Keith Jarrett ©Getty - Didier Baverel
Keith Jarrett ©Getty - Didier Baverel
Keith Jarrett ©Getty - Didier Baverel
Publicité
Résumé

Cinq bandes son de leur époque. Cinq albums enregistrés qui bousculèrent l’ordre établi. On sortait des années exploratoires du free jazz et les révolutions musicale les plus conséquentes n’étaient vraiment pas là où on les attendait.

En savoir plus

Au sommaire aujourd'hui

  • Keith Jarrett à la Une
  • 5 invitations pour 2 à gagner pour le Concerto Icosium de Martial Solal dimanche 30 janvier à 16h à l'Auditorium de la Maison de la Radio & de la Musique à Paris (75). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 5 premiers mails.
50 ans après
50 ans après

🎷 Première avancée, la revendication d’une autonomie artistique du Tiers-Monde vis-à-vis de la norme étasunienne : le « Bolivia » de Gato Barbieri poursuit l’aventure amorcée par « The Thirld World » en 1969. Gato l’Argentin dessine une géographie du « pueblo unido jamas sera vencido » : un axe Cuba, Brésil, Bolivie, Argentine… Les bretons, les norvégiens et les sardes n’auront plus de complexes.

54 min

🎹 Seconde percée, la révolution intérieure, celle des sentiments, à contre-sens total des revendications sociétales. Quand Paul Bley enregistre un frissonnant « Open to Love » en solitaire, on croit rêver : lui l’un des acteurs de la « révolution d’octobre » du jazz new-yorkais huit ans plus tôt, lui qui libéra le trio piano-contrebasse-batterie de tous les carcans rythmiques ou harmoniques ! Et voilà qu’il ouvre un boulevard aux piano-solos de Keith Jarrett.

Publicité
54 min

🎺 Troisième tremblement de terre, l’éruption d’un ovni annoncé un peu plus tôt par « Bitches Brew ». Cette fois, avec « On the Corner », Miles Davis ne se contente pas d’électrifier le propos, il concocte un cocktail explosif, une fusion au plein sens du terme où Sly Stone et James Brown sont aussi influents que Karlheinz Stockhausen et Ornette Coleman. C’est rugueux, sale, insolent, rebelle. Désormais le funk ne quittera plus le Prince des Ténèbres.

54 min

🎹 Quatrième saut dans l’inconnu, l’un des albums les plus ambitieux et méconnus de Keith Jarrett : « Expectations ». Son titre est pourtant explicite, « les attentes ». Jarrett y augmente son brillant quartet américain d’une guitare, de percussions et surtout d’un ensemble de vents et de cordes. L’écriture bouscule les frontières esthétiques, le jeu des solistes est un ballet de feux follets. Rassemblant toutes les pièces de son puzzle, Jarrett propose paradoxalement une tabula rasa excitante.

« Expectations » a été produit par le manager de Jarrett de l’époque, George Avakian, qui avait produit la précédente production du pianiste pour le label Atlantic. À bien des égards, il s'agit d'une continuité, avec des morceaux du trio de Keith Jarrett avec Charlie Haden et Paul Motian et du quartet américain avec l'ajout du saxophoniste Dewey Redman. Avec un label de la dimension d’une major, Jarrett a pu pousser le bouchon en termes de production en intégrant une section de cordes sur Vision, There Is a Road (God's River) et la chanson titre, une section de cuivres sur Nomads, puis ajouter la guitare de Sam Brown au quartet dans Sundance et les percussions de Airto Moreira sur Take Me Back ou Common Mama

Au total, 78 minutes de musique réparties sur un double LP. Bien plus que le solo « Facing You » enregistré 6 mois plus tôt pour ECM, « Expectations », enregistré en avril 1972, embrasse tout l’éventail ders préoccupations futures de Jarrett. Il n'en est pas moins le reflet de son époque mais, plus important encore, de la curiosité musicale insatiable du pianiste au moment où il tente de trouver son centre de gravité musical dans le contexte musical extrêmement changeant autour de lui. 

Suite à des changements de tête à la direction de Columbia, Jarrett a été rapidement renvoyé du label, probablement au motif qu'il n'était pas assez commercial pour les nouveaux critères en vigueur. Ceci avant même la sortie du disque ! Paradoxalement, l'album est finalement bel et bien sorti et reste un intéressant lever de rideau sur la grande période Impulse de Jarrett (1973-76) qui verra l'éclosion de son quartet américain.

Pour la réédition de « Expectations », Jarrett précisera plus tard dans les notes de pochette : " Bien que je sois considéré comme éclectique. Je ne pense pas que je rentre dans cette catégorie parce que j‘assimile différentes manières d'expression dans le même flux, la même création. Alors que ce qui relève de l’éclectisme, c’est au contraire quand ces différents éléments ne s'emboîtent pas pour faire un tout, ils sont juste là pour créer un style qui se distingue principalement par ses éléments empruntés. En tant qu'artiste, vous ne pouvez pas vous empêcher de voir ou d'entendre des choses qui influencent votre travail, surtout si vous avez une grande curiosité. Mais ce qui vient alors de vous, c'est votre voix singulière. Et cela, ce n'est pas un style, ce n'est pas éclectique, c’est juste votre personnalité profonde.

🎹 Dernier volet, l’irruption de continents lointains, avec leurs instruments et leur propre spiritualité, dans l’univers afro-américain. C’est l’ancien pianiste du Coltrane mystique qui s’y colle, McCoy Tyner, avec « Sahara », son premier album chez Milestone. Il y joue du koto, de la flûte, des percussions et s’inspire de mélopées africaines et de couleurs japonisantes. En se décentrant, le jazz retrouve une raison d’être et légitime son universalité. Jazzmen de tous les pays, réunissez-vous…

54 min
Références

Programmation musicale

  • 18h08
    Expectations
    Expectations
    Keith Jarrett
    Expectations
    Album Expectations (1972)
    Label CBS
  • 18h14
    Roussillion
    Roussillion
    Keith Jarrett
    Roussillion

    Keith Jarrett. (Compositeur), Keith Jarrett (piano, saxophone soprano), Dewey Redman (saxophone ténor, cloches), Charlie Haden (contrebasse), Paul Motian (batterie)

    Album Expectations (1972)
    Label CBS
  • 18h21
    Common Mama
    Common Mama
    Keith Jarrett
    Common Mama

    Keith Jarrett. (Compositeur), Keith Jarrett (piano, tambourin, saxophone soprano), Dewey Redman (saxophone ténor, cloches), Charlie Haden (contrebasse), Paul Motian (batterie), Airto Moreira (percussions), Section de cuivres

    Album Expectations (1972)
    Label CBS
  • 18h30
    Lili
    Lili
    Alain Jean-Marie Trio
    Lili

    Bib Monville. (Compositeur), Alain Jean-Marie (piano), Gilles Naturel (contrebasse), John Betsch (batterie)

    Album Lazy Afternoon (2000)
    Label Shaï (SHA 525-2)
  • 18h36
    Evocation
    Evocation
    Sonny Troupé Quartet Add 2
    Evocation

    Sonny Troupé. (Compositeur), Sonny Troupé (batterie), Raphaël Philibert (saxophone alto), Thomas Koenig (flûte), Grégory Privat (piano), Michel Alibo (basse), Arnaud Dolmen (maké), Olivier Juste (tambour boula)

    Album Reflets Denses (2017)
    Label Autoproduction (TW2)
  • 18h41
    Haunted Heart
    Haunted Heart
    Walt Weiskopf
    Haunted Heart

    Howard Dietz. (Compositeur), Arthur Schwartz. (Compositeur), Walt Weiskopf (saxophone ténor), Brad Mehldau (piano), John Patitucci (contrebasse), Clarence Penn (batterie)

    Album Man of Many Colors (2001)
    Label Criss Cross Jazz (CRISS 1219)
  • 18h47
    It's Beginning to Rain Again
    It's Beginning to Rain Again
    Little North
    It's Beginning to Rain Again

    Little North. (Compositeur), Benjamin Nørholm Jacobsen (piano), Martin Brunbjerg Rasmussen (contrebasse), Lasse Jacobsen (batterie)

    Album Familiar Places (2022)
    Label April (APR092CD)
  • 18h52
    Monkey Donkey
    Monkey Donkey
    Gábor Bolla
    Monkey Donkey

    Gábor Bolla. (Compositeur), Gábor Bolla (saxophone ténor), Robert Lakatos (piano), Daniel Franck (contrebasse), Billy Drummond (batterie)

    Album On the move (2021)
    Label STUNT

L'équipe

Alex Dutilh
Alex Dutilh
Alex Dutilh
Production
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Collaboration
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Réalisation