Mozart, Les Noces de Figaro – Dir. Gustavo Dudamel, Mise en scène Netia Jones : Christopher Maltman
Mozart, Les Noces de Figaro – Dir. Gustavo Dudamel, Mise en scène Netia Jones : Christopher Maltman
Mozart, Les Noces de Figaro – Dir. Gustavo Dudamel, Mise en scène Netia Jones : Christopher Maltman - © Photo by Pia Clodi
Mozart, Les Noces de Figaro – Dir. Gustavo Dudamel, Mise en scène Netia Jones : Christopher Maltman - © Photo by Pia Clodi
Mozart, Les Noces de Figaro – Dir. Gustavo Dudamel, Mise en scène Netia Jones : Christopher Maltman - © Photo by Pia Clodi
Publicité
Résumé

En reprenant la comédie de Beaumarchais – à l’origine d’un scandale qui mit en émoi toute la société parisienne – Mozart et Da Ponte s’assuraient leur réussite, renouvelée ce soir, sous la très talentueuse direction de Gustavo Dudamel.

En savoir plus

Wolfgang Amadeus Mozart – Lorenzo Da Ponte / d’après Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais,

Les Noces de Figaro KV 492

Opera buffa en quatre actes créé le 1er mai 1786 au Burgtheater de Vienne.

Publicité

Représentation enregistrée par France Musique le 3 février 2022 à l’Opéra national de Paris, Opéra Garnier. Enregistrement offert à l'Union Européenne de Radio et Télévision.

France Musique accompagne l'Opéra national de Paris.

Distribution :

Gustavo Dudamel  : Direction musicale

Netia Jones  : Mise en scène

Christopher Maltman  : Il conte di Almaviva, Baryton
Maria Bengtsson  : La contessa di Almaviva, Soprano
Ying Fang  : Susanna, fiancée de Figaro, Soprano
Luca Pisaroni  : Figaro, Baryton-basse
Lea Desandre  : Cherubino (Chérubin), Mezzo-soprano
Dorothea Röschmann  : Marcellina, Soprano
James Creswell  : Bartolo, médecin, Basse
Gregory Bonfatti  : Basilio, maître de musique, Ténor
Christophe Mortagne  : Don Curzio, juge, Ténor
Kseniia Proshina  : Barbarina, Soprano
Mathieu Lecroart  : Antonio, Baryton
Andrea Cueva Molnar  : Une femme, Soprano
Ilanah Lobel-Torres  : Une femme, Soprano

Choeurs de l'Opéra national de Paris
Alessandro Di Stefano  : Chef des Chœurs
Orchestre de l'Opéra national de Paris

Netia Jones  : Décors, costumes, vidéo
Lucy Carter  : Lumière
Sophie Laplane  : Chorégraphie
Solène Souriau  : Dramaturgie

Glen Sheppard  : Collaboration à la mise en scène
Ian Winters & Lightmap  : Collaboration à la vidéo

Mozart, Les Noces de Figaro – Dir Gustavo Dudamel, Ms Netia Jones : Maria Bengtsson et Luca Pisaroni
Mozart, Les Noces de Figaro – Dir Gustavo Dudamel, Ms Netia Jones : Maria Bengtsson et Luca Pisaroni
- © Photo by Vincent Pontet / Opéra national de Paris 2021-2022
Mozart, Les Noces de Figaro – Dir Gustavo Dudamel, Ms Netia Jones : Lea Desandre et Luca Pisaroni
Mozart, Les Noces de Figaro – Dir Gustavo Dudamel, Ms Netia Jones : Lea Desandre et Luca Pisaroni
- © Photo by Vincent Pontet / Opéra national de Paris 2021-2022
Mozart, Les Noces de Figaro – Dir Gustavo Dudamel : répétition mise en scène, Ying Fang, Netia Jones
Mozart, Les Noces de Figaro – Dir Gustavo Dudamel : répétition mise en scène, Ying Fang, Netia Jones
- © Photo by Vincent Pontet / Opéra national de Paris 2021-2022
Mozart, Les Noces de Figaro – Mise en scène Netia Jones : répétition, Gustavo Dudamel, Dir. musicale
Mozart, Les Noces de Figaro – Mise en scène Netia Jones : répétition, Gustavo Dudamel, Dir. musicale
- © Photo by Vincent Pontet / Opéra national de Paris 2021-2022

Argument :

Extrait du programme de spectacle de l’Opéra national de Paris, saison 21/22.

Acte I. Au Palazzo Aguas Frescas. Figaro, valet du comte Almaviva, est sur le point d’épouser Suzanne, camériste de la Comtesse. Mais alors que la fête se prépare, des obstacles surgissent, des intrigues se trament. Le Comte, époux volage, cherche à séduire Suzanne et songe à rétablir certain droit du seigneur sur les jeunes mariées ; il mène son intrigue aidé par le peu scrupuleux Basile, le maître de musique. D’autre part, Marceline, «  femme de charge au château », a prêté de l’argent à Figaro contre une promesse de mariage ; soutenue par la vieille rancœur du docteur Bartholo à l’égard du valet, elle entend faire valoir ses droits.

Chérubin, le page, vif, espiègle, amoureux de toutes les femmes et surtout de la Comtesse, sa «  belle marraine  », est chassé du château par le Comte qui l’a surpris chez Barberine, la fille du jardinier ; il vient supplier Suzanne d’intercéder pour lui auprès de la Comtesse. Mais voici le Comte qui cherche à obtenir de Suzanne un rendez-vous. À son approche, le page se dissimule derrière un fauteuil. L’arrivée de Basile oblige Almaviva à se cacher à son tour ; mais il bondit en entendant Basile faire allusion à la passion de Chérubin pour la Comtesse. Le page est bientôt découvert ; le Comte lui donne un brevet d’officier avec ordre de partir sans délai pour rejoindre son régiment.

Acte II. La Comtesse, délaissée par son époux, soutient les intrigues de Figaro et Suzanne pour faire aboutir au plus tôt leur mariage et en même temps confondre Almaviva : il s’agit d’abord, au moyen d’une lettre anonyme, d’inquiéter le Comte sur la conduite de sa femme ; puis d’envoyer le page déguisé en fille au rendez-vous proposé à la camériste. Dans la chambre de la Comtesse, Chérubin vient se travestir, et d’abord chante sa «  romance  ». Badinage interrompu par l’arrivée du comte, jaloux, alerté par le billet. Le page se sauve par la fenêtre. Le Comte, fou de rage, entre chez sa femme ; mais au lieu d’un homme, il y découvre Suzanne. Tout irait bien si Antonio, le jardinier, n’avait vu Chérubin sauter par la fenêtre sur ses plates-bandes. Le Comte se sent berné. Marceline, qui arrive à ce moment avec Bartholo et Basile, lui fournit l’occasion de se venger ; il promet de faire respecter le contrat : Figaro épousera Marceline.

Acte III. Suzanne feint d’accepter le rendez-vous du Comte, mais manifeste trop haut sa joie de le duper. Il l’entend, se sent pris au piège ; blessé dans son amour et son orgueil, il jure plus que jamais de défendre Marceline. Voici justement le juge Don Curzio qui condamne Figaro à payer sa dette ou bien à épouser Marceline. Mais, coup de théâtre, on découvre que Figaro n’est autre que le fils de Marceline et de Bartholo.

Pendant ce temps, la Comtesse, qui attend le retour de Suzanne, se laisse aller à la mélancolie. Suzanne revient. Elle écrit au Comte sous la dictée de la Comtesse pour préciser le lieu et l’heure du rendez-vous : c’est la Comtesse elle-même qui s’y rendra, dans les vêtements de sa camériste. Aux jeunes filles venues offrir des fleurs à la Comtesse s’est mêlé Chérubin, déguisé. Il est démasqué. Mais la colère du comte est étouffée par l’arrivée joyeuse du cortège nuptial pour la cérémonie : pendant les festivités Suzanne remet au Comte le billet dicté par la Comtesse.

Acte IV. Barberine informe Figaro, qui ignore la supercherie, de la rencontre entre le Comte et Suzanne. Inquiet, le valet se cache à l’approche de la Comtesse et de Suzanne (qui ont échangé leurs vêtements). Il observe, écoute. Les déguisements et l’obscurité créent une série de quiproquos. Propos, soufflets, baisers se trompent de destinataire. Chérubin prend la Comtesse pour Suzanne ; puis c’est au tour du Comte de faire la déclaration tant attendue à la fausse camériste, tandis que Figaro se jette aux pieds de la fausse Comtesse. Figaro et Suzanne sont aperçus par le Comte, qui se croit trompé et, furieux, appelle ses gens. À sa grande confusion, il découvre que c’est en réalité à sa femme qu’il adressait ses serments amoureux. Tous se reconnaissent et le pardon de la vraie Comtesse met fin au trouble et à l’émoi de cette « folle journée ».

© Opéra national de Paris

« La magie de Mozart » entretien avec Gustavo Dudamel, par Marion Mirande pour Octave, le magazine de l’Opéra national de Paris.

Les productions de l'Opéra national de Paris sur écran : L’opéra chez soi - certaines vidéos en accès libre.

Ouvrage de référence :

Avant-Scène Opéra : Les Noces de Figaro, de Mozart
n°314 – ISBN : 978-2-84385-354-8

À lire aussi : Journée Gustavo Dudamel sur France Musique