La pratique instrumentale des musiciens professionnels leur a apporté une « meilleure capacité vitale » face au Covid-19, d'après le médecin Antoine Beurnier. ©Maxppp - Alexandre Marchi
La pratique instrumentale des musiciens professionnels leur a apporté une « meilleure capacité vitale » face au Covid-19, d'après le médecin Antoine Beurnier. ©Maxppp - Alexandre Marchi
La pratique instrumentale des musiciens professionnels leur a apporté une « meilleure capacité vitale » face au Covid-19, d'après le médecin Antoine Beurnier. ©Maxppp - Alexandre Marchi
Publicité
Résumé

Les musiciens et chanteurs infectés par le Covid-19 témoignent, pour beaucoup, de difficultés respiratoires, au moins au début de leur contamination. Pour autant, la capacité de récupération chez les musiciens est très souvent supérieure à celle des autres malades.

En savoir plus

En mars 2020, quand il contracte la maladie, Marc Zuili est loin de s'imaginer les épreuves qui l'attendent. Pendant plusieurs mois, le flûtiste restera en réanimation, dont 6 semaines dans le coma. Il s'est accroché, et a enfin retrouvé la scène, en 2021. Mais tous les concerts depuis n'ont pas été faciles. « Je me suis rendu compte durant un récital, en septembre, que j’arrivais à jouer tous les morceaux, mais qu’entre chaque mouvement, j’avais plus de mal qu’avant à gérer l’effort, raconte-t-il. Donc, j’avais le cœur qui accélérait un peu…»

Aujourd'hui, tout ou presque est rentré dans l'ordre pour Marc Zuili. Et ce grâce à beaucoup de travail. Pendant des mois, dès sa sortie de l'hôpital, il a repris pas à pas les exercices. « J’ai repris la pratique d’étude, en travaillant par exemple la respiration avec un métronome, en me donnant un but à atteindre sur la partition en une seule respiration, se souvient Marc Zuili. Ce sont des choses qu’on apprend au conservatoire pour augmenter sa capacité respiratoire. On peut aussi jouer piano par exemple, car cela nécessite des efforts plus importants que jouer forte. »

Publicité

Préparés mais pas exempts des formes graves

Aujourd’hui, près de deux ans après avoir contracté la maladie et subi des complications graves, le flûtiste a retrouvé une pratique d’avant-Covid. « Quand je joue avec des collègues flûtistes, je ne pense pas que l’on voit la différence, assure-t-il. Je joue aussi bien qu’avant. Et je suis persuadé que ce genre d’expérience rend plus fort, car on a encore plus l’envie de prouver qu’on est sorti de ce genre d’épreuve, alors qu’on aurait pu penser que c’était la fin de la pratique instrumentale pour moi, lorsque j’étais dans le coma. »

Anibal Sierra, lui aussi instrumentiste, et professeur aux conservatoires de Cergy-Pontoise et des Lilas, a contracté le Covid-19. De longs mois après, les symptômes qui subsistent ne touchent pas sa colonne d'air, mais sont tout aussi handicapants. « Je me disais “je vais sans doute me retrouver aux urgences avec des soucis respiratoires ou des problèmes d’ordre neurologique comme la perte d’odorat”, et finalement j’ai subi tout ce que je n’attendais pas : problèmes d’équilibre, énorme fatigue, etc. »

10 min

Si ces capacités de récupération chez les musiciens sont si importantes, serait-ce grâce à leur entraînement, ou à un corps mieux préparé face à ce genre de maladie ? Le docteur Antoine Beurnier, pneumologue et physiologiste à l'hôpital Bicêtre, en est convaincu. Même si les musiciens ne sont pas exempts de tous les risques.

« Plusieurs travaux ont rapporté une meilleure fonction respiratoire chez les musiciens, particulièrement chez ceux qui jouent d’un instrument à vent, assure le médecin du Laboratoire d'exploration fonctionnelle respiratoire de l'hôpital Bicêtre. Ces individus ont une meilleure capacité vitale, c’est-à-dire que le volume total qu’ils sont capables de mobiliser à l’intérieur de leurs poumons est plus élevé que la population générale. Ils ont aussi une meilleure maîtrise de leur ventilation, avec des facilités à faire varier leurs volumes respiratoires. Néanmoins, malgré ces différences dans la fonction respiratoire, ils sont aussi à risque que tout individu de faire des formes graves. »

Bref, d’après le médecin, les musiciens et chanteurs ont les clés en main pour retrouver des sensations respiratoires confortables. Leurs techniques de chant et de maîtrise de la ventilation sont d'ailleurs utilisées par des programmes de rééducation, au Royaume-Uni, comme ENO Breathe. Où des patients atteints de Covid long peuvent suivre des ateliers de respiration aux côtés de chanteurs d'opéra.

Références

Programmation musicale

  • 08h07
    La traviata:(Brindisi) Libiamo libiamo ne'lieti (Acte I) duo violetta alfredo
    La traviata:(Brindisi) Libiamo libiamo ne'lieti (Acte I) duo violetta alfredo
    GIUSEPPE VERDI (Compositeur)
    La traviata:(Brindisi) Libiamo libiamo ne'lieti (Acte I) duo violetta alfredo

    , RICCARDO CHAILLY (Chef d'orchestre), LUCIANO PAVAROTTI, ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE MILAN

    Album The art of Cecilia Bartoli (2002)
    Label Decca (473380-2)

L'équipe

Clément Buzalka
Production
Sofia Anastasio
Production