Keith Jarrett
Keith Jarrett
Keith Jarrett - Daniela Yohannes / ECM
Keith Jarrett - Daniela Yohannes / ECM
Keith Jarrett - Daniela Yohannes / ECM
Publicité
Résumé

Faisant suite à la parution du remarquable concert donné par Keith Jarrett à Munich en 2016, ce nouveau double album rend compte de la totalité de la performance proposée par le pianiste deux semaines plus tôt, lors de cette même tournée européenne, au Béla Bartók National Concert Hall de Budapest.

En savoir plus

Au sommaire aujourd'hui

  • Keith Jarrett à la Une

Keith Jarrett, dont une partie de la famille est originaire de Hongrie, a envisagé ce concert de Budapest comme une sorte de retour aux sources, et ce contexte particulier lui a inspiré une suite d’improvisations particulièrement inspirées. Si l’on ajoute que le pianiste, comme il l’explique ici au public, a toujours voué une vive admiration pour Bartók, on comprendra que ce concert de Budapest se présentait sous des auspices très particuliers.

À lire aussi : En partie paralysé, le pianiste Keith Jarrett ne donnera sans doute plus de concerts

Jazz au Trésor : Jazz au Trésor : Lester Young - The President Plays

Jazz Trotter : Jazz Trotter : Mary Halvorson Code Girl - Artlessly Falling

Jazz Bonus : Jazz Bonus : Thumbscrew - The Anthony Braxton Project

« Budapest Concert »
« Budapest Concert »

Keith Jarrett, dans les 25 premières années de ses concerts en solo, construisait son discours à la manière d’une vaste arche musicale déroulant sa dramaturgie sans interruption sur l’ensemble de chacune des deux parties de la soirée. Par contre, les concerts de la dernière période inaugurée par l’album “Radiance” en 2002, au sortir de son silence dû à la maladie (symptôme de fatigue chronique), ont plutôt eu tendance à s’organiser structurellement comme des petites suites musicales composées de “mouvements” indépendants, générant chacun des merveilles de créativité spontanée. 

Publicité

À réécouter : Joyeux anniversaire Keith Jarrett ! Le vendredi 8 mai sur France Musique

Dans son compte-rendu du disque “Munich 2016” le journaliste Mike Hobart du Financial Time a résumé les choses de la sorte : “Les anciens récitals mélangeaient des réminiscences classiques, des références populaires et des formes spontanées se référant au jazz dans des flux musicaux d’une grande créativité tandis qu’aujourd’hui chacun de ces éléments tend à être présenté séparément.” Si le processus de l’improvisation tendait autrefois à être l’objet même de la performance, on peut dire que depuis le début du 21ème siècle le concert pour Jarrett est moins l’espace d’une recherche que d’une réalisation. On ne sent jamais rien d’aléatoire ou d’inachevé ici dans le geste musical mais au contraire tout se caractérise par une sensation d’assurance, qu’il s’agisse d’une ballade, d’une étude polyrythmique, d’une esquisse poétique ou d’un essai sur le blues façonné dans l’instant.

À réécouter : Keith Jarrett, the Munich concert

Le magnétisme qu’il dégage auprès du public vient probablement de sa façon si particulière d’embrasser tous les genres,” a écrit Gábor Bóta sur le site d’information hongrois Népsava. “Jarrett consomme tous les genres, du plus savant au plus léger, et se les approprie. Comme la totalité du concert est improvisée, nous avons la chance d’assister au miracle de la musique en train de se créer devant nous…On ressent physiquement sa façon d’humer l’air environnant, d’attraper soudain une sensation, de mettre ses doigts en mouvement, de plisser les yeux et de se lancer : alors naissent comme par magie les notes justes, les mélodies se déploient, et le public est embarqué dans le moment unique d’une performance qui jamais ne se reproduira telle quelle.”

À lire aussi : Les Grands Portraits d'Open Jazz : Keith Jarrett

Cette approche créative de l’improvisation n’est pas réservée exclusivement aux pièces originales inventées dans l’instant et ce concert de Budapest, comme tous ses concerts en solo, nous offre également en rappel de merveilleuses rêveries autour de standards, It’s A Lonesome Old Town et Answer Me, magistralement métamorphosés.

À lire aussi : Keith Jarrett honoré d’un Lion d’or pour l’ensemble de sa carrière

Dernièrement, Keith Jarrett a confié qu’il considérait ”Budapest Concert“ comme “l’étalon-or” de ses performances actuelles, l’œuvre de référence par rapport à laquelle tous ses autres enregistrements en solo devaient être mesurés. Qu’on l’entende comme une étape décisive dans un voyage musical sans égal, ou qu’on se contente d’en goûter les joies dans une approche plus directe, il est évident pour tout le monde que ce disque est une réussite totale.

À réécouter : Keith Jarrett à Antibes Juan-les-Pins en 1979 (1/2)

À réécouter : Sortie CD : Keith Jarrett - Munich 2016

Références

Programmation musicale

  • 18h07
    Part V
    Part V
    Keith Jarrett
    Part V

    Interprètes Keith Jarrett., Keith Jarrett (piano)

    Album Budapest concert (2020)
    Label ECM RECORDS
  • 18h12
    Part VI
    Part VI
    Keith Jarrett
    Part VI

    Interprètes Keith Jarrett., Keith Jarrett (piano)

    Album Budapest concert (2020)
    Label ECM RECORDS
  • 18h17
    Part XII - Blues
    Part XII - Blues
    Keith Jarrett
    Part XII - Blues

    Interprètes Keith Jarrett., Keith Jarrett (piano)

    Album Budapest concert (2020)
    Label ECM RECORDS
  • 18h21
    It's a Lonesome Old Town
    It's a Lonesome Old Town
    Keith Jarrett
    It's a Lonesome Old Town

    Interprètes Charles Kisco., Herry Tobias., Keith Jarrett (piano)

    Album Budapest concert (2020)
    Label ECM RECORDS
  • 18h31
    Balance des étoiles
    Balance des étoiles
    Pascale Berthelot
    Balance des étoiles

    Interprètes Pascale Berthelot., Pascale Berthelot (piano)

    Album Saison secrète (2020)
    Label Label La Buissonne (RJAL397037)
  • 18h42
    Stardust
    Stardust
    Lester Young
    Stardust

    Interprètes Hoagy Carmichael., Mitchell Parish., Lester Young (saxophone ténor), The Oscar Peterson Trio, Oscar Peterson (piano), Barney Kessel (guitare), Ray Brown (basse), J.C. Heard (batterie)

    Album The President Plays (1959)
    Label Verve (831670-2)
  • 18h47
    Bigger flames (feat. Robert Wyatt)
    Bigger flames (feat. Robert Wyatt)
    Amirtha Kidambi
    Bigger flames (feat. Robert Wyatt)

    Interprètes Maria Grand, Adam O'Farrill, Mary Halvorson, Michael Formanek

    Album Artlessly falling (2020)
    Label FIREHOUSE 12 RECORDS
  • 18h55
    Composition No. 79
    Composition No. 79
    Anthony Braxton.
    Composition No. 79

    Interprètes Anthony Braxton., Thumscrew, Mary Halvorson (guitare), Michael Formanek (basse), Tomas Fujiwara (vibraphone)

    Album The Anthony Braxton Project (2020)
    Label Cuneiform

L'équipe

Alex Dutilh
Alex Dutilh
Alex Dutilh
Production
Max James
Réalisation
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Collaboration
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Réalisation