La plus grande salle de la Seine Musicale peut accueillir 4200 spectateurs assis
La plus grande salle de la Seine Musicale peut accueillir 4200 spectateurs assis
La plus grande salle de la Seine Musicale peut accueillir 4200 spectateurs assis ©AFP - PATRICK KOVARIK
La plus grande salle de la Seine Musicale peut accueillir 4200 spectateurs assis ©AFP - PATRICK KOVARIK
La plus grande salle de la Seine Musicale peut accueillir 4200 spectateurs assis ©AFP - PATRICK KOVARIK
Publicité
Résumé

La mesure, annoncée lundi soir par le gouvernement et effective à partir du 3 janvier pour trois semaines, a des conséquences sur certains concerts symphoniques ou ballets. Les grandes salles, à contrecœur, vont devoir se serrer la ceinture.

En savoir plus

Une "surprise assez désagréable". Ce sont les mots du directeur de la Seine Musicale, à Boulogne-Billancourt, dont la plus grande salle peut accueillir jusqu'à 4200 spectateurs assis. Olivier Haber a du mal à saisir la pertinence de la nouvelle mesure gouvernementale, qui impose une jauge de 2000 personnes en intérieur à partir de lundi prochain : "Notre secteur respecte parfaitement tous les critères sanitaires et les gestes barrières et nous contrôlons systématiquement le pass sanitaire à l’entrée des lieux. Petit à petit, l’ensemble des études a tendu à démontrer que nos lieux n'étaient pas des lieux de surinfection. Finalement, on a un peu l’impression d’une punition collective."

"Ça va être le cinquième report"

Le public de la Seine Musicale sera notamment privé de Roméo et Juliette. Une création du chorégraphe Benjamin Millepied, qui devait se tenir du 13 au 22 janvier, reportée à une date encore inconnue. "Ça va être le cinquième report", déplore Olivier Haber. "Il va falloir qu’on trouve une date, ce n’est pas encore fait, mais on fera tout pour ne pas annuler. On ne peut pas le présenter à moins de 2000 personnes alors que le point d'équilibre est à peu près à 3000 par représentation. On ne va pas perdre autant d’argent par date, ça n’a pas de sens."

Publicité

Sur cette fin d'année, le directeur général de la Seine Musicale note des pertes de plus de 70% de billetterie sur certains spectacles par rapport à 2019, l’année de référence, "ce qui est colossal", avec un gros manque à gagner pour Roméo et Juliette : "Il y a les frais liés au report, les pertes sèches par rapport aux gens qui souhaitent être remboursés. Il va falloir relancer des plans marketing, un plan marketing est extrêmement lourd. On a aussi des frais irrécupérables, des frais techniques, qu’on a engagés d’ores et déjà pendant 15 jours et qu’on ne récupèrera pas : il n’y a plus d’assurance face à ces charges-là."

"Le problème va aussi être la confiance du public. On a perdu beaucoup de billetterie sur le dernier trimestre 2021, et j’ai l’impression qu’on n’envoie pas les bons signaux sur 2022. Alors que ce sont des lieux sûrs, il faut que les gens reprennent confiance. On est en train de dire qu’il y a une culture à deux vitesses : des petits établissements qui ne seraient pas dangereux, de grands établissements qui le seraient" - Olivier Haber

Malheur aux retardataires

Pas de report du côté de la Philharmonie de Paris, mais la grande salle Pierre Boulez peut accueillir 2400 personnes. Il faut donc réduire la jauge et forcément, prévenir avec tact les spectateurs malchanceux qui avaient déjà pris leurs places, signale Hugues de Saint Simon, le secrétaire général de la Philharmonie : "Nous annulons les réservations des dernières personnes qui avaient réservé. Pour être le plus juste possible, que toutes les catégories soient représentées de la même manière, nous prenons les dernières places vendues dans chaque catégorie."

Une petite musique dont l'établissement est désormais familier : "Malheureusement, nous sommes habitués à cet exercice, toujours très pénible, de devoir revenir vers les gens pour leur dire qu’ils ne peuvent plus venir. Nos équipes se sont rôdées. Je ne dirais pas qu'on finit par s’y habituer, parce que qu’on ne s’habitue pas à ce genre de chose, mais maintenant, nous avons la méthode pour procéder à ces annulations."  La jauge des 2000 spectateurs s'appliquera notamment à un concert de musique de chambre autour de Martha Argerich, un concert de l’Orchestre Pasdeloup, ou encore un récital de piano de Khatia Buniatishvili.

C’est un manque à gagner, mais pour l’instant, si c'est pour trois semaines et uniquement dans la grande salle Pierre Boulez, le manque à gagner est limité, nous avons connu des périodes plus drastiques" -  Hugues de Saint-Simon

3 min

"Pour nous, c'est plutôt un soulagement"

L'Opéra de Paris, lui, n'est pas concerné, nous dit-on. Le Palais Garnier accueille en temps normal 2000 personnes. 2700 pour Bastille mais par chance, il n'y a pas de représentation durant les trois semaines concernées, seulement des répétitions. Manque à gagner limité aussi en région, à la Halle aux Grains de Toulouse. Claire Roserot de Melin est administratrice générale de l'Orchestre national du Capitole : "Pour nous, c’est plutôt un soulagement. Même si on est concernés pour la Halle aux Grains, la jauge est de 2200 places, on n’est pas très loin des 2000 spectateurs."

Sans compter une nouvelle habitude des spectateurs, adoptée pendant la crise, que remarquent d'ailleurs beaucoup de directeurs de salle : "Les pratiques des spectateurs ont un peu changé depuis la crise : les places s'achètent davantage à la dernière minute. Or, aujourd’hui, les places au-delà de la jauge des 2000 n'ont pas encore été vendues. On espérait les vendre, parce qu’actuellement on remplit très bien nos salles, mais c’est un moindre mal. Au moins, on n’est pas obligé de dire à des spectateurs qui ont pris leur place qu’ils ne pourront pas venir."

Le monde du spectacle qui n'espère maintenant qu'une chose : que la jauge des 2000 spectateurs soit levée le 24 janvier et surtout, qu'elle ne soit pas remplacée par des mesures plus drastiques. Les directeurs des salles concernées attendent aussi de voir de quelles aides ils vont pouvoir bénéficier de la part de l'État, à la suite de cette nouvelle restriction.

Références

Programmation musicale

  • 08h07
    La muette de Portici : Mieux vaut mourir que rester misérable (Acte II) Duo Masaniello et Pietro
    La muette de Portici : Mieux vaut mourir que rester misérable (Acte II) Duo Masaniello et Pietro
    DANIEL FRANCOIS ESPRIT AUBER (Compositeur)
    La muette de Portici : Mieux vaut mourir que rester misérable (Acte II) Duo Masaniello et Pietro

    DANIEL FRANCOIS ESPRIT AUBER (Compositeur), THOMAS FULTON (Chef d'orchestre), JOHN ALER, ENSEMBLE CHORAL JEAN LAFORGE (Chœur), ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE MONTE-CARLO

L'équipe

Sofia Anastasio
Production