Thomas Curbillon
Thomas Curbillon
Thomas Curbillon - Annabelle Tiaffay
Thomas Curbillon - Annabelle Tiaffay
Thomas Curbillon - Annabelle Tiaffay
Publicité
Résumé

Accompagné par la crème du jazz hexagonal, le guitariste et chanteur Thomas Curbillon dévoile un premier album au charme irrésistible, tendre et swinguant. “Place Saint-Opportune” paraît chez Jazz & People / Pias.

En savoir plus

Au sommaire aujourd'hui

  • Thomas Curbillon à la Une

Émaillé de clins d’œil à Salvador, Aznavour et Nougaro, « Place Ste-Opportune » réussit le tour de force de réconcilier la chanson française avec le swing. So French, si jazz ! 

  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Florian Pellissier dimanche 26 septembre à 18h au Terrain Blanc à Quimper (29) dans le cadre des Aprèm'jazz. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« Place Ste Opportune »
« Place Ste Opportune »

Il fut un temps où le jazz faisait la java.

Publicité

Il fut un temps où Henri Salvador chantait (sur des paroles de Boris Vian) un hilarant Blues du dentiste accompagné par l’orchestre de Quincy Jones, un temps où Sacha Distel, guitariste de jazz, enregistrait en toute simplicité avec les musiciens du Modern Jazz Quartet, un temps où les Double Six faisaient rimer les standards de Broadway en français, un temps où Michel Legrand arrangeait d’une plume trempée dans le swing les stars de la chanson et où Serge Gainsbourg racontait, avec humour, comment le jazz au volant finissait dans le ravin…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Ce temps-là, même s’il est trop jeune pour l’avoir connu, Thomas Curbillon ne l’a pas oublié. Sans doute le fait qu’il soit tout à la fois un homme du disque, un homme de radio et un homme de jazz et que, chez lui, tous se comprennent, a contribué à façonner son envie de le ressusciter à sa manière, avec esprit, subtilité et talent. Pour son tout premier disque, il se présente, en effet, sous les traits d’un guitariste et chanteur, osant combiner la langue française au swing, la poésie à l’humour, et reprendre le flambeau d’une tradition que l’on pouvait penser définitivement éteinte.

Il s’agissait d’abord pour Thomas Curbillon de chanter en français. Et montrer par là que, contrairement aux préjugés sur la question, cette langue a du rythme et qu’elle peut s’adapter à ceux du jazz, trouver ses accents et sonner comme il se doit, avec une pointe de malice ici, un soupçon de tendresse là, sans avoir à en passer par le scat ou les roucoulades des crooners. Sur ce plan, le pari est plus que tenu.

Il s’agissait aussi de chanter bien entouré. Accompagné par la crème des musiciens français de jazz, porté par le piano d’Eric Legnini, la contrebasse de Thomas Bramerie et la batterie d’Antoine Paganotti, qui ont mis du cœur à cet ouvrage, Thomas Curbillon a pris plaisir à inviter le trompettiste Stéphane Belmondo à illuminer d’un solo quelques-uns de ses morceaux. En outre, il a trouvé en Pierre Bertrand un arrangeur qui a taillé pour lui de superbes partitions, habillant les textes de sections de cuivres qui sonnent comme un big band et donnent leur peps et leurs couleurs à ces chansons, selon un savoir-faire qu’ont exercé avant lui les Christian Chevallier, Alain Goraguer, Michel Legrand et autres Ivan Jullien.

Il s’agissait enfin de ne pas chanter n’importe quoi, mais de donner vie à des textes originaux qui, entre un clin d’œil à Henri Salvador (Petite Fleur, sur la fameuse mélodie de Sidney Bechet), une reprise savoureuse de Charles Aznavour en forme d’hymne à l’indolence antimilitariste (Et bailler, et dormir) et un émouvant hommage à Claude Nougaro (Berceuse à Pépé, sur une mélodie signée par le pianiste de jazz Maurice Vander), participent de la même tradition d’une chanson attentive à faire autant sourire qu’émouvoir. Écrites en parfaite complicité avec Gaëlle Renard, ces chansons douces ou mordantes ont de l’esprit et de l’humour, alternent la légèreté et la gravité, se révèlent tour à tour suaves ou moqueuses, comme un texte de Raymond Queneau ou un poème de Jacques Prévert.

Réalisé par Daniel Yvinec, producteur, discophile, ancien directeur de l’Orchestre national de jazz, qui a veillé au moindre détail, « Place Sainte-Opportune » est un disque qui enchaine les petits bonheurs et les riches trouvailles, qui donne envie de fredonner et de battre du pied, de tomber amoureux et de chercher l’oxymore. So French, si jazz !

Thomas Curbillon, chant, guitare Eric Legnini, piano, Fender Rhodes Thomas Bramerie, contrebasse Antoine Paganotti, batterie + Stéphane Belmondo, trompette Arrangements de Pierre Bertrand Pierre Bertrand, saxophone alto, ténor, baryton et flûte Stéphane Chausse, saxophone alto, clarinette Michel Feugère, trompette Philippe Georges, trombone Réalisé par Daniel Yvinec.
(extrait du communiqué de presse)

Où écouter Thomas Curbillon

  • A Paris (75) jeudi 28 octobre à 20h au Bal Blomet pour la parution de "Place Ste-Opportune"

Thomas Curbillon (voix, guitare)
Simon Chivallon (piano)
Thomas Bramerie (contrebasse)
Antoine Paganotti (batterie)

Références

Programmation musicale

  • 18h06
    Oxymore
    Oxymore
    Thomas Curbillon
    Oxymore

    Interprètes Eric Legnini, Thomas Bramerie, Antoine Paganotti, Stephane Belmondo

    Album Place Ste Opportune (2021)
    Label JAZZ & PEOPLE
  • 18h10
    Place Ste Opportune
    Place Ste Opportune
    Thomas Curbillon
    Place Ste Opportune
    Album Place Ste Opportune (2021)
    Label JAZZ & PEOPLE
  • 18h13
    Léa est lasse
    Léa est lasse
    Thomas Curbillon
    Léa est lasse

    Interprètes Eric Legnini, Thomas Bramerie, Antoine Paganotti, Stephane Belmondo

    Album Place Ste Opportune (2021)
    Label JAZZ & PEOPLE
  • 18h19
    ...Et bailler, Et dormir
    ...Et bailler, Et dormir
    Jean-Jacques Milteau
    ...Et bailler, Et dormir

    Interprètes Charles Aznavour., Jeff Davis., Jean-Jacques Milteau (harmonica), Jean-Yves D'Angelo (piano), Basile Leroux (guitare), Manu Galvin (guitare), Guy Delacroix (basse), Laurent Vernerey (basse), Christophe Deschamps (batterie), Loïc Pontieux (batterie)

    Album ...Merci d'être venus (1996)
    Label Quelques Notes (8534322)
  • 18h23
    Bonita
    Bonita
    Stacey Kent
    Bonita

    Interprètes Art Hirahara

    Album Songs From Other Places (2021)
    Label Candid
  • 18h29
    Don't Explain
    Don't Explain
    Sheila Jordan
    Don't Explain

    Interprètes Billie Holiday., Arthur Herzog Jr.., Sheila Jordan (voix), John Knapp ou Herbie Nichols (piano), Steve Swallow ou Gene Perlman (contrebasse), Ziggy Willman (batterie)

    Album Comes love (2021)
    Label CAPRI
  • 18h33
    The wildcards
    The wildcards
    Florian Pellissier Quintet
    The wildcards
    Album Rio (2021)
    Label HOT CASA RECORDS
  • 18h38
    Promontoire
    Promontoire
    Benjamin Moussay
    Promontoire

    Interprètes Benjamin Moussay.

    Album Promontoire (2020)
    Label ECM (ECM2659)
  • 18h41
    Grand brilé
    Grand brilé
    Gaël Horellou
    Grand brilé

    Interprètes Traditionnel., Gaël Horellou., Gaël Horellou (saxophone alto), Nicolas Beaulieu (guitare), Florent Gac (orgue), Vincent Philéas (percussions, voix), Emmanuel Félicité (percussions, voix), Jerome Calciné (percussions, voix)

    Album Identité (2017)
    Label Breakz (BKZ004)
  • 18h46
    Jean-Pierre
    Jean-Pierre
    Miles Davis
    Jean-Pierre

    Interprètes Miles Davis., Miles Davis (trompette), Bill Evans (saxophone soprano), Mike Stern (guitare), Marcus Miller (Fender basse), Al Foster (batterie), Mino Cinelu (percussions)

    Album We want Miles
    Label COLUMBIA

L'équipe

Alex Dutilh
Alex Dutilh
Alex Dutilh
Production
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Collaboration
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Fabien Fleurat
Réalisation