McCoy Tyner ©Getty - Avalon
McCoy Tyner ©Getty - Avalon
McCoy Tyner ©Getty - Avalon
Publicité
Résumé

Cinq bandes son de leur époque. Cinq albums enregistrés qui bousculèrent l’ordre établi. On sortait des années exploratoires du free jazz et les révolutions musicale les plus conséquentes n’étaient vraiment pas là où on les attendait.

En savoir plus

Au sommaire aujourd'hui

  • McCoy Tyner à la  Une
50 ans après
50 ans après

🎷 Première avancée, la revendication d’une autonomie artistique du Tiers-Monde vis-à-vis de la norme étasunienne : le « Bolivia » de Gato Barbieri poursuit l’aventure amorcée par « The Thirld World » en 1969. Gato l’Argentin dessine une géographie du « pueblo unido jamas sera vencido » : un axe Cuba, Brésil, Bolivie, Argentine… Les bretons, les norvégiens et les sardes n’auront plus de complexes.

54 min

🎹 Seconde percée, la révolution intérieure, celle des sentiments, à contre-sens total des revendications sociétales. Quand Paul Bley enregistre un frissonnant « Open to Love » en solitaire, on croit rêver : lui l’un des acteurs de la « révolution d’octobre » du jazz new-yorkais huit ans plus tôt, lui qui libéra le trio piano-contrebasse-batterie de tous les carcans rythmiques ou harmoniques ! Et voilà qu’il ouvre un boulevard aux piano-solos de Keith Jarrett.

Publicité
54 min

🎺 Troisième tremblement de terre, l’éruption d’un ovni annoncé un peu plus tôt par « Bitches Brew ». Cette fois, avec « On the Corner », Miles Davis ne se contente pas d’électrifier le propos, il concocte un cocktail explosif, une fusion au plein sens du terme où Sly Stone et James Brown sont aussi influents que Karlheinz Stockhausen et Ornette Coleman. C’est rugueux, sale, insolent, rebelle. Désormais le funk ne quittera plus le Prince des Ténèbres.

54 min

🎹 Quatrième saut dans l’inconnu, l’un des albums les plus ambitieux et méconnus de Keith Jarrett : « Expectations ». Son titre est pourtant explicite, « les attentes ». Jarrett y augmente son brillant quartet américain d’une guitare, de percussions et surtout d’un ensemble de vents et de cordes. L’écriture bouscule les frontières esthétiques, le jeu des solistes est un ballet de feux follets. Rassemblant toutes les pièces de son puzzle, Jarrett propose paradoxalement une tabula rasa excitante.

54 min

🎹 Dernier volet, l’irruption de continents lointains, avec leurs instruments et leur propre spiritualité, dans l’univers afro-américain. C’est l’ancien pianiste du Coltrane mystique qui s’y colle, McCoy Tyner, avec « Sahara », son premier album chez Milestone. Il y joue du koto, de la flûte, des percussions et s’inspire de mélopées africaines et de couleurs japonisantes. En se décentrant, le jazz retrouve une raison d’être et légitime son universalité. Jazzmen de tous les pays, réunissez-vous…

McCoy Tyner a enregistré de manière prolifique pour Milestone tout au long des années 1970 et a produit nombre d'excellents enregistrements. Mais "Sahara" représente un parfait état des lieux au moment de sa sortie en 1972. Alors que beaucoup se tournaient à ce moment-là vers le jazz-rock et la fusion, le pianiste a opté pour une approche différente. La plus grande force de cet album résidant dans la diversité de ses paysages sonores, marqués par une influence africaine. Si vous voulez retrouver la puissance de la main gauche la main gauche, foncez sur Ebony Queen ou Rebirth.

Ebony Queen le premier morceau de l’album, explose en un solo tonitruant du pianiste McCoy Tyner où sa signature irradie dans la main gauche et ses courses rapides dans la droite se traduisent par une intensité puissante. Il est dédié à sa femme, pour qui il a également écrit la belle ballade Aisha enregistrée sur « Olé » de John Coltrane (1961), mais les deux chansons sont à des années-lumière l'une de l'autre.

Lorsque McCoy Tyner a quitté Coltrane, il est d'abord revenu à l'écriture et à l'arrangement de chansons plus traditionnelles sur des albums tels que « The Real McCoy » (1967) et « Tender Moments » (1968). Peu de temps après, il a commencé à jouer et à enregistrer de la musique plus proche de « Sahara », mais beaucoup de ces enregistrements ne sont sortis que plusieurs années après leur enregistrement. Donc « Sahara, » le premier album de McCoy pour Milestones, enregistré et sorti en 1972, sonnait presque comme une nouveauté radicale, une nouvelle direction pour lui et pour le jazz au moment de sa sortie.

On retrouve aussi un piano solo spirituellement intense avec A Prayer for my Family. Côté transe, il faut glisser vers la chanson titre de 23 minutes, un voyage fascinant. Comme si tout cela ne suffisait pas, sur Valley of Life, McCoy Tyner joue du koto, un instrument à cordes japonais et produit une délicate esquisse impressionniste. Les musiciens n'ont pas peur de prendre des risques (Sonny recourt à des saxophones soprano et alto flamboyants à côté de son travail délicat à la flûte), mais McCoy a clairement l'intention de trouver de nouveaux territoires et d'élargir la définition du jazz. Il y réussit brillamment.

Références

Programmation musicale

  • 18h07
    Ebony Queen
    Ebony Queen
    McCoy Tyner
    Ebony Queen

    McCoy Tyner. (Compositeur), McCoy Tyner (piano), Sonny Fortune (saxophone soprano), Calvin Hill (contrebasse), Alphonse Mouzon (batterie)

    Album Sahara (1972)
    Label Milestone (MILESTONE 98193)
  • 18h17
    A Prayer for my Family
    A Prayer for my Family
    McCoy Tyner
    A Prayer for my Family

    McCoy Tyner. (Compositeur), McCoy Tyner (piano)

    Album Sahara (1972)
    Label Milestone (MILESTONE 98193)
  • 18h23
    Rebirth
    Rebirth
    McCoy Tyner
    Rebirth

    McCoy Tyner. (Compositeur), McCoy Tyner (piano), Sonny Fortune (saxophone alto), Calvin Hill (contrebasse), Alphonse Mouzon (batterie)

    Album Sahara (1972)
    Label Milestone (MILESTONE 98193)
  • 18h29
    A Woman Is A Sometime Thing
    A Woman Is A Sometime Thing
    The Amazing Keystone Big Band
    A Woman Is A Sometime Thing

    George Gershwin. (Compositeur), Ira Gershwin. (Compositeur), Dubose Heyward. (Compositeur), Dorothy Heyward. (Compositeur), Célia Kaméni (voix), David Enhco (trompette), Thierry Seneau (trompette), Vincent Labarre (trompette), Félicien Bouchot (trompette), Loïc Bachevillier (trombone), Sylvain Thomas (trombone), Aloïs Benoît (trombone), Bastien Ballaz (trombone), Kenny Jeanney (saxophone), Pierre Desassis (saxophone), Jon Boutellier (saxophone), Eric Prost (saxophone), Ghyslain Regard (saxophone), Thibaut Francois (guitare), Fred Nardin (piano), Patrick Maradan (contrebasse), Romain Sarron (batterie)

    Album We Love Ella (2018)
    Label Nome (NOME013)
  • 18h35
    The Taking of Pelham
    The Taking of Pelham
    Médéric Collignon & le Jus de Bocse
    The Taking of Pelham

    David Shire. (Compositeur), Médéric Collignon (cornet), Emmanuel Harang (basse électrique), Yvan Robilliard (Fender Rhodes), Philippe Gleizes (batterie)

    Album Moovies (2015)
    Label JUST LOOKING PRODUCTIONS
  • 18h39
    Rewind
    Rewind
    Tribe From The Ashes
    Rewind

    Jî Drû. (Compositeur), Sandra Nkaké. (Compositeur), Jî Drû (flûte traversière, voix)), Sandra Nkaké (voix), Marion Rampal (voix), Anne Paceo (voix), Antoine Berjeaut (trompette, bugle), Sophie Bernado (basson), Thomas De Pourquery (saxophone alto), Nathalie Ahadji (saxophone ténor, saxophone baryton), Christophe 'Disco' Minck (harpe), Mathilda Haynes (guitare acoustique), Jérôme 'Tchicky' Perez (guitare électrique), Jean-Phi Dary (piano, Rhodes), Anne Gouverneur (violon), Paul Colomb (violoncelle), Manuel Marchès (contrebasse), Mathieu Penot (batterie)

    Album Tribe From the Ashes (2021)
    Label Label Bleu (716432)
  • 18h45
    Nuits topaze
    Nuits topaze
    Simon Mary
    Nuits topaze

    Simon Mary. (Compositeur), Simon Mary (contrebasse), Geoffroy Tamisier (trompette), Tomoko Katsura (violon), Marian Iacob Maciuca (violon), Guillaume Grosbard (violoncelle), Gustavo Ovalles (maracas, clave)

    Album Krystal mundi (2019)
    Label LABEL OUEST
  • 18h50
    St. Louis blues
    St. Louis blues
    Per Mollehoj & Kirk Knuffke & Thommy Andersson
    St. Louis blues

    Per Mollehoj, Kirk Knuffke, Thommy Andersson, Wc Handy

    Album 'S wonderful (2021)
    Label STUNT
  • 18h54
    Stellar
    Stellar
    Benoît Moreau
    Stellar

    Benoît Moreau. (Compositeur), Benoît Moreau (guitare), Olivier Pinto (contrebasse), Raphaël Sonntag (batterie)

    Album Rêve Party (2022)
    Label Autoproduction

L'équipe

Alex Dutilh
Alex Dutilh
Alex Dutilh
Production
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Collaboration
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Réalisation