Massenet, Thaïs - Direction musicale Pierre Bleuse : Ermonela Jaho (Thaïs), Ludovic Tézier (Athanaël). Coproduction Les Grandes Voix, Théâtre des Champs-Elysées
Massenet, Thaïs - Direction musicale Pierre Bleuse : Ermonela Jaho (Thaïs), Ludovic Tézier (Athanaël). Coproduction Les Grandes Voix, Théâtre des Champs-Elysées
Massenet, Thaïs - Direction musicale Pierre Bleuse : Ermonela Jaho (Thaïs), Ludovic Tézier (Athanaël). Coproduction Les Grandes Voix, Théâtre des Champs-Elysées - © Photo E. Jaho by Fadil Berisha, © photo L. Tézier by Gregor Hohenberg / Sony Music
Massenet, Thaïs - Direction musicale Pierre Bleuse : Ermonela Jaho (Thaïs), Ludovic Tézier (Athanaël). Coproduction Les Grandes Voix, Théâtre des Champs-Elysées - © Photo E. Jaho by Fadil Berisha, © photo L. Tézier by Gregor Hohenberg / Sony Music
Massenet, Thaïs - Direction musicale Pierre Bleuse : Ermonela Jaho (Thaïs), Ludovic Tézier (Athanaël). Coproduction Les Grandes Voix, Théâtre des Champs-Elysées - © Photo E. Jaho by Fadil Berisha, © photo L. Tézier by Gregor Hohenberg / Sony Music
Publicité
Résumé

A Alexandrie, un moine veut convertir à la foi chrétienne Thaïs, une courtisane vouée à Vénus. Il tombe amoureux de la belle païenne… Ermonela Jaho et Ludovic Tézier sont ce soir au cœur d’une distribution des plus éclatantes. Dir. Pierre Bleuse.

En savoir plus

Jules Massenet – Louis Gallet / d’après Anatole France,

Thaïs

Publicité

Comédie lyrique en trois actes et sept tableaux créée le 16 mars 1894 à l’Académie Nationale de Musique, à Paris.

Opéra en version de concert enregistré par France Musique le 9 avril 2022 au Théâtre des Champs-Elysées à Paris. Concert donné dans le cadre de la Saison musicale européenne de la BnF et de Radio France dont France Musique est partenaire. Coproduction Les Grandes Voix / Théâtre des Champs-Elysées.

Distribution :

Pierre Bleuse  : Direction musicale

Ermonela Jaho  : Thaïs, comédienne et courtisane, Soprano
Ludovic Tézier  : Athanaël, cénobite, Baryton
Pene Pati  : Nicias, jeune philosophe sybarite, Ténor
Guilhem Worms  : Palémon, vieux cénobite, Baryton-basse
Cassandre Berthon  : Crobyle, esclave / La Charmeuse, Soprano
Marielou Jacquard  : Myrtale, esclave, Mezzo-soprano
Marie Gautrot  : Albine, abbesse, Mezzo-soprano
Patrick Ivorra  : Cénobite / Serviteur de Nicias, Basse
Cyril Verhulst  : Cénobite, Ténor
Matthieu Cabanes  : Cénobite, Ténor
Pascal Bourgeois  : Cénobite, Ténor
Pierre Bénusiglio  : Cénobite, Basse
Histrions et Comédiennes, Philosophes, Amis de Nicias, Peuple, Les Filles blanches

Chœur de Radio France
Franck Villard  : Chef des Chœurs
Orchestre National de France

Argument :

Par Marguerite Haladjian.

L’histoire se passe au IVe siècle, en Égypte.

Acte I. 1er Tableau. Retirés dans leur thébaïde* au bord du Nil, les cénobites partagent le dîner. Autour de la table, la place d’Athanaël, l’un des leurs, est vide, son absence inquiète les moines. Celui-ci, fatigué et anxieux, apparaît. Il revient d’Alexandrie où règne la débauche due à la courtisane Thaïs, une femme qu’il a connue dans sa jeunesse avant de se consacrer à Dieu.

Resté seul, l’image de cette femme le fascine. Elle apparaît dans son sommeil à demi-nue dans des poses lascives ; à son réveil, il éprouve un trouble intense. Aux moines rassemblés, il avoue avoir choisi sa mission : retourner à Alexandrie pour sauver Thaïs et la ramener au sein de la religion.

2ème Tableau. À Alexandrie, Athanaël attend son ami Nicias. Depuis la terrasse, il contemple la ville maudite, livrée au mal. Nicias s’étonne de sa visite et pense qu’il a abandonné la vie monastique. Au contraire, Athanaël est venu pour soustraire Thaïs à sa vie dissolue. Nicias, l’amant provisoire de Thaïs, se rit de sa naïveté. En vue du dîner en l’honneur de la courtisane, deux esclaves parent Athanaël, subjuguées par sa beauté. Arrive Thaïs entourée d’admirateurs ; elle annonce à Nicias que cette soirée marquera la fin de leur liaison. Puis elle remarque le regard d’Athanaël et s’interroge sur son identité : « un philosophe venu pour la convertir », lui avoue Nicias, ce dont elle se moque. Athanaël s’approche d’elle et lui confie sa volonté de la voir quitter une existence de pécheresse pour un avenir voué à Dieu. Par jeu, elle l’invite chez elle pour l’éprouver.

Acte II. 1er Tableau. Dans son palais, Thaïs, mélancolique, s’observe dans le miroir ; tout lui semble futile, la vieillesse et la mort menacent sa beauté. Elle tente en vain d’exercer ses charmes sur Athanaël, mais ce dernier la supplie de renoncer au péché pour s’engager dans la voie du bonheur divin. Thaïs est troublée par les propos violents du moine, néanmoins elle le repousse. Il l’attendra sur le seuil. Demeurée seule, Thaïs est agitée par des sentiments et des désirs contraires.

2ème Tableau. Durant la nuit, Thaïs a médité, prié, pleuré. Son âme est métamorphosée, elle est prête à suivre Athanaël sur le chemin du salut. Il l’entraîne vers le monastère de Mère Albine où elle pourra se consacrer à Dieu. Mais avant de quitter ce passé damné, il exige qu’elle se sépare de tous ses biens, palais, richesses et surtout d’une statuette d’Éros, symbole sexuel de perversion.

Alors que Nicias souhaite fêter avec danseuses et esclaves sa chance au jeu, survient Athanaël. Nicias aperçoit près de lui Thaïs, dépouillée de ses atours, et son palais en flammes, comme les signes d’un destin désormais condamné. Athanaël est lapidé par une foule hostile, mais Nicias a compris que le moine a réussi à convertir Thaïs et les aide à fuir la ville maudite.

Acte III. 1er Tableau. Dans le désert, sous un soleil torride, Athanaël et Thaïs atteignent une oasis. Thaïs est épuisée mais le moine la contraint à poursuivre la route pour expier ses péchés. Elle tombe, ses pieds sont ensanglantés. Enfin attendri, Athanaël l’aide à s’asseoir et va au puits chercher de l’eau. Thaïs bénit sa douleur rédemptrice. S’approchent les Filles blanches du monastère et Albine à qui Athanaël confie Thaïs qui, heureuse, se joint aux nonnes et s’éloigne avec elles. Athanaël est déchiré à l’idée qu’il ne reverra peut-être plus celle qu’il aime en secret.

2ème Tableau. Athanaël a regagné la thébaïde où son état surprend les moines. Il confie au vieux Palémon, leur supérieur, son angoisse. Après avoir sauvé l’âme de Thaïs, il est désormais hanté par cette femme sensuelle. Dans son sommeil, Thaïs apparaît, provocante et désirable, puis une autre vision la montre dans le jardin du monastère, disposée à accueillir la mort. À son réveil, dans un trouble extrême, obsédé par le besoin de retrouver Thaïs, il se précipite dans la nuit alors que l’orage se déchaîne.

3ème Tableau. Dans le jardin du monastère, Thaïs, affaiblie par la pénitence, semble proche de la mort. Athanaël apparaît soudain, le visage torturé. Albine pense qu’il vient donner sa bénédiction à la mourante. Demeuré seul, Athanaël se traîne vers Thaïs et essaie en vain de lui déclarer son amour, mais elle ne peut plus l’entendre, elle est au-delà du drame humain. Dans un état d’extase mystique, tendue vers le Ciel, elle est passée, sereine, dans un monde éclairé par la lumière spirituelle de l’amour du Sauveur. Elle expire alors qu’Athanaël, désespéré, éperdu de douleur, s’effondre à ses côtés.

*Cénobite : moine vivant en communauté, à l’écart du monde
*Sybarite : personne qui recherche le plaisir et le luxe
*Thébaïde : lieu isolé et sauvage, propice à la méditation, où se retirent moines et ascètes

Reproduit avec l’aimable autorisation des Grandes Voix – Céleste Productions

Ouvrage de référence :

L’Avant-Scène Opéra : Thaïs de Massenet
n° 109 – ISBN : 2-84385-089-4

Programmation musicale :

Jules Massenet / arr Martin-Pierre Marsick,

Méditation de Thaïs – arrangement pour clarinette et piano

Sharon Kam : Clarinette
Itamar Golan : Piano
BERLIN CLASSICS 0016342 BC

André Messager – Gaston Arman de Caillavet et Robert de Flers / d’après Alfred de Musset,

Fortunio :
Air de Fortunio « J’aimais la vieille maison grise » (Acte III)

Julien Behr : Ténor
Orchestre de l’Opéra de Lyon
Pierre Bleuse : Direction musicale
ALPHA CLASSICS ALPHA 401

Henri Duparc,

Aux étoiles

Orchestre de l’Opéra de Lyon
Pierre Bleuse : Direction musicale
ALPHA CLASSICS ALPHA 401

Benjamin Godard – Armand Silvestre et Victor Capoul / d’après Alphonse de Lamartine,

Jocelyn :
Berceuse de Jocelyn « Cachés dans cet asile » (Acte II)

Julien Behr : Ténor
Orchestre de l’Opéra de Lyon
Pierre Bleuse : Direction musicale
ALPHA CLASSICS ALPHA 401

Richard Strauss – d’après Oscar Wilde / traduction allemande Hedwig Lachmann,

Salomé (extrait) :
Narraboth, Le Page, Les Soldats, Jochanaan, Un Cappadocien, Salomé
« Wie schön ist die Prinzessin Salome Heute nacht » (Scène 1)… « Er ist schrecklich, er ist wirklich schrecklich. » (Scène 3, début)
(« Comme la Princesse Salomé est belle, ce soir »… « Mais il est terrible, il est terrible. »)

Cheryl Studer : Salomé, fille d’Hérodias, Soprano
Bryn Terfel : Jochanaan, le prophète (Jean-Baptiste), Baryton
Clemens Bieber : Narraboth, jeune Syrien, capitaine de la garde, Ténor
Marianne Rorholm : Le Page d’Hérodias, Contralto
William Murray : 1er Soldat, Basse
Bengt Rundgren : 2ème Soldat, Basse
Klaus Lang : Un Cappadocien, Basse
Orchestre de l’Opéra Allemand de Berlin
Giuseppe Sinopoli : Direction musicale
DEUTSCHE GRAMMOPHON 431 810-2

58 min
1h 58