Dvořák, Rusalka – Direction musicale Frank Beermann, Mise en scène, décors, costumes… Stefano Poda : Anita Hartig (Rusalka), Aleksei Isaev (Vodnik)
Dvořák, Rusalka – Direction musicale Frank Beermann, Mise en scène, décors, costumes… Stefano Poda : Anita Hartig (Rusalka), Aleksei Isaev (Vodnik) - © Photo by Mirco Magliocca / Opéra national du Capitole – Toulouse, 2022-2023
Dvořák, Rusalka – Direction musicale Frank Beermann, Mise en scène, décors, costumes… Stefano Poda : Anita Hartig (Rusalka), Aleksei Isaev (Vodnik) - © Photo by Mirco Magliocca / Opéra national du Capitole – Toulouse, 2022-2023
Dvořák, Rusalka – Direction musicale Frank Beermann, Mise en scène, décors, costumes… Stefano Poda : Anita Hartig (Rusalka), Aleksei Isaev (Vodnik) - © Photo by Mirco Magliocca / Opéra national du Capitole – Toulouse, 2022-2023
Publicité

Conte lyrique inspiré de La Petite Sirène et de ballades tchèques, Rusalka est un sommet absolu de l’opéra. La production de Stefano Poda réunit une distribution exceptionnelle autour de la grande soprano roumaine Anita Hartig. Dir. Frank Beermann.

Antonín Dvořák – Jaroslav Kvapil / notamment d’après le Baron de la Motte Fouqué, Hans Christian Andersen, Božena Němcová et Karel Jaromir Erben,

Rusalka

Publicité

Conte lyrique en trois actes Créé le 31 mars 1901 au Théâtre national de Prague.

Opéra enregistré par France Musique le 6 octobre 2022 au Théâtre du Capitole de Toulouse. Nouvelle production. Coproduction Opéra national du Capitole, The Israeli Opera Tel-Aviv-Yafo

Distribution de Rusalka au Théâtre du Capitole de Toulouse :

Frank Beermann  : Direction musicale

Stefano Poda  : Mise en scène, décors, costumes, chorégraphie, lumières

Anita Hartig  : Rusalka, Soprano
Piotr Buszewski  : Le Prince, Ténor
Aleksei Isaev  : Vodnik, l’Ondin, Baryton
Béatrice Uria-Monzon  : La Princesse étrangère, Mezzo-soprano
Claire Barnett-Jones  : Ježibaba, la sorcière, Mezzo-soprano
Valentina Fedeneva  : Première Nymphe, Soprano
Louise Foor  : Deuxième Nymphe, Soprano
Svetlana Lifar  : Troisième Nymphe, Mezzo-soprano
Fabrice Alibert  : Hajný, Le Garde forestier / Lovec, Le Chasseur, Baryton
Séraphine Cotrez  : Kuchtík, Le Marmiton, Mezzo-soprano

Chœur de l’Opéra national du Capitole
Gabriel Bourgoin  : Chef du chœur
Orchestre National du Capitole

Collaboration artistique  : Paolo Giani

25 min

Argument de Rusalka de Dvořák au Théâtre du Capitole :

Acte I. Au bord d’un lac, les nymphes des bois taquinent l’Ondin, maître des eaux. Sa fille, l’ondine Rusalka, reste à l’écart, mélancolique. Elle confie à son père qu’elle aspire à devenir humaine, car elle aime un humain, un Prince qui vient souvent chasser et se baigner. L’Ondin inquiet tente de dissuader Rusalka mais, devant sa détermination, il l’adresse à la sorcière Ježibaba.

Ayant élevé une prière à la lune, Rusalka se rend chez la sorcière et réclame une potion qui la rendrait femme. Ježibaba la met en garde : métamorphosée, l’ondine perdra sa voix et, si son amour échoue, elle sera damnée. Rusalka accepte. Ježibaba prépare la potion. On entend l’Ondin se lamenter au fond du lac.

Le Prince et ses compagnons de chasse arrivent au bord de l’eau. Fasciné par l’insaisissable créature qu’il aperçoit souvent, il veut rester seul pour la retrouver. Rusalka apparaît alors sous les traits d’une splendide jeune fille. Envoûté, il lui déclare sa flamme. Rusalka, muette, se jette dans ses bras et accepte de le suivre au château, tout proche du lac. Au loin, l’Ondin et les nymphes déplorent la perte de leur semblable.

Acte II. Au château, le Garde forestier et le Marmiton entretiennent les rumeurs : l’étrange fiancée du Prince est peut-être victime des sortilèges de la forêt ; mais le Prince semble déjà séduit par une autre femme, la Princesse étrangère qu’il a invitée au bal nuptial. Le Prince paraît aux côtés de Rusalka. Amoureux, il est toutefois irrité par le mutisme de sa fiancée. Lorsqu’entre la Princesse étrangère, qui exprime son dédain pour Rusalka et son attirance pour le Prince, celui-ci se laisse séduire. Il congédie Rusalka, qui doit s’habiller pour le bal. Elle se retire, consciente du malheur qui se prépare.

Depuis le lac, l’Ondin scrute le château, avec le terrible pressentiment que la malédiction menace sa fille.

Durant le bal, où on la néglige, Rusalka rejoint un instant son père pour lui confier son désespoir : ni femme ni fée, elle est exclue de toutes parts.

De son côté, le Prince est mal à l’aise mais cède aux avances de la Princesse étrangère. Lorsqu’il l’embrasse, Rusalka accourt et tente de les séparer, mais le Prince la rejette. L’Ondin surgit alors et emporte sa fille. Épouvanté, le jeune homme implore la Princesse de l’aider à sauver Rusalka, mais elle éclate de rire et le repousse.

Acte III. Au bord du lac, Rusalka supplie la sorcière de l’aider. Ježibaba lui tend un couteau : qu’elle tue le Prince, et elle sera sauvée. Rusalka horrifiée refuse et plonge au fond des eaux, mais elle y est désormais rejetée par ses sœurs.

Entrent le Garde forestier et le Marmiton, venus demander à la sorcière d’intercéder en faveur du Prince rongé par la mélancolie. Ježibaba leur en explique la raison : il aurait été trahi par Rusalka. L’Ondin surgit alors, rétablissant la vérité d’une voix furieuse. Les deux compagnons s’enfuient épouvantés.

Torturé par le remords, le Prince retrouve Rusalka. Il l’implore de le sauver ou de mettre fin à ses jours. Elle lui rappelle sa faute avec tendresse. Il veut l’embrasser, mais elle l’avertit qu’un baiser le tuerait. N’aspirant qu’à la paix éternelle, le Prince obtient ce baiser et expire dans les bras de Rusalka. La plainte de l’Ondin s’élève alors du fond des eaux : ce sacrifice aura été vain, et sa fille restera maudite. Rusalka implore miséricorde pour l’âme du Prince et disparaît à tout jamais au fond des eaux.

© Opéra national du Capitole, Toulouse

Rusalka : le programme de spectacle de l’Opéra national du Capitole.

Ouvrage de référence sur Rusalka d’Antonín Dvořák :

L’Avant-Scène Opéra : Rusalka de Dvořák
n°205 – ISBN : 978-2-84385-288-6

À réécouter : Créatures aquatiques
1h 29