L'exposition Montand au Château de La Buzine à Marseille
L'exposition Montand au Château de La Buzine à Marseille
L'exposition Montand au Château de La Buzine à Marseille ©Radio France - Sofia Anastasio
L'exposition Montand au Château de La Buzine à Marseille ©Radio France - Sofia Anastasio
L'exposition Montand au Château de La Buzine à Marseille ©Radio France - Sofia Anastasio
Publicité
Résumé

En ce moment se tient au Château de La Buzine, à Marseille, l’exposition officielle du centenaire d'Yves Montand. Arrivé d’Italie dans la Cité Phocéenne à l’âge de 4 ans, le jeune Ivo Livi, devenu Yves Montand, a grandi dans les quartiers Nord de la ville, qui lui rend aujourd’hui hommage.

En savoir plus

Lorsque nous nous sommes rendus à Marseille, ce jour-là, la ville était en costume noir et écharpe turquoise, pour saluer la mémoire de Bernard Tapis. Mais c’est loin de la marche solennelle organisée par les supporters du l’OM sur le Vieux Port que nous avons retrouvé Jean-Michel Gardanne. Il est collaborateur de Valérie Fédèle, directrice du Château de La Buzine, où se tient l’Exposition Yves Montand. Il nous l’a présentée : « C’est l’exposition officielle du centenaire d’Yves Montand, à notre connaissance il n’y en n’a pas d’autres. Celle-là a été faite surtout grâce à sa dernière compagne, Carole Amiel, et à leur fils Valentin Livi, qui ont mis à notre disposition des documents extraordinaires, des photos, des lettres, des objets, des costumes, de quoi faire une vraie évocation d’Yves Montand ».

Ces objets, ces photos, ces costumes retracent la vie d’Yves Montand, sa naissance en Italie, son enfance pauvre dans les quartiers Nord de Marseille, les débuts dans les bars, Paris, le music-hall, Hollywood et la politique. « Le trésors de notre expo, c’est un document dont tout le monde connait l’existence, on en a vu des photos, mais on ne l’a jamais eu entre les mains, c’est son journal intime, écrit de sa main. Il découpait les premiers articles consacrés à ses petites prestations, et il raconte notamment où il a chanté pour la première fois en public. C’est un souvenir assez émouvant, vraiment ».

Publicité

« Quel trac, mais quelle satisfaction »

« Quel trac, mais quelle satisfaction (...) je découvre enfin ma véritable vie », écrivait en 1938, après son premier concert au Vallon des Tuves, une brasserie du quartier Saint-Antoine à Marseille, celui qui deviendrait une immense star. « Qui a un destin pareil ? On parle de Tapis là ces jours-ci, mais Montand c’est encore plus quoi. Ils ont un peu la même origine très populaire, très humble, mais Montand c’est proprement fou, je ne crois pas que depuis quelqu’un ait connu un pareil destin ».

Un destin qui conduira Yves Montand à devenir notamment le premier chanteur de variété invité à se produire sur la scène du Metropolitan Opera de New York. Et qui fait la fierté de la ville qui l’a vu grandir : « Quelque part il incarne la réussite, donc évidement quelque part y’a de la fierté. C’est un minot, comme on dit, de Marseille, qui a réussi et qui est monté très très haut. Marseille, bon il n’y est pas né, mais il y a passé toute son enfance, sa jeunesse. Après il revenait pas très souvent. Montand il est devenu Français, puis il est devenu international. Montand il est international je crois ». 

L’exposition se tient jusqu’à la fin de l’année. Yves Montand dont on commémorait le centenaire de la naissance le 13 octobre mais aussi les 30 ans de la disparition le 9 novembre.

Références

L'équipe

Sofia Anastasio
Production