Barque sur l'océan : du piano vers l'orchestre
Barque sur l'océan : du piano vers l'orchestre
Barque sur l'océan : du piano vers l'orchestre
Barque sur l'océan : du piano vers l'orchestre
Barque sur l'océan : du piano vers l'orchestre
Publicité
Résumé

Christophe Dilys a sorti son ordinateur pour nous faire écouter instrument par instrument comment Ravel déploie toute une page orchestrale à partir d'une partition pour piano.

En savoir plus

Ecrivez-nous pour nous donner votre avis ! Formulaire de contact

Vous allez nous parler d’orchestration aujourd’hui. Oui ! Je ne sais pas si vous vous souvenez, il y a quelques semaines, je vous avais fait écouter la façon dont Marius Constant avait mis pour orchestre Ondine de Maurice Ravel, originellement pour piano. Et les sons d’ordinateurs n’étaient pas EXTRAORDINAIRES. Mais là, j’ai un tout nouveau logiciel, ça va être beaucoup mieux ! Et donc je voudrais en profiter pour faire pareil avec Une Barque sur l’Océan . C’est pour piano, c’est de Maurice Ravel, et c’est lui-même qui l’a mis pour orchestre. Ecoutez déjà la partition originelle, pour piano.

Publicité
  • SON 1 - Barque sur l’océan au piano

Voilà, c’est court, je ne vais parler que des premières mesures aujourd’hui. Voyons maintenant comment Ravel le met à l’orchestre.

  • SON 2 - Barque sur l’océan par l'orchestre

J’ai l’impression qu’il y a quelques notes en plus que dans la version de piano. Effectivement ! Nous allons en profiter du fait que les logiciels de sons sont plutôt bien au point pour écouter tous ces détails d’orchestration que nous ne percevons pas forcément lorsque l’orchestre joue. Voyons déjà comment la partie piano a été pensée : le point de départ pour Ravel. Un petit motif descendant de 4 notes à la main droite.

  • SON 3 - piano main droite

Et à la main gauche, des arpèges

  • SON 4 - piano main gauche

Somme toute : un matériau assez simple. Une main gauche qui accompagne la main droite. Si Ravel avait été un orchestrateur un peu limité, il se serait arrêté là : la main droite jouée par les flûtes, par exemple, et les arpèges de la main gauche joués par les violons I et les altos. C'est ce qu'il fait, écoutez bien.

  • SON 5 - Flûtes, violons I et altos

Mais il ne s’arrête pas là. C’est ce que vous disiez quand vous aviez l’impression qu’il y avait des notes en plus, Gabrielle. Il va donner un peu de “mordant”, de sonorités un peu plus dures pour ancrer le côté lisse des cordes et donner un côté toucher de piano : pour ça il ajoute des pizzicati aux violoncelles et aux violons II. Cela, dans les enregistrements, on ne l’entend quasiment pas. Mais grâce à mon nouveau logiciel, nous pouvons !

  • SON 6 - pizzicati violons II et violoncelles

Et donc quand vous mettez ces pizz, plus les bariolages de cordes, plus les flûtes : vous vous retrouvez avec un matériau très scintillant, comme les reflets du soleil dans la mer.

  • SON 7 - flûte et cordes

Pas mal ! Mais il y a un élément qu’il ne faut pas oublier : la pédale. Là je vois sur la partition “très enveloppé de pédales”. Bien vu ! Et c’est vrai que pour l’instant : personne ne tient les sons. Tout le monde joue ses notes et passe à autre chose. Eh bien Ravel à l’idée de faire tenir les notes de l’accord par les clarinettes et les bassons.

  • SON 8 - clarinettes et bassons

Donc voilà, nous avons notre matériau : bariolages aux cordes, motifs au flûtes et pédales aux clarinettes et au basson. Nous allons maintenant écouter ce qui se passe un peu plus loin. A un moment, dans la partie piano, il y a une toute petite mélodie intérieure, un petit contrechant de deux notes. Essayez de la repérer :

  • SON 9 - piano contrechant

Ce petit motif, Ravel le donne à jouer au seul bois qui n’a pas encore joué jusque-là : le hautbois.

  • SON 10 - hautbois

Et Ravel pourrait s’arrêter là, il a tout ce qu’il faut… mais il ne fait pas que ça. Puisqu’il introduit un nouveau timbre, celui du hautbois, il va accompagner cette nouvelle couleur avec … un changement de couleur dans la pédale. Jusque-là, la pédale, c’était clarinette et basson. Là, dès qu’on entend le hautbois, il fait jouer les cors, qui vont interrompre les bassons et clarinettes, tendez l’oreille.

  • SON 11 - hautbois, cors, bassons et clarinette

Donc voilà, on a tout dit, il nous reste plus qu’à écouter tout ça : les pizz aux cordes graves, l’accord tenu par les clarinettes et bassons pour simuler la pédale, le changement de timbre de la pédale pour accompagner l’arrivée du hautbois, les flûtes qui font le thème.

  • SON 12 - tutti en orchestre MIDI

Et maintenant, nous allons l’écouter par un vrai orchestre, j’espère que vous entendrez mieux tous ces petits détails de l’orchestration d’orfèvre de Ravel !

  • SON 13 - barque sur l’océan orchestre
Références

L'équipe

Christophe Dilys
Christophe Dilys
Christophe Dilys
Production