Marius Constant (1925-2004)
Marius Constant (1925-2004)
Marius Constant (1925-2004)
Marius Constant (1925-2004)
Marius Constant (1925-2004)
Publicité
Résumé

Il s'agit de Marius Constant (1925-2004). Ses pièces "Etrange n°3" et "Milieu n°2" ont servi de générique pour la série américaine The Twilight Zone. Il a également été directeur de France Musique (1954-1969). Chronique en forme de regard très précis sur son orchestration de "Ondine" de Ravel.

En savoir plus

Qui était Marius Constant ? Je vais faire vite parce que je voudrais surtout vous montrer comment il orchestrait. Marius Constant est arrivé à Paris en 1946 pour étudier au Conservatoire auprès d’Olivier Messiaen, Arthur Honegger et Nadia Boulanger. Il a été directeur musical de la danse à l’opéra de Paris, il a été professeur d’orchestration au Conservatoire de Paris… Et.. en 1954, quand le poète Jean Tardieu a l’idée très poétique d’une radio culturelle consacrée à la musique, Marius Constant fait partie de l’équipe fondatrice et devient directeur, de 1954 à 1969 de cette radio qui est notre maison, France Musique. France Musique, qui est donc née de l’idée d’un poète…

Vous voulez nous montrer comment Marius Constant travaille. Voilà, c’est surtout pour cela que je vous parle de Marius Constant aujourd’hui. Vous le savez, Gabrielle : j’adore l’orchestre, et j’adore le fait d’adapter une partition et la mettre pour orchestre…. ce qu’on appelle l’orchestration. Comment passer d’un instrument seul … à tout un orchestre ? J’ai donc bricolé des sons de synthèse chez moi pour vous aider à comprendre sur une poignée de mesures comment Marius Constant a orchestré Gaspard de la Nuit, de Maurice Ravel. Voici la phrase originelle au piano. Notez comment c’est divisé entre scintillement d’un côté, et mélodie de l’autre.

Publicité
  • Extrait 1 - Ondine au piano (Maurice Ravel)

Comment reproduire ce scintillement avec l’orchestre ? Marius Constant le confie au célesta.

  • Extrait 2 - Célesta de synthèse

Et pour lui donner plus de corps, à ce frémissement, il ajoute flûte et violons.

  • Extrait 3 - Célesta, flûte et violons

Voilà pour le frémissement. Mais le thème ? Marius Constant fait comme Ravel et le met à la même hauteur que le frémissement, en le donnant à la flûte, au hautbois, à la clarinette et aux violons II.

  • Extrait 4 - Thème joué par la flûte, le hautbois, la clarinette et les violons 2

Et c’est là où ça devient intéressant. Marius Constant décide de changer la couleur de la deuxième partie du thème. Il donne plus de grave à la mélodie, et pour ce faire, il rajoute de la harpe.

  • Extrait 5 - Deuxième partie du thème à la harpe

Et il change légèrement le frémissement : il donne un rôle plus important au célesta, à l’unisson avec les violons.

  • Extrait 6 - Célesta et violons

Voilà, j’ai bien conscience que les sons bricolés sur ordinateur, ce n'est pas d'un confort d'écoute optimal. Je propose donc d’écouter ce que ça donne en vrai : d’abord par un vrai pianiste et puis ensuite par un vrai orchestre. Tendez l’oreille, repérez comme Marius Constant reproduit le scintillement du piano à l’orchestre, et voyez ensuite comment il décide de changer de couleur en milieu de phrase.

  • Extrait 7 - Montage de la même phrase jouée au piano puis par l'orchestre
Références

L'équipe

Christophe Dilys
Christophe Dilys
Christophe Dilys
Production