Igor Stravinsky
Igor Stravinsky
Igor Stravinsky ©Getty - Erich Auerbach
Igor Stravinsky ©Getty - Erich Auerbach
Igor Stravinsky ©Getty - Erich Auerbach
Publicité
Résumé

Ce matin, Marc-Olivier Dupin nous parle de Stravinsky en Amérique et son sublime tango, composé aux Etats-Unis en 1940, qui nous amène vers des territoires instrumentaux insolites.

En savoir plus

En voici le début de la version d’origine pour piano :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour commencer la danse, toujours la danse ! Pour simplifier à l’extrême, on peut considérer que la pensée musicale de Stravinsky s’est construite sur trois des ingrédients fondamentaux de l’opéra : la vocalité, la danse et la maîtrise de l’orchestre. Dans sa jeunesse, il les a notamment découverts au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, où chantait son père. C’est là qu’ont eu lieu ses premiers émerveillements pour Tchaïkovski, Glinka et bien d’autres compositeurs russes. C’est là, à huit ans qu’il aurait découvert la Belle au Bois dormant…

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Après, c’est l’aventure des Ballets Russes, Paris et en 1940, Hollywood. Il semble que ce soit pour des raisons d’argent, qu’il compose ce tango.

Ensuite, l’innovation dans son orchestration pour petites formations. Quelques années après la création pour piano, Stravinsky réalise de ce tango une instrumentation pour un ensemble insolite de 19 instruments : 5 clarinettes, trompettes, trombones, guitare et 6 instruments à cordes.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Or, Stravinsky sait écrire pour grand orchestre quasiment dès ses débuts à la composition. L’Oiseau de Feu, Pétrouchka et le Sacre du Printemps en sont les plus extraordinaires exemples. Mais il aime aussi partir à la recherche d’innovations singulières avec des combinaisons d’instruments inhabituelles : comme L’Histoire du Soldat ou le merveilleux et moins connu Ragtime pour 11 instruments dont voici les premières notes :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Et pour finir, la troisième idée, de Stravinsky à Boulez : l’intérêt pour les instruments à plectre, à cordes pincées ou frappées, telles que guitares, mandolines, cymbalum… Ces couleurs de timbre auront une grande influence chez Pierre Boulez. En voici un exemple dans Éclat, un chef-d’œuvre que je ne manque jamais d’évoquer dès que je le peux… En voici un court extrait dans lequel se mélangent les sons de guitare, mandoline cymbalum, harpe percussions et piano.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Marc-Olivier Dupin
Marc-Olivier Dupin