Frédéric Pinto, de l'association Afrane, Florence Roussin, violoniste, et Karine Jean-Baptiste, violoncelliste
Frédéric Pinto, de l'association Afrane, Florence Roussin, violoniste, et Karine Jean-Baptiste, violoncelliste
Frédéric Pinto, de l'association Afrane, Florence Roussin, violoniste, et Karine Jean-Baptiste, violoncelliste ©Radio France - Louis-Valentin Lopez
Frédéric Pinto, de l'association Afrane, Florence Roussin, violoniste, et Karine Jean-Baptiste, violoncelliste ©Radio France - Louis-Valentin Lopez
Frédéric Pinto, de l'association Afrane, Florence Roussin, violoniste, et Karine Jean-Baptiste, violoncelliste ©Radio France - Louis-Valentin Lopez
Publicité
Résumé

Un projet solidaire imaginé par Florence Roussin, violoniste à l'Opéra de Paris. La représentation, qui aura lieu ce dimanche, mettra principalement à l'honneur des femmes compositrices.

En savoir plus

L'idée d'un concert est née d'une "profonde indignation", lors de la prise de pouvoir des talibans, le 15 août dernier. L'indignation de Florence Roussin, violoniste à l'orchestre de l'Opéra national de Paris, qui ne pouvait pas rester les bras croisés face à la situation des femmes afghanes. "Une conscience d’être une femme, une musicienne libre, de me dire : 'qu’est-ce que je peux faire ?' ", confie-t-elle. "J'ai eu une empathie avec ces femmes afghanes qui risquaient gros. On a pu voir par la suite qu’elles faisaient partie des premières victimes, avec les artistes. On ne pouvait pas rester sans rien faire, ce n’était pas possible."

Notre langage, notre moyen d’action, c’est la musique. Nous sommes professionnelles. C’est un langage universel qui passe les frontières. Certains vont dans la rue avec des pancartes, nous, c’est la musique. La musique est un moyen d’exprimer un combat et de revendiquer les droits des femmes, leur liberté" - Florence Roussin

Publicité

"Pour les femmes afghanes"

La violoniste lance alors un appel sur les réseaux sociaux à ses amies musiciennes : "Qui veut me suivre pour un projet musical ?". Beaucoup de monde répond à l'appel : le collectif "Avec les femmes afghanes" voit le jour. Karine Jean-Baptiste, violoncelliste à l'Orchestre Philharmonique de Radio France, est de l'aventure : "J’ai été saisie d’effroi et d’indignation, comme tout le monde. J’ai tout de suite adhéré, Florence m’a présenté le projet en me disant que se constituait un collectif de femmes, pour jouer de la musique composée par des femmes essentiellement. C’était un geste, un symbole fort."

Des femmes compositrices pour illustrer le soutien aux femmes afghanes. Au programme du concert, Clara Schumann, Amy Beach, Pauline Viardot, Kaija Saariaho, ou encore Lili Boulanger, avec son sublime Nocturne.

En savoir plus : Lili Boulanger, un si fragile prodige

Et pour ouvrir le concert, deux soeurs d'origine afghane ont été conviées. Donna et Eva Nassery, qui mettront à l'honneur des morceaux traditionnels bien connus des Afghans. "Mes deux parents sont Afghans, ils ont quitté l’Afghanistan il y a 40 ans à cause de la guerre pour venir en France. Ma sœur et moi avons été initiées à la musique afghane par notre père, dès notre plus jeune âge", raconte Eva, qui joue du zerbaghali, une percussion traditionnelle. "Nous ne sommes pas du tout musiciennes professionnelles, mais grâce à ce qu’on a pu apprendre, on est capable de partager cette musique traditionnelle et la faire découvrir autour de nous. La maintenir en vie, encore plus aujourd’hui, à l'heure où l’art afghan est menacé."

Ces 20 dernières années, il y a eu beaucoup de changements positifs dans la société afghane, avec l’apparition d’écoles de musique mixtes, des jeunes filles jouant de tous les instruments. Aujourd’hui, avec le bouleversement politique que connait l’Afghanistan, toutes ces avancées sont anéanties, car les nouvelles autorités en place interdisent la musique. Il est important de se mobiliser pour les femmes afghanes aujourd’hui, car leurs droits et leurs libertés sont à nouveau bafoués" - Eva Nassery

À lire : Dr. Ahmad Sarmast : "La musique peut panser les plaies du peuple afghan"

Appel à la générosité des spectateurs

Un appel aux dons sera fait aux spectateurs, et l'argent sera versé à l'association Afrane, "Amitié Franco-afghane". "Ce concert nous permet de toucher un public, des personnes qui peut-être ne connaissaient pas l’Afghanistan, de les sensibiliser à notre travail, leur expliquer la complexité du pays, les beaux aspects et les cultures. Pour nous, c’est une vraie chance d’avoir rencontré ce collectif", déclare Frédéric Pinto, responsable administratif et financier.

Un concert sans applaudissements, les organisateurs y tiennent. Comme un recueillement musical, qui résonnera avec d'autant plus de force de dimanche, dans l'église Notre-Dame d'Espérance, dans le XIe arrondissement de Paris. La représentation, gratuite, commencera à 17h. Seront aussi lus, entre les morceaux, des poèmes de l'auteur Mahmud Nasimi.

Les musiciens du collectif "Avec les femmes afghanes" : Pauline Bartissol, violoncelle, Vinciane Béranger, alto, Laurent Cabasso, piano, Angèle Chemin, soprano lyrique, Philippe Chemin, comédien et metteur en scène, Carole Chicha, piano, Véronique Cottet-Dumoulin, clarinette, Christine Fonlupt, piano, Nathalie Franck, graphiste, Ariane Granjon, violon, Karine Jean-Baptiste, violoncelle, Annette Langevin, photographe, Isabelle Lequien, alto, Mahmud Nasimi, écrivain, Donna Nassery, rubâb, Eva Nassery, zerbaghali, Marine Perez, flûte et piccolo, Florence Roussin, violon, Léa Sarfati, soprano lyrique, Valérie Simonnet, photographe 

En savoir plus : En Afghanistan, les artistes en danger

Références

L'équipe

Sofia Anastasio
Production