Vladimir Horowitz à New-York en 1952
Vladimir Horowitz à New-York en 1952
Vladimir Horowitz à New-York en 1952  ©Getty
Vladimir Horowitz à New-York en 1952 ©Getty
Vladimir Horowitz à New-York en 1952 ©Getty
Publicité
Résumé

Un nouvel épisode de la saga Horowitz qui débute à New-York, où notre héros s’installe avec sa famille en 1940 pour fuir la guerre qui sévit en Europe. Les tournées et concerts reprennent de plus belle, et Vladimir Horowitz va peu à peu à perdre pied…

En savoir plus

« Je ne comprendrai jamais comment j’ai pu me laisser aller à m’écarter autant de la destination que je m’étais fixée dans ma jeunesse car j’aurais préféré fuir, j’aurais préféré n’importe quoi d’autre, ou rien, plutôt que de continuer à être une sorte de bateleur en vedette. Je n’ai jamais voulu être un surhomme du piano. »

1940, le roman américain commence, mais il n’est jamais que la suite des années de succès de Vladimir Horowitz. « Une vie en pullman »,  dit-il. Train, hôtel, concert… Il s’épuise encore et encore. Alors Horowitz joue toujours plus vite pour séduire « un public assoiffé de sang ». Un jeu qu’il qualifie lui-même de « mauvais goût ». La machine s’emballe.

Publicité

Son épouse Wanda se révèle avoir le même caractère que son père, le maestro Toscanini. Forcé à faire une psychanalyse pour devenir un mari et un gendre idéal, Vladimir Horowitz n’a tout simplement plus envie de jouer. Cette fois la machine déraille…

Rediffusion de l'émission du 10 août 2019

Cliquez ICI pour retrouver la programmation musicale 

Références

L'équipe

Emmanuelle Franc
Emmanuelle Franc
Emmanuelle Franc
Production
Françoise Monteil
Françoise Monteil
Françoise Monteil
Collaboration
Christine Amado
Réalisation