Joséphine Baker dans sa loge, 1951 ©Getty
Joséphine Baker dans sa loge, 1951 ©Getty
Joséphine Baker dans sa loge, 1951 ©Getty
Publicité
Résumé

L’entrée au Panthéon de Joséphine Baker est un événement salué par tous les médias qui relève presque de l’éducation civique. Il ne faudrait donc pas oublier de prononcer son nom à la française, selon son souhait de femme naturalisée en 1937 qui aimait passionnément son pays d’adoption

En savoir plus

Au point d’avoir combattu pour soutenir la France Libre durant la Seconde guerre mondiale, ce qui lui a finalement valu la Légion d’honneur… Elle a en effet trouvé chez nous l’accueil d’une nation qui ne pratiquait pas de discrimination raciale comme aux Etats-Unis, et où elle se sentait libre.

Précédent ses combats des années 40 à 70 contre le racisme, il y a eu avant la guerre une artiste de music-hall qui a électrisé le public par sa silhouette exotique, sa jeunesse dévergondée et la nouveauté de ses danses syncopées, en particulier le charleston.

Publicité

Et puis, en quelques années, Joséphine Baker a appris à devenir une vraie meneuse de revue, capable de tenir l’affiche des Folies-Bergère ou du Casino de Paris au même rang qu’une Mistinguett. Sa voix cristalline, teintée d’un léger accent, a laissé de très beaux enregistrements des chansons tirées de ces spectacles. C’est cette première Joséphine que nous redécouvrons durant cette série d’émissions.

Programmation musicale

Shim-me-Sha-Wabble
New Orleans Rhythm Kings, 1923   
(m : Spencer Williams)

Swanne river (Old folks at home)  
Sidney Bechet, 1958
(m : Stephen Foster)

Adieu à Fatou  Aimé Doniat
Document INA
(p : Louis Lemarchand - m : Jean Boyer)

The Charleston
Ben Selvin’s dance orchestra, 1925  
(m : James P. « Jimmy » Johnson)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Joséphine
Rogers
Document INA
(p : Louis Lemarchand et Georges Henry – m : Jacques Fray)

The Black Bottom
Johnny Hamp’s Kentucky Serenaders, 1926
(m : Ray Henderson)

Joséphine Baker vers 1925
Joséphine Baker vers 1925
© Getty

Dinah
Joséphine Baker, 1926
(p : Sam M. Lewis et Joe Young – m : Harry Akst)

I love my baby
Joséphine Baker, 1926
(p & m : Bud Green et Harry Warren)

Pretty little baby
Joséphine Baker, 1927
(p & m : Phil Baker, Ben Bernie, Sid Silvers)

Quelques lectures :

Gérard Bonal
Joséphine Baker, du music-hall au Panthéon
Tallandier

Gérard Bonal : Joséphine Baker, du music-hall au Panthéon
Gérard Bonal : Joséphine Baker, du music-hall au Panthéon
- Tallandier

Brian Bouillon-Baker
Joséphine Baker, l'universelle
Editions du Rocher

Brian Bouillon-Baker Joséphine Baker, l'universelle
Brian Bouillon-Baker Joséphine Baker, l'universelle
- Editions du Rocher

Le DVD :
***Le meilleur de Joséphine Baker

Références

L'équipe

Martin Pénet
Martin Pénet
Martin Pénet
Production
Doria Zénine
Réalisation
Dorothée Goll
Collaboration