Mighty Mo Rodgers
Mighty Mo Rodgers
Mighty Mo Rodgers - X/DR
Mighty Mo Rodgers - X/DR
Mighty Mo Rodgers - X/DR
Publicité
Résumé

Mighty Mo Rodgers a écrit cet album en réponse au chef d’oeuvre de Marvin Gaye « What’s Goin On ». « The Virus » qui paraît chez Drinking Gourd est le 7ème volet de son odyssée blues.

En savoir plus

Au sommaire aujourd'hui

  • Mighty Mo Rodgers à la Une

Le Blues est l'âme de Mighty Mo Rodgers. Un blues, teinté de soul, porté par des tempos d'une efficacité redoutable, sur lesquels il pose, avec bonheur et d'une voix éraillée, des textes toujours empreints d'une grande humanité.

Jazz Culture : Jazz Culture (semaine du 17 au 21 juin 2019 et du 04 au 10 août 2019) : Lire en jazz

Jazz Agenda : Jazz Agenda (semaine du 24 au 30 juin 2019)

  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Paul Lay "Billie Holiday, passionnément" lundi 08 juillet à 20h à la Cuverie des Champagne Charles de Cazanove dans le cadre des Flâneries Musicales de Reims.  Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Paul Lay & Eric Le Lann + Géraud Portal vendredi 28 juin à 21h à l’Abbaye de Puypéroux à Aigne et Puypéroux (16) pour l’ouverture du Respire Jazz Festival. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.

Jazz Culture : Jazz Culture : parution du deuxième numéro de la nouvelle formule du magazine Soul Bag

Jazz Culture : Jazz Culture : Blues sur Paroles - Olivier Apert

« The Virus »
« The Virus »

Né dans l'Indiana, à East Chicago, en 1942, Mighty Mo Rodgers étudie très jeune le piano, tout en écoutant les musiciens de Jazz et de Blues qui se produisent dans le club de son père. Il grandit à l'apogée de Stax Records et de la Soul de Memphis, ce qui restera une de ses plus fortes influences. Il fonde son premier groupe "The Rocketeers" au lycée, puis un second à l’université : le "Maurice Rodgers Combo". Il troque alors ses livres d'étudiant contre un aller simple pour Los Angeles, où il devient musicien de studio et producteur. 

Publicité

Auteur compositeur officiel pour Chapell Publishing et la Motown, il s'investit ensuite dans l'enseignement dans les quartiers difficiles de Los Angeles. Il reprend simultanément ses études jusqu'à obtenir une maîtrise de philosophie à l'issue de laquelle il soutient une thèse stupéfiante : "Le Blues en tant que musique métaphysique - son sens musical et ses fondements ontologiques".

Probablement personne n'a recherché aussi profondément ce que cette forme d'art signifiait pour les Afro Américains et l'Humanité toute entière. L'univers de Mighty Mo Rodgers est une parfaite combinaison de mélancolie, de rock'n'roll, et du meilleur de la Stax ou de Mussel Shoals. Il créé ainsi un univers totalement personnel qui n'en reste pas moins fédérateur. Si on ajoute à ça, son indéniable aura, on assiste immanquablement à des prestations captivantes.

Lorsque sort son premier album solo, "Blues is My Wailin' Wall", en 1999, le succès est tout de suite au rendez-vous. C'est aussi le point de départ d'une Odyssée du Blues, vécue et revendiquée comme une véritable exploration, abordant au fil des albums aussi bien des thèmes historiques ou d'actualité, que des sujets plus légers. Mo y retrace notamment le long périple du blues, depuis le temps du commerce triangulaire jusqu’à celui des lendemains qui ne cesseront jamais de déchanter. S’il n’est pas le seul artiste de blues doté d’une vision politique, Mo incorpore subtilement dans son art l’ensemble des éléments susceptibles de distinguer le blues d’autres formes musicales : l’humour bien sûr, mais aussi la colère et l’émotion, ainsi qu’une lecture poétique du monde, brillamment éclairée par des images formidablement évocatrices et une palette sonore inédite.

Après le succès de la tournée sur l'album “Griot Blues” en collaboration avec l'artiste malien Baba Sissoko, Mighty Mo Rodgers nous revient avec le 7ème volet de son odyssée "The Virus" !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

« Mighty Mo frappe fort avec un disque pessimiste et même alarmiste… Disons-le d’emblée et c’est l’unique réserve : ce CD doit beaucoup à ses textes et s’apprécie pleinement si on est anglophone. Bref, ici, le virus n’est pas un agent infectieux mais insidieux, il se nourrit de conflits, de violence, de racisme, de pollution, menace l’humanité. Sur fond de hip-hop avec voix off et synthés, l’avertissement tombe dès la chanson-titre, Mighty Mo hurle de sa voix douloureuse d’arrêter le virus, et The Virus (Pt.2) s’achève sur un crash de voiture ! Puis vient Bullets With Names avec le chanteur General, ses tirs d’armes automatiques et ses crissements de pneus… Gospel et prières s’invitent avec Troubled Times avec les Starlights, et A Mother’s Prayer magnifiquement chanté par Margarett Floyd. All Money Ain’t Good Money, bien arrangé, se veut lucide (méfions-nous de l’argent qui n’est pas toujours bon, écoutons les anciens, ne vendons pas notre âme). Two Wings And A Biscuit est une quête mystique pour retrouver un fils tué dans la lutte pour les droits civiques. Mo revient alors sur le poids de l’histoire, autre avertissement décliné en quatre morceaux. Après The Call (sur le passage du milieu), c’est Slave to a Word : l’esclavage d’un mot, le mot “nigger” (je m’appelle “nigger”, on m’appelle uniquement comme ça). Rites of Passage poursuit avec la traversée, la vente aux enchères des esclaves, les enfants arrachés à leurs mères (un homme n’est plus un homme, même dans sa maison). Enfin, dans 400 Years of Tears, Mo pense sans doute à 2019, qui marquera les 400 ans de l’arrivée du premier bateau d’esclaves africains en Amérique. Le CD s’achève sur Beautiful Struggle et pousse à continuer la lutte (l’éternelle attente d’un messie, d’un roi…), et un bref discours en faveur de la disparition du terme “nigger”. Bien plus qu’un disque un appel profond aux consciences. » Daniel Léon pour SOUL BAG MAG

Références

Programmation musicale

18h06
Troubled Times
Troubled Times
Mighty Mo Rodgers
Troubled Times

Interprètes Mighty Mo Rodgers., Mighty Mo Rodgers (voix, claviers), Maurice Gainen (saxophone soprano), Darryl Dunmore (harpe, guitare), Dale Williams (guitare), Reverend Charles Williams (piano), Mark Gutierrez (basse), Smiley Lang (basse), Willie B Sharp (basse), Clarence Harris (batterie), The Starlights

Album The virus (2018)
Label DRINKING GOURD
18h10
Bullets with names (feat. The Starlights & General)
Bullets with names (feat. The Starlights & General)
Mighty Mo Rodgers
Bullets with names (feat. The Starlights & General)

Interprètes Maurice Gainen, Darryl Dunmore, Dale Williams, Reverend Charles Williams

Album The virus (2018)
Label DRINKING GOURD
18h14
Rites of Passage
Rites of Passage
Mighty Mo Rodgers
Rites of Passage

Interprètes Mighty Mo Rodgers., Mighty Mo Rodgers (voix, claviers), Maurice Gainen (saxophone soprano), Darryl Dunmore (harpe, guitare), Dale Williams (guitare), Reverend Charles Williams (piano), Mark Gutierrez (basse), Smiley Lang (basse), Willie B Sharp (basse), Clarence Harris (batterie), The Starlights

Album The virus (2018)
Label DRINKING GOURD
18h20
What's going on
What's going on
Marvin Gaye
What's going on
Album What's going on (1971)
Label MOTOWN
18h25
Brown Baby
Brown Baby
Rhiannon Giddens
Brown Baby

Interprètes Oscar Brown, Jr., Rhiannon Giddens (voix, banjo), Francesco Turrisi (piano, tambour sur cadre)

Album There is no other (2019)
Label NONESUCH
18h31
Sweet Georgia Brown - Anges de la désolation
Sweet Georgia Brown - Anges de la désolation
Wynton Marsalis, Capitaine Alexandre
Sweet Georgia Brown - Anges de la désolation

Interprètes Maceo Pinkard, Ken Casey, Jack Kerouac, Wynton Marsalis Quintet, Capitaine Alexandre (récitant), Marc O'Connor (violon), Frank Vignola (guitare)

Album Lire en jazz
Label Lire en jazz
18h36
Billie's Blues
Billie's Blues
Billie Holiday
Billie's Blues

Interprètes Billie Holiday., Billie Holiday (voix), Mal Waldron (piano), Benny Carter (saxophone alto), Buddy De Franco (clarinette), Gerry Mulligan (saxophone baryton), Eddie Khan (basse), Dick Berk (batterie)

Album Billie Holiday at Monterey 1958 (1986)
Label Black Hawk (BKH 50701)
18h41
La liberté de Vashti et le mariage d'Esther
La liberté de Vashti et le mariage d'Esther
Arshid Azarine
La liberté de Vashti et le mariage d'Esther

Interprètes Arshid Azarine., Arshid Azarine (piano), Nicolas Bezins (trompette), Stéphane Mouchabac (saxophones), Assen Tzankov (batterie), Habib Meftah Bushehri (percussions), Jean-Baptiste Lecanu (basse)

Album Sing Me A Song (2019)
Label Ohrwurm
18h45
Les amoureux des bancs publics
Les amoureux des bancs publics
Philip Catherine
Les amoureux des bancs publics

Interprètes Georges Brassens, Philip Catherine (guitare), Paulo Morello (guitare), Sven Faller (contrebasse)

Album Manoir de mes rêves (2019)
Label ENJA / YELLOWBIRD
18h49
Mountain Journey
Mountain Journey
Tabasco
Mountain Journey

Interprètes Robin Nicaise., Robin Nicaise (saxophone), Loïc Réchard (guitare), Leonardo Montana (piano), Ivan Réchard (contrebasse), Fred Pasqua (batterie)

Album The Very Last Blues (2019)
Label Clapson (3976)

L'équipe

Alex Dutilh
Alex Dutilh
Alex Dutilh
Production
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Collaboration
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Réalisation