après les 60ème anniversaire de ces enregistrements. Il arrive aussi après la parution l’année dernière de “Both Directions at Once”  qui s'est hissé au 21ème rang du palmarès Billboard200, la plus haute position de sa carrière.

À réécouter : L'actualité du jazz : John Coltrane, l'album perdu de 1963

“Coltrane '58” regorge du répertoire jazz commun de l'époque - blues, standards bebop et ballades familières - ainsi que de compositions originales et de mélodies obscures redécouvertes par John Coltrane. Ensemble, ils offrent un éventail de profondeur émotionnelle et de prouesse instrumentale, montrant comment le saxophoniste, alors en pleine ascension, étirait activement le son et en augmentait l'intensité, et changeait le cours du jazz. On y trouve des versions définitives de Lush Life, Lover Come Back to Me, Stardust, Good Bait et Little Melonae ; les premiers enregistrements d'originaux comme Nakatini Serenade, The Believer, Black Pearls et Theme for Ernie ; et des tours de force sur le sax ténor comme Russian Lullaby, Sweet Sapphire Blues et I Want to Talk About You qui anticipent les sommets stratosphériques que John Coltrane allait atteindre dans les années 60.

En 1958, John Coltrane était encore à deux ans de devenir leader à part entière, mais son appartenance à des ensembles dirigés par Miles Davis et Thelonious Monk l'avait propulsé sous les feux de la rampe comme l'une des figures les plus excitantes et controversées du jazz. “Coltrane '58” témoigne du choc et de l'admiration que John Coltrane a générés durant cette période, lorsque son approche de ses sheets of sound (nappes de son) a poussé le bebop, slalomant à travers les accords d’une mélodie, jusqu’à  ses extrêmes.

Certes, “Coltrane '58” est bien plus que des sheets of sound : C'est le son de John Coltrane travaillant et lissant ces nappes et explorant aussi d'autres idées.  Par exemple, il jouait souvent en doublant le tempo - comme si ses accords avançaient deux fois plus vite que le reste du groupe - et, si la musique l'exigeait, il diminuait l'intensité, caressant et embellissant une mélodie, un aspect qui pouvait calmer les critiques les plus sévères.

“Coltrane '58” révèle d'autres aspects importants de l'émergence de John Coltrane, comme son statut croissant dans la confrérie du hard bop de l'époque. Il a enregistré avec des contemporains (de nombreuses légendes à venir), dont le pianiste Red Garland, le guitariste Kenny Burrell, les trompettistes Donald Byrd, Freddie Hubbard et Wilbur Harden, le bassiste Paul Chambers et les batteurs Art Taylor et Jimmy Cobb et Louis Hayes. Les sessions se sont toutes déroulées dans le légendaire home studio de Rudy Van Gelder à Hackensack, New Jersey, où a été enregistré une grande partie du meilleur jazz de l'époque. La musique de John Coltrane de 1958 provient de sessions de trois heures avec des répétitions minimales, des arrangements oraux sur l’instant et surtout des premières prises. 

C'est un défi aujourd'hui d'imaginer à quel point John Coltrane a dû sonner radical il y a soixante ans pour des auditeurs de jazz habitués à un flux plus doux et plus lyrique. Dans ses notes de pochette, Ashley Kahn voit une pertinence durable dans l'audacieuse prise de risque de John Coltrane, en tant qu'artiste créatif et afro-américain : "Dans le contexte des têtes d’affiche actuelles et d'un sentiment de “déjà vu”, la musique de Coltrane sonne plus claire que jamais, avec une signification encore plus grande qu'en 1958. Ce qu'il jouait alors ne se sentait jamais moins qu'urgent et pertinent, voire subversif. Ça sonne toujours comme ça."

À réécouter : John Coltrane, A Love Supreme et alcôves cachées

Étonnamment, la majorité de cette musique n'est sortie que dans les années 60 sur divers albums après l'émergence de John Coltrane en tant que leader, privant ces 37 titres de la possibilité de raconter ensemble leur propre histoire collective. En séquençant cette musique dans l'ordre de sa création originale, “Coltrane '58” délimite clairement la première année complète de John Coltrane en tant qu'artiste-interprète, permettant enfin aux fans d'expérimenter piste par piste l'émergence d'un maître improvisateur dans sa première grande carrière.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

Programmation musicale

17h49
REMINISCENCES DU DON JUAN DE MOZART
REMINISCENCES DU DON JUAN DE MOZART
LISZT
REMINISCENCES DU DON JUAN DE MOZART

Interprètes LISZT, Track 2

18h06
« The Prestige Recordings » Soultrane (Tadd Dameron)
« The Prestige Recordings » Soultrane (Tadd Dameron)
John Coltrane
« The Prestige Recordings » Soultrane (Tadd Dameron)

Interprètes John Coltrane (saxophone ténor), Tadd Dameron (piano), John Simmons (basse), Phil Joe Jones (batterie)

Album The Prestige recordings Cd 2 (1991)
Label PRESTIGE
18h12
« The Prestige Recordings » I Love You (Cole Porter)
« The Prestige Recordings » I Love You (Cole Porter)
John Coltrane
« The Prestige Recordings » I Love You (Cole Porter)

Interprètes John Coltrane (saxophone ténor), Earl May (basse), Art Taylor (batterie)

Album The Prestige Recordings (1991)
Label Prestige (16 PCD-4405-2/6)
18h18
« The Prestige Recordings » Russian Lullaby (Irving Berlin)
« The Prestige Recordings » Russian Lullaby (Irving Berlin)
John Coltrane
« The Prestige Recordings » Russian Lullaby (Irving Berlin)

Interprètes John Coltrane (saxophone ténor), Red Garland (piano), Paul Chambers (basse), Art Taylor (batterie)

Album The Prestige Recordings (1991)
Label Prestige (16 PCD-4405-2/12)
18h24
« The Prestige Recordings » Goldsboro Express (John Coltrane)
« The Prestige Recordings » Goldsboro Express (John Coltrane)
John Coltrane
« The Prestige Recordings » Goldsboro Express (John Coltrane)

Interprètes John Coltrane (saxophone ténor), Art Taylor (batterie), Paul Chambers (basse)

Album The Prestige Recordings (1991)
Label Prestige (16 PCD-4405-2/16)
18h30
Aharisti
Aharisti
Antoine Karacostas Trio
Aharisti
Album Insulary tales (2019)
Label PARALLEL
18h30
«  Do it Again : My Tribute to Shirley Horn » Fly Me To The Moon (Bart Howard)
« Do it Again : My Tribute to Shirley Horn » Fly Me To The Moon (Bart Howard)
Sharón Clark
« Do it Again : My Tribute to Shirley Horn » Fly Me To The Moon (Bart Howard)

Interprètes Sharón Clark, Sharón Clark (voix), Paul Carr (saxophone ténor), Chris Grasso (piano), James « The Tex » King (contrebasse), Lenny Robinson (batterie)

Album Do it Again : My Tribute to Shirley Horn
Label Autoproduction
18h37
Aharisti
Aharisti
Antoine Karacostas Trio
Aharisti
Album Insulary tales (2019)
Label PARALLEL
18h44
« Flûte Poésie » Chofe Biguine-la (Robert Mavounzy)
« Flûte Poésie » Chofe Biguine-la (Robert Mavounzy)
Emilie Calmé
« Flûte Poésie » Chofe Biguine-la (Robert Mavounzy)

Interprètes Emilie Calmé, Emilie Calmé (flûte), Alain Jean-Marie (piano)

Album Flûte poésie (2018)
Label Continuo Jazz (CC777812)
18h48
Bang ! Bang !
Bang ! Bang !
Dizzy Gillespie
Bang ! Bang !

Interprètes J. Cuba, J. Sabater., Dizzy Gillespie (trompette), James Moody (saxophone ténor), Frank Schifano (contrebasse), Kenny Barron (piano), Bill Butler (guitare), Otis Candy Finch Jun. (batterie), Panama Francis (percussions), Candido (congas)

Album The Melody Lingers On (1967)
Label Mercury (220 035)

L'équipe

Alex Dutilh
Alex Dutilh
Alex Dutilh
Production
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Collaboration
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Réalisation