Hélène Martin en concert
Hélène Martin en concert
Hélène Martin en concert - Capture d'écran ina.fr
Hélène Martin en concert - Capture d'écran ina.fr
Hélène Martin en concert - Capture d'écran ina.fr
Publicité
Résumé

La disparition d’Hélène Martin, le 21 février dernier, a été trop modestement relayée par les médias. Elle fut pourtant un des talents les plus singuliers de la chanson française de la seconde moitié du 20e siècle, qui a consacré sa vie à la mise en musique et à l’interprétation de la poésie.

En savoir plus

NOUS INFORMONS LES ABONNÉS AU PODCAST DE « TOUR DE CHANT » QUE, POUR DES RAISONS JURIDIQUES, LE PODCAST N’EST MALHEUREUSEMENT PAS POSSIBLE CETTE SEMAINE.

Sa voix d’alto, sa diction, et même son sourire, se prêtaient particulièrement bien à cet art fait de mesure et de finesse.
Exigeante, talentueuse et fraternelle, se voyant comme une messagère, elle avait un lien presque charnel avec les poètes contemporains, auxquels elle apportait un supplément d’âme et de popularité.
Voir Hélène Martin sur scène, c’était une sorte de voyage au long cours, au pays des émotions, où les mots étaient exaltés, portés par ses mélodies subtiles et les arrangements de ses fidèles musiciens.

Publicité

Durant trois émissions, nous allons découvrir, grâce aux archives de l’INA une version inédite du récital « Chansons / Roman », captée le 26 mai 1976 dans le cadre des « Heures Musicales du Périgord ».

Voici cette semaine la première partie du concert.

Chansons / Roman
(p & m : Hélène Martin)

Le petit opéra d'Elsa
(p : Elsa Triolet – m : Hélène Martin)

Je chante pour passer le temps
(p : Louis Aragon – m : Léo Ferré)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Les poètes
(p : Louis Aragon – m : Jean Ferrat)

Chanson noire
(p : Louis Aragon - m : Hélène Martin)

Blond partout
(p : Louis Aragon - m : Hélène Martin)

Oh la guitare
(p : Louis Aragon - m : Hélène Martin)

Le paresseux
(p : Pablo Neruda, traduit par Louis Aragon – m : Hélène Martin)

Bonjour du blues (L’adieu aux poètes)
 (p & m : Hélène Martin)

direction musicale : Jean Cohen-Solal

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

À réécouter : Hélène Martin, un feu qui ne s’éteint pas

Références

L'équipe

Martin Pénet
Martin Pénet
Martin Pénet
Production
Dorothée Goll
Collaboration
Massimo Bellini
Réalisation