Publicité

" Pour la main gauche " d'Etienne Barilier - Sélection du Prix du Livre France Musique-Claude Samuel 2022

" Pour la main gauche - Histoire d'un piano singulier " d'Etienne Barilier. Premières Loges
" Pour la main gauche - Histoire d'un piano singulier " d'Etienne Barilier. Premières Loges

Sélectionné pour le Prix du Livre France Musique-Claude Samuel 2022, " Pour la main gauche - Histoire d'un piano singulier " d'Etienne Barilier est publié chez Premières Loges. 

Le Prix du Livre France Musique-Claude Samuel a retenu cet ouvrage pour La Sélection 2022 : 

Le livre

Pour la main gauche comble une lacune : aucune étude de ce répertoire pour piano si spécifique n’existait à ce jour en français. L’auteur l’aborde sous un angle à la fois historique, musical et esthétique : tout en scrutant les défis techniques propres à ces partitions souvent virtuoses, il inscrit ces œuvres pour piano « amputé » dans l’histoire douloureuse des deux guerres mondiales, ou les met en rapport avec le drame des pianistes victimes de dystonie focale. Outre le fameux Concerto pour la main gauche de Maurice Ravel, il permet de (re)découvrir un répertoire vaste et méconnu : Prokofiev, Scriabine, Britten, etc.
Des tentatives du XIXe siècle jusqu’aux créations contemporaines, ce livre raconte l’histoire d’une forme musicale singulière et, en filigrane, celle de l’instrument piano, que les plus sévères contraintes ne peuvent réduire au silence.

Publicité

L'auteur 

Étienne Barilier est l’auteur d’une cinquantaine d’ouvrages, plusieurs fois primés – notamment Le Dixième Ciel (Prix des auditeurs de la RTSR), Contre le nouvel obscurantisme (Prix européen de l’essai) ou L’Énigme (Prix Dentan). Trois de ses essais (Alban Berg, B-A-C-H et Exil et musique) sont consacrés à la musique, également très présente dans ses romans. Le dernier d’entre eux, publié en mars 2021, s’intitule À la recherche de Vinteuil (Phébus).

3 question à Etienne Barilier :

  • Quelle est la place de cet ouvrage dans votre carrière ?

La musique habite la plupart de mes romans et beaucoup de mes essais. J’ai écrit un livre sur Alban Berg, un autre sur le thème B-A-C-H dans l’histoire de la musique (de Bach lui-même à Pierre Boulez en passant par Beethoven, Schumann, Liszt et beaucoup d’autres). Plus récemment, j’ai publié Exil et musique, dans lequel j’essaie de mesurer les conséquences de l’exil sur la création des compositeurs, notamment celle de Schönberg ou Stravinsky ; donc de rendre sensibles les rapports violents et féconds que l’histoire de la musique entretient avec l’Histoire tout court. Pour la main gauche procède d’une intention semblable.

  • Qu’avez-vous cherché à montrer avec cet ouvrage ?

Si des compositeurs ont écrit pour la seule main gauche du piano, ce fut parfois pour conquérir à la virtuosité de nouveaux territoires. Mais ce fut surtout, au xxe siècle, pour permettre à des pianistes invalides de guerre de ne pas renoncer à leur vocation ; puis, jusqu’à nos jours, pour atténuer le malheur de la dystonie focale. La contrainte et la douleur sont génératrices de résilience chez les pianistes et, parfois, de chefs-d’œuvre chez les compositeurs (Ravel, Prokofiev, Brahms, Britten). C’est cet univers de souffrances et de victoires que j’ai voulu faire vivre.

Quels sont vos prochains projets ?

Dans le domaine de l’essai musical, je voudrais écrire un ouvrage qui s’intitulerait Après Chopin : ce compositeur inclassable a laissé dans l’histoire de la musique une marque profonde mais subtile, chez des musiciens très divers, aussi bien les grands Russes du début du xxe siècle que Debussy, Ravel ou Fauré, mais également, de manière plus mystérieuse, Richard Wagner. Comprendre ou du moins pressentir tout ce que ces compositeurs lui doivent, ce serait peut-être approcher d’un peu plus près le génie insaisissable de sa musique.

Pour écouter Relax ! de Lionel Esparza avec Etienne Barilier, c'est ici