Éducation, infrastructures et financements sont les priorités des acteurs de la musique
Éducation, infrastructures et financements sont les priorités des acteurs de la musique
Éducation, infrastructures et financements sont les priorités des acteurs de la musique ©Maxppp - Franck Lallemand
Éducation, infrastructures et financements sont les priorités des acteurs de la musique ©Maxppp - Franck Lallemand
Éducation, infrastructures et financements sont les priorités des acteurs de la musique ©Maxppp - Franck Lallemand
Publicité
Résumé

France Musique a demandé à des dirigeants d'institutions musicales et de syndicats quelles mesures prendre pour renforcer la la musique dans la culture française, à une semaine du premier tour de la présidentielle.

En savoir plus

Eux présidents, que feraient-ils pour valoriser la place de la musique dans le paysage culturel français ? C'est la question que nous avons posée à des professionnels de la musique, à six jours du premier tour de l'élection présidentielle. Des syndicalistes, directeurs d'établissements, d'événements : ils ont revêtu le costume de chef d'État le temps d'une interview. Éducation musicale, transmission, budget... Ils ont donné la mesure qu'ils adopteraient si jamais ils étaient assis dans le fauteuil présidentiel.

Élèves à l'Opéra, un orchestre dans chaque école...

Lui président, il redonnerait "du sens au service public de la musique". C'est la volonté de Sébastien Justine, directeur des Forces Musicales, le syndicat qui représente les maisons d'Opéra et les orchestres. Et cela commence dès le plus jeune âge : "Que tous les élèves puissent avoir accès à l’opéra, aux concerts symphoniques, à la pratique artistique. Il faut que les structures aient des équipes qui soient disponibles pour cela, que les artistes puissent être rémunérés pour les actions qu’ils mènent sur le territoire, et que l’école soit organisée pour que ce soit possible."

Publicité

L'éducation au centre des préoccupations de tous les acteurs de la musique, comme Philippe Gautier, secrétaire général de la Snam-CGT, le syndicat des musiciens et musiciennes. Moi président, "je mets en place un orchestre dans chaque école. On a vu à travers des expériences extrêmement nombreuses que ce type d’initiatives dans les écoles n’a que des bons côtés pour les mômes, pour leur scolarité. On tarde à le généraliser, il est grand temps de le faire."

Nous souhaiterions aussi un dispositif simple d'aide aux associations, qui organisent des spectacles" - Philippe Gautier

Construire et rénover les infrastructures

Et puis il y a les infrastructures. Un "programme d'investissement destiné aux lieux de spectacle", ce serait la mesure prioritaire de Jean-Michel Mathé, le directeur du festival de musique de Besançon. "Besançon est un exemple où l'on souffre d’un sous-équipement dramatique. Il y a besoin je crois d’équipements adaptés à la musique acoustique", estime-t-il. "Il y a beaucoup de villes moyennes notamment qui n’ont pas d’équipements à la hauteur, ou des équipements qui sont des salles polyvalentes qui servent à tout et à rien, qui ne sont pas adaptées à la musique. Je mettrai en place un programme soit de construction, soit de rénovation."

Sans compter les structures déjà existantes, ajoute Aline Sam-Giao, présidente des Forces Musicales et directrice de l'Auditorium-Orchestre national de Lyon. Elle présidente, elle augmenterait les financements du ministère de la Culture fléchés vers les institutions musicales labellisées : "Elle sont essoufflées depuis des années, ça fait une quinzaine d'années que le ministère de la Culture n'a pas augmenté ses financements à nos institutions. Nous sommes constitués d'artistes permanents, avec de grosses masses salariales, parfois jusqu'à 400 personnels par structure", détaille-t-elle : "Aujourd'hui, elles ne sont plus en capacité de réaliser leurs missions, y compris les nouvelles missions très importantes de lien avec le jeune public, le numérique, l'audiovisuel, qui ont émergé depuis 15 ans."

À lire aussi : "Pour une République de la Musique" : Le secteur musical interpelle les candidats à l'élection présidentielle

La transition vers le numérique, enjeu essentiel justement pour Malika Seguineau, la directrice du Prodiss, le syndicat national du spectacle musical vivant : "Il y a eu forcément l’irruption du numérique à un moment où nous étions interdits, parce que c’était la seule façon de pouvoir accéder aux spectacles, en période de confinement notamment. Aujourd’hui il faut nécessairement prendre en compte ces nouveaux modèles, qui seront certainement des modèles qui viendront en complémentarité du vivant."

Cela passe aussi pour nous par un renforcement d’un opérateur dédié à la musique : le Centre National de la Musique. Afin d'accompagner fortement les entreprises dans la mise en place d’un modèle économique renouvelé" - Malika Seguineau

Eux présidents espèrent maintenant que leurs propositions concrètes pour valoriser la musique ne tomberons pas dans l'oreille d'un sourd.

Références

Programmation musicale

  • 08h11
    Allegretto
    Allegretto
    Dimitri Chostakovitch
    Allegretto

    Interprètes Jaap Van Zweden

    Album Dimitri Chostakovitch : Symphonie n°5 (2008)
    Label AMIE (AM 171)

L'équipe

Sofia Anastasio
Production