L'exposition Gaudi au Musée d'Orsay
L'exposition Gaudi au Musée d'Orsay
L'exposition Gaudi au Musée d'Orsay - Sophie Crépy
L'exposition Gaudi au Musée d'Orsay - Sophie Crépy
L'exposition Gaudi au Musée d'Orsay - Sophie Crépy
Publicité
Résumé

L’exposition Gaudí a ouvert ses portes au public mardi 12 avril, au musée d’Orsay à Paris. Jusqu’au 14 juin, elle est accompagnée, enrichie, d’une programmation musicale. Cinq concerts pensés atour de l’œuvre et de la vie du célèbre architecte catalan.

En savoir plus

Nous sommes au deuxième sous-sol du Musée d’Orsay, juste en dessous de l’exposition Gaudí qui vient de démarrer. Dans quelques instants, dans l’auditorium aux murs recouverts de bois, le Trio Chausson va inaugurer le cycle de cinq concerts qui accompagne l’exposition. La musique offre à cette dernière un éclairage supplémentaire, explique Sandra Bernhard, responsable de la programmation musique et spectacle vivant du musée. « Elle donne la possibilité d’avoir une idée de ce que l’on écoutait à cette époque-là à Barcelone, fin XIXe et début XXe. On accueille également des artistes espagnols, français, européens, avec des approches différentes mais qui se complètent et qui contribuent à l’exposition. Les deux se répondent. »

Dessin étudiant de Gaudi
Dessin étudiant de Gaudi
- Musée d'Orsay

Pour ce premier concert, les musiciens du Trio Chausson ont décidé d’interpréter la musique de Joaquín Turina, Joaquín Cassadó, Manuel de Falla mais aussi du plus ibérique des compositeurs français, Maurice Ravel. Un lien qui fait sens pour Boris de Larochelambert, pianiste du Trio Chausson. « Ce qui me frappe chez Gaudí, c’est son degré de fantaisie et de force que son inspiration révèle. Et la musique espagnole a aussi ce côté-là. On a moins un divorce comme dans certains styles viennois ou autres, entre les origines populaires et la musique dite savante. Donc la musique espagnole, en tout cas à cette époque-là, elle se développe de manière spectaculaire avec des noms connus, principalement parce qu’elle devient techniquement capable de faire fleurir ce folklore d’origine. »

Publicité
Le toit de la Pedrera à Barcelone
Le toit de la Pedrera à Barcelone
- Musée d'Orsay

Avec ces concerts organisés jusqu’au 14 juin, l’objectif est de mieux comprendre l’environnement dans lequel a évolué l’architecte. A qui on ne connaissait pas par ailleurs un immense amour de la musique, raconte Sandra Bernhard. « Gaudí n’était pas forcément le plus mélomane des architectes mais il avait quand même un goût pour la musique ancienne. Il a pris des cours de chant grégorien, ce qui n’est pas très commun, pour avoir une idée beaucoup plus précise de la transmission du son dans ce qu’il construisait. »

Et c’est avec un concert de Jordi Savall, le gambiste, lui aussi catalan, que le musée illustrera cette anecdote. Ce sera le 19 mai prochain.

Références

Programmation musicale

  • 08h08
    Les saisons : Der Sommer : Die düst'ren Wolken trennen sich (Trio Hanne Lukas et Simon)
    Les saisons : Der Sommer : Die düst'ren Wolken trennen sich (Trio Hanne Lukas et Simon)
    JOSEPH HAYDN
    Les saisons : Der Sommer : Die düst'ren Wolken trennen sich (Trio Hanne Lukas et Simon)

    Interprètes JOSEPH HAYDN, PHILIPPE HERREWEGHE, CHRISTINA LANDSHAMER

    Album Die Jahreszeiten HOB XXI : 3 (intégrale) (2014)
    Label Outhere. (LPH013)

L'équipe

Sofia Anastasio
Production