Charles Aznavour en 1956
Charles Aznavour en 1956
Charles Aznavour en 1956 ©Getty - Keystone France / Gamma-Keystone
Charles Aznavour en 1956 ©Getty - Keystone France / Gamma-Keystone
Charles Aznavour en 1956 ©Getty - Keystone France / Gamma-Keystone
Publicité
Résumé

La disparition de Charles Aznavour a été relayée dans le monde entier et l’hommage national qui lui a été rendu le 5 octobre aux Invalides a mis en avant son attachement à la langue française, cette forme de patrie qu’il a faite sienne et magnifiquement représentée au-delà nos frontières.

En savoir plus

Après avoir mis un terme en 1950 à sa première carrière de duettiste avec Pierre Roche, Charles Aznavour se lance dans un parcours solo, en bénéficiant de son amitié avec Edith Piaf, dont il reste très proche durant plusieurs années. C’est d’abord comme auteur de chanson, davantage que comme interprète, qu’il construit sa réputation.

Au moment où il enregistre son premier disque 78 tours chez Ducretet-Thomson, en décembre 1951, Aznavour commence à se produire sur scène, mais n'est guère soutenu. Jusqu’en 1953 et même au-delà, les critiques parisiens auront la plume très dure, à propos de son physique et surtout de sa voix, hors des normes de la chanson populaire d’alors.

Publicité

Porté par le succès de ses chansons adoptées par de multiples interprètes prestigieux, il finira pourtant par se faire accepter comme chanteur et remportera son premier vrai succès à l’Olympia en juin 1955.

En savoir plus : Charles Aznavour : Concert (1965) et entretien (1956)

Programme musical

Intoxiqué
Charles Aznavour, 1952
(paroles : Charles Aznavour - musique : Gaby Wagenheim)

Le noyé assassiné
Philippe Clay, 1953
(p : Charles Aznavour – m : Florence Véran)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Et bailler... et dormir
Eddie Constantine, 1953
(p : Charles Aznavour – m : Jeff Davis)

Viens au creux de mon épaule
Patachou, 1954
(p & m : Charles Aznavour)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Je veux te dire adieu
par Gilbert Bécaud, puis Charles Aznavour, 1954
(p : Charles Aznavour – m : Gilbert Bécaud)

Sur ma vie
Anny Gould, 1955
(p & m : Charles Aznavour)

Sa jeunesse
Réda Caire, au Théâtre du Gymnase de Marseille, 1962
(p & m : Charles Aznavour)

À lire : Charles Aznavour : 10 chansons qui ont fait de lui un mythe

Pour aller plus loin, de nombreux ouvrages retracent le parcours et l’œuvre de Charles Aznavour, y compris les livres de souvenirs du chanteur.
Nous recommandons en particulier la biographie de Daniel Pantchenko et Marc Robine « Charles Aznavour ou le destin apprivoisé » parue en 2006 chez Fayard. »

Daniel Pantchenko et Marc Robine « Charles Aznavour ou le destin apprivoisé » , 2006
Daniel Pantchenko et Marc Robine « Charles Aznavour ou le destin apprivoisé » , 2006
- Editions Fayard

Nous vous recommandons également  le CD "Charles Aznavour et ses premiers interprètes" chez Frémeaux et associés.

Aznavour et ses premiers interprêtes - FREMEAUX ET ASSOCIES
Aznavour et ses premiers interprêtes - FREMEAUX ET ASSOCIES
Références

L'équipe

Martin Pénet
Martin Pénet
Martin Pénet
Production
Dorothée Goll
Collaboration
Eric Lancien
Réalisation
Charlotte Landru-Chandès
Charlotte Landru-Chandès