Le quotidien d'Oleksandr Moroz, dit "Sacha", a été bouleversé par la guerre
Le quotidien d'Oleksandr Moroz, dit "Sacha", a été bouleversé par la guerre
Le quotidien d'Oleksandr Moroz, dit "Sacha", a été bouleversé par la guerre ©Radio France - Louis-Valentin Lopez
Le quotidien d'Oleksandr Moroz, dit "Sacha", a été bouleversé par la guerre ©Radio France - Louis-Valentin Lopez
Le quotidien d'Oleksandr Moroz, dit "Sacha", a été bouleversé par la guerre ©Radio France - Louis-Valentin Lopez
Publicité
Résumé

À peine sorti de l'adolescence, le danseur du Kiev City Ballet se retrouve exilé en France avec sa troupe. Il nous raconte son histoire, son parcours, et nous décrit sa nouvelle vie.

En savoir plus

Ses grands yeux bleus s'éclairent quand il évoque son premier souvenir de ballet, à 15 ans. Oleksandr Moroz, dit "Sacha", se rappelle des danseuses, de leurs costumes immaculés, sur la Suite en blanc de Serge Lifar : "J’étais assis au premier rang, j’ai regardé les danseurs performer. C’était comme un rêve." Un an plus tard, Sacha abandonne alors la danse folklorique, qu'il pratiquait depuis huit ans, et s'inscrit sur le tard à l'école de ballet, à Kiev.

Il découvre les journées réglées comme du papier à musique : "J’étudie 6 jours par semaine, me lève à 8h et me rends à l’école. Ensuite, j’ai 6 heures de danse, et après, des cours, de mathématiques, d’ukrainien ou d’histoire, des cours d’histoire de la danse. Puis nous restons à l’école, pour faire des étirements, essayer de nouveaux mouvements. Enfin, vers 10h du soir, je m’achète à manger à emporter, et rentre chez moi."

Publicité

À lire aussi : "Je n'arrive pas à bien dormir" : l'angoisse permanente des danseurs du Grand Ballet de Kiev

"Nous dansons pour aider les Ukrainiens"

Mais tout bascule ce jeudi 24 février, lorsque la guerre éclate. Le Kiev City Ballet, dont Sacha fait désormais partie, est en tournée en France. Impossible de rentrer en Ukraine, mais pas question d'arrêter de danser : "Nous dansons pour l'Ukraine, pour aider les Ukrainiens. Nous essayons de trouver de nouveaux moyens de les aider, d’aider financièrement nos familles, aussi. C’est la tâche la plus importante pour nous."

Hébergé dans le centre de Paris - sa troupe est accueillie en résidence au Théâtre du Châtelet - Sacha s'habitue à sa nouvelle vie. Agréablement surpris par la politesse, dit-il, des Français - "ils disent toujours 'bonjour', 'pardon' !" -, il se promène, déambule, la musique d'Erik Satie dans les oreilles. "J’aime parcourir la ville, juste marcher. Visiter des musées, aussi..." égrène le jeune danseur à peine sorti de l'adolescence, qui cite comme modèles les danseurs Roberto Bolle ou encore Julian MacKay. "Si possible, j’aimerais aller au cinéma, mais je ne comprends pas le français…"

À lire aussi : "C'est comme notre seconde maison" : le Kiev City Ballet trouve refuge au Châtelet

Renaissance

Sacha regarde surtout des séries, sur son ordinateur. Des films, aussi : son préféré, Call Me By Your Name, de Luca Guadagnino, et comme le protagoniste Elio, Sacha impressionne par sa maturité, sa culture. "Si vous cherchez quelqu’un qui sait tout faire, c’est Sacha". La fierté perce dans la voix de Katia Kozlova, la directrice adjointe du ballet, quand elle parle du danseur, qu'elle compare à un "jeune homme de la Renaissance" : "Parfois, nous voyons Sacha assis dans un coin. Il écoute de l’opéra, ou lit un livre. C’est très intéressant de voir quelqu’un qui est si jeune, mais déjà si éduqué."

"Cette nouvelle vie n’est pas dure pour moi. J’aime quand ma vie change, même du tout au tout. Je m’adapte très rapidement. Ce n’est pas compliqué", affirme Sacha, philosophe. Mais il pense à sa sœur, restée en Ukraine, à ses parents, à qui Sacha envoie de l'argent car ils ne travaillent plus, et dont il prend tous les jours des nouvelles, dans l'attente des retrouvailles tant espérées. "Ce que je veux, maintenant, c’est que cette guerre s’arrête. C’est tout ce que je souhaite."

À lire aussi : Vlad Troitskyi : la scène comme espace de résistance

Références

Programmation musicale

  • 08h08
    La fille du tambour-major : Examinez ma figure (Acte II) air de la duchesse
    La fille du tambour-major : Examinez ma figure (Acte II) air de la duchesse
    Jacques Offenbach
    La fille du tambour-major : Examinez ma figure (Acte II) air de la duchesse

    Interprètes Fabien Gabel, Marie Nicole Lemieux

    Album La passion Lemieux (2014)
    Label Naïve

L'équipe

Sofia Anastasio
Production