Cette semaine, les Jeunes Talents de l’Académie Musicale Philippe Jaroussky bénéficient de leur deux - Valérie Lanata
Cette semaine, les Jeunes Talents de l’Académie Musicale Philippe Jaroussky bénéficient de leur deux - Valérie Lanata
Cette semaine, les Jeunes Talents de l’Académie Musicale Philippe Jaroussky bénéficient de leur deux - Valérie Lanata
Publicité
Résumé

Cette semaine, les Jeunes Talents de l’Académie Musicale Philippe Jaroussky bénéficient de leur deuxième session de masterclass. 4 journées de travail en public, à la Seine Musicale, à Boulogne. Fondée en 2017, cette Académie célèbre aujourd'hui ses 5 ans.

En savoir plus

Quand on entre dans cette partie de la Seine Musicale, habituellement réservée à la Maitrise des Hauts de Seine, on aperçoit tout de suite le sapin qui n’a pas encore été retiré. Dans la salle, l’atmosphère de fête est également présente, avec des spectateurs visiblement heureux de pouvoir venir écouter de la musique, et Philippe Jaroussky, dont l’Académie a largement fait ses preuves en 5 ans. « 5 ans déjà, on n’a pas vu le temps passer », déclare pour commencer le contreténor. Petit à petit, sans fausse prétention, je pense que l’Académie s’est installée comme l’un des programmes majeurs d’insertion professionnelle post-conservatoire. Et ça me fait très plaisir, on voit bien que ça répondait à une demande. Quand on a la chance de faire une belle carrière et que beaucoup de gens nous ont fait confiance, on a envie que pour les jeunes actuellement ce soit la même chose. »

« J’essaie maintenant d’être un peu plus apaisé, de pas brûler les étapes »

En plus de sa filière professionnalisante, l’Académie dispose également d’un programme à vocation sociale pour les enfants de 7 à 12 ans, qui souhaitent jouer d’un instrument. « Entre 70 et 80% des élèves de la première session ont continué en conservatoire », annonce, fier, le contreténor. Pour lui l’enseignement est une drogue dure, avait-il affirmé dans la presse. « Les deux premières années où j’ai commencé l’Académie, j’étais extrêmement passionné, et peut-être trop exigeant, je donnais trop d’informations en même temps. J’essaie maintenant d’être un peu plus apaisé, de pas brûler les étapes. »

Publicité

Sur scène, cette semaine, ce sont donc les élèves, chanteurs et instrumentistes de l’Académie Jeunes Talents qui travaillent avec les différents professeurs. Et après avoir discuté avec plusieurs d’entre eux, toutes et tous confirment l’existence d’un « tampon Académie Jaroussky », véritable accélérateur de carrière, qui favorise la visibilité, comme nous le raconte le baryton Sergio Villegas-Galvain. « Ils m’ont fait le plus beau des cadeaux. Pour cette année Tchaïkovsky, j’ai auditionné avec un air d’Eugène Onéguine, et trois semaines après on me proposait de faire la doublure d’Eugène Onéguine au Théâtre des Champs-Elysées. À partir de là, j’ai pu travailler avec des collègues extraordinaires, c’était une expérience incroyable. Et aujourd’hui je continue de travailler dans cette maison ».

C’est Philippe Jaroussky qui avait suggéré le nom de Sergio Villegas-Galvain au Théâtre des Champs Elysées, après l'audition. Il souhaite donc tout autant propulser ses talents, que leur faire travailler la prononciation du « han ».

Cette semaine sera clôturée par Tchaikovsky & Co, concert de musique de chambre avec les Jeunes Talents et leurs professeurs, le vendredi 14 janvier, à la Seine Musicale.

Références

Programmation musicale

  • 08h04
    Quatuor a cordes n°14 en La bémol Maj op 105 b 193 : Molto vivace
    Quatuor a cordes n°14 en La bémol Maj op 105 b 193 : Molto vivace
    Anton Dvorak (Compositeur)
    Quatuor a cordes n°14 en La bémol Maj op 105 b 193 : Molto vivace

    Lukas Hagen (Violon), Rainer Schmidt (Violon), Veronika Hagen (Alto (instrument)), Clemens Hagen (Violoncelle), Quatuor Hagen

    Album Dvorak (2001)
    Label DEUTSCHE GRAMMOPHON (469066-2)

L'équipe

Sofia Anastasio
Production