Sviatoslav Richter, Mischa Elman, Leonid Kogan et Igor Markevitch
Sviatoslav Richter, Mischa Elman, Leonid Kogan et Igor Markevitch
Sviatoslav Richter, Mischa Elman, Leonid Kogan et Igor Markevitch ©Getty - /
Sviatoslav Richter, Mischa Elman, Leonid Kogan et Igor Markevitch ©Getty - /
Sviatoslav Richter, Mischa Elman, Leonid Kogan et Igor Markevitch ©Getty - /
Publicité
Résumé

Où l’on poursuit le voyage au pays de quelques interprètes légendaires nés en Ukraine, mais aux parcours de vie très différents.

En savoir plus

En 1918, alors que les parents de Richter vivent à Odessa, la guerre civile les contraint à se séparer de Sviastolav et à le confier à sa tante Tamara. Cette dernière l'éduque ainsi de 1918 à 1921. C'est durant cette période que Sviatoslav Richter manifeste pour la première fois son intérêt pour l'art, notamment la peinture.

Au début des années 1920 Sviatoslav Richter montre son intérêt pour la musique (ainsi qu'à d'autres formes d'expression artistique comme le cinématographe, la littérature et le théâtre) et commence à étudier le piano. En fait, Richter peut être considéré comme un autodidacte. À un âge précoce Richter était un excellent accompagnateur et se produisait déjà régulièrement avec les compagnies de ballet et à l'Opéra d'Odessa.

Publicité

Chopin - Études, Op.10 & Op.25 - Sviatoslav Richter (London, 1989)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Très jeune Mischa Elman possède une oreille absolue, mais son père hésite à l'orienter vers une carrière de musicien, le statut social du musicien dans la communauté juive n'étant pas avantageux. Finalement, il l'y introduit, et lui offre un petit violon, sur lequel très vite l'enfant apprendra de lui-même plusieurs airs. Quelque temps après, la ville de Talnoïe ne suffisant pas au développement musical d'Elman, il commence ses études de violon à Odessa avec un professeur local, Alexander Fiedelmann.

En 1901, il est auditionné à 11 ans par Leopold Auer et joue le Concerto no 2 de Wieniawski les 24 Caprices de Paganini. Auer est impressionné et l'admet aussitôt au conservatoire impérial de Saint-Pétersbourg.

Dès la première rencontre Auer-Elman, le ton et le style unique d'Elman ont su se développer, et la perception propre d'Auer du jeu de violon lui a été indéniablement favorable.

Mischa Elman, Dvorak-kreisler, Slavonie Fantasy, 1954

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le père d'Igor, Boris Nikolaïevitch Markevitch, était pianiste. La grand-mère maternelle d'Igor étant russe, sa mère Zoia Pokhitonova avait été élevée en France. Le père d'Igor, Boris Markevitch, avait renoncé à ses privilèges pour se consacrer uniquement à la musique. Atteint d'une tuberculose pulmonaire, il avait été obligé de faire de longs séjours en sanatorium, à Davos en Suisse, après ses vingt ans.

Deux ans après la naissance d'Igor, la famille quitte l'Ukraine définitivement : la guerre et les évènements politiques auront rendu tout retour impossible. Ils logent d'abord à Paris. Le petit, allongé sous le piano, écoute, « traversé de part en part par un torrent de résonances » et fixe dans sa mémoire de nombreuses œuvres du large répertoire de son père, qu'il chante ou siffle machinalement.

Igor Stravinski, Le Sacre du Printemps, Igor Markevitch, Live in Japan, 1968

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Fils d'un photographe, Leonid Kogan révèle son talent très jeune. Ses parents se sont installés à Moscou pour qu'il puisse être admis au conservatoire, dans la classe d'Abram Yampolski à l'âge de dix ans.

Leonid Kogan né le 14 novembre 1924 à Ekaterinoslav, alors Union Soviétique, aujourd'hui Ukraine, était considéré comme le plus grand violoniste de son pays avec David Oïstrakh , en raison de son jeu expressif et d'une sensibilité exacerbée, sans pourtant jamais trahir les intentions du compositeur.

Leonid Kogan, Sarasate Zigeunerweisen Op.20

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

À réécouter : Sviatoslav Richter (3/5)

À réécouter : La famille Kogan

À réécouter : Portrait d'Igor Markevitch

Générique

  • Johannes Brahms
    Intermezzo N°3 Op.119
    Philippe Cassard (piano)
    Accord 4761894
  • SVIATOSLAV RICHTER

Anton DVORAK : Final (Allegro con fuoco) du Concerto pour piano et orchestre op.33
Sviatoslav Richter, piano
Orchestre de l’Opéra d’Etat de Bavière, direction : Carlos Kleiber
EMI 1977

Sviatoslav Richter, pianoOrchestre de l’Opéra d’Etat de Bavière, direction : Carlos KleiberEMI 1977

Serguei PROKOFIEV : 6ème Sonate op.82
Allegro moderato - Allegretto - Tempo di valzer lentissimo - Vivace
Sviatoslav Richter, piano
Live à Carnegie Hall Décembre 1960
Sony Classical

  • MISCHA ELMAN

Piotr TCHAIKOVSKY : Concerto pour violon op.35 / Canzonetta, andante
Mischa Elman, violon
London Symphony Orchestra, direction : John Barbirolli
PEARL 1929

Joseph BONIME : Danse Hébraïque
Mischa Elman, violon ; Joseph Seiger, piano
Vanguard Classics

  • IGOR MARKEVITCH

Franz BERWALD : 3ème Symphonie « Singulière »1er mouvement Allegro fuocoso
Orchestre Philharmonique de Berlin ; direction : Igor Markevitch
DG 1955

Maurice RAVEL : 2ème Suite de Daphnis et Chloé
Lever du jour - Pantomime - Danse générale

RIAS Kammerchor, Orchestre Symphonique du RIAS Berlin ; direction : Igor Markevitch
AUDITE 1952

Igor STRAVINSKY : Extraits du Sacre du Printemps
Action rituelle des ancêtres - Danse sacrale

Orchestre Symphonique du RIAS Berlin ; direction : Igor Markevitch
AUDITE 1952

  • LEONID KOGAN

Dmitri CHOSTAKOVITCH : Concerto pour violon n°1 op.99
Nocturne - moderato
Leonid Kogan, violon
Orchestre Symphonique d’État de Russie ; direction : Evgueni Svetlanov
ARLECCHINO 1960

Edouard LALO : Final (Rondo allegro) de la Symphonie Espagnole
Leonid Kogan, violon
Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire ; direction : Charles Brück
MONOPOLE CODAEX Année 60

Références

L'équipe

Philippe Cassard
Philippe Cassard
Philippe Cassard
Production
Pierre Willer
Réalisation
Martine Mony
Collaboration