Snorre Kirk
Snorre Kirk
Snorre Kirk - Stephen Freiheit
Snorre Kirk - Stephen Freiheit
Snorre Kirk - Stephen Freiheit
Publicité
Résumé

Le batteur danois Snorre Kirk se souvient des fondamentaux du jazz pour propulser le swing dans un le futur immédiat du plaisir communicatif. Une révélation.

En savoir plus

Au sommaire aujourd'hui

  • Snorre Kirk à la Une

Jazz Agenda : Jazz Agenda (semaine du 07 au 13 janvier 2019)

Jazz Trotter : Jazz Trotter : Joe Haider - Waltz for Ever

Jazz Trotter : Jazz Trotter : Martin Salemi Trio - Short Stories

Beat
Beat

Entouré de quelques uns des meilleurs jazzmen danois, les deux pieds fermement ancrés dans la tradition et un oeil tourné vers le futur, le norvégien Snorre Kirk (résidant au Danemark) nous offre un ensemble de compositions où la batterie agit constamment comme l’élément central d’une rythmique vigoureuse, tout autant dans les moments d'obédience gospel et d’inspirations latines que dans les balades sphériques. Passant d’une rêverie exotique à un blues terrestre et inédit, la démarche du batteur est solide et assurée. Voilà une musique qui a de l’âme et du swing. La quintessence du cool.

Agissant en qualité de bandleader et compositeur, Snorre a pensé essentiel de devenir familier avec l’ADN musical de ses solistes, afin d’adapter son travail d’écriture en fonction de chacun d’eux et, ainsi, d’amener un son unique porté par des compositions pétillantes et le désir d’explorer et maîtriser un maximum d’éléments et de directions inhérents à l’histoire du jazz. 

Publicité

Huit des neuf morceaux qui constituent le répertoire de Beat sont des compositions de Snorre Kirk. La seule qui n’en est pas une est une adaptation du thème ‘Zanzibar’, écrit par le contrebassiste Juan Tizol, à l’époque membre de l’orchestre de Duke Ellington. Sans qu’on ne sache vraiment pourquoi, ce thème est tombé dans l’anonymat et n’a, de fait, été que rarement entendu et encore moins interprété. Brillant de mille couleurs, ‘Zanzibar’ est une merveille de composition et Snorre s’est donné la responsabilité de la maintenir en vie, lui servant également d’inspiration. Un choix loin d’être le fruit du hasard, puisque, à l’instar de la musique du batteur, c’est un morceau qui respire la joie. 

Rares sont les jeunes musiciens à avoir fait le pont entre les différents jazz de façon si spectaculaire que Snorre Kirk. Le répertoire ainsi que le line-up de ce 4ème album démontrent bien que l’auditeur a affaire à un “working band” (voire “hard-working band”!) avec de talentueux solistes aux rôles bien distincts.

Snorre Kirk  (batterie et composition)
Tobias Wiklund (cornet à pistons)
Klas Lindquist (saxophone alto et clarinette)
Jan Harbeck (saxophone ténor)
Magnus Hjorth (piano)
Lasse Mørck (basse)

Programmation musicale

Snorre Kirk « Beat »
Exotica (Snorre Kirk)
Stunt 18142

« Beat »
« Beat »

Snorre Kirk « Beat »
Beat (Snorre Kirk)
Stunt 18142

« Beat »
« Beat »

Jo Jones « Special »
Shoe Shine Boy (Sammy Cahn, Saul Chaplin)  
Vanguard  662132

« Special »
« Special »

Leon Parker « Belief »
Ray of Light (Leon Parker)  
Columbia  4851382

« Belief »
« Belief »

Marcin Masecki, Jerzy Rogiewicz « Ragtime »
Dinah (Harry Akst)   
BMC 256

 « Ragtime »
« Ragtime »

Joe Haider « Waltz For Ever »   
The Reconciliation (Joe Haider)    
Double Moon 71351

« Waltz For Ever »
« Waltz For Ever »

Martin Salemi « Short Stories »   
Regina (Martin Salemi)     
Igloo 285

« Short Stories »
« Short Stories »

Olivier Ker-Ourio « French Songs »
Champs-Élysées (Michael Wilshaw, Pierre Delanoë)      
Bonsaï 145922

« French Songs »
« French Songs »

Jorge Rossy « Beyond Sunday »   
Kierva (Al Foster)       
Jazz & People 818009

« Beyond Sunday »
« Beyond Sunday »

Kevin Reveyrand « Reason and Heart »    
Reason and Heart (Kevin Reveyrand)        
Assaï AR-CD08

« Reason and Heart »
« Reason and Heart »
Références

L'équipe

Alex Dutilh
Alex Dutilh
Alex Dutilh
Production
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Collaboration
Marjolaine Portier-Kaltenbach
Marjolaine Portier-Kaltenbach
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Réalisation