Publicité

Stephen Sondheim, légende de la comédie musicale américaine, est mort

Stephen Sondheim, parolier et compositeur de grandes comédies musicales, est mort à l'âge de 91 ans.
Stephen Sondheim, parolier et compositeur de grandes comédies musicales, est mort à l'âge de 91 ans.
© Getty - Douglas Elbinger

Parolier de West Side Story, et compositeur de quelques-unes des plus grandes comédies musicales américaines, telles que Follies, A Little Night Music et Sweeney Todd, Stephen Sondheim s'est éteint à l'âge de 91 ans.

C'était la dernière légende vivante de la comédie musicale américaine. Stephen Sondheim est mort vendredi 26 novembre, à l'âge de 91 ans. Le compositeur, et parolier de West Side Story, s'est éteint soudainement chez lui, à Roxbury, dans le Connecticut. La veille, il avait célébré Thankgiving en compagnie de quelques amis.

Lauréat d'innombrables prix, dont huit Grammy Awards, huit Tony Awards, un Oscar (celui de la meilleure chanson originale, "Sooner or Later (I Always Get My Man)" pour le film Dick Tracy en 1991) et un Prix Pulitzer, Sondheim est considéré comme l'un des plus grands compositeurs de l'histoire de la comédie musicale. La plupart de ses œuvres ont été créées à Broadway, de Gypsy, en 1959, à Sunday in the Park with George, en 1984 - en passant par Company (1970), Follies (1971), A Little Night Music (1973), ou encore Sweeney Todd (1979).

Publicité

En savoir plus : Joyeux Anniversaire , Stephen Sondheim ! "Company" en concert

De la comédie musicale au cinéma

Stephen Sondheim est né à New York le 22 mars 1930 : son père est couturier, sa mère styliste modéliste et décoratrice d'intérieur. Les parents se séparent alors que l'enfant n'a que 10 ans. En se liant d'amitié avec James Hammerstein, le jeune garçon fait l'une des rencontres décisives de sa vie, car le père de James n'est autre qu'Oscar Hammerstein II, l'un des librettistes les plus fameux du musical américain. Avec Jerome Kern, il a signé Showboat, et avec Richard Rodgers, Hammerstein entamera une longue et glorieuse collaboration dont naîtront, entre autres, des titres comme Carrousel !, The King and I ou encore Sound of music. Pour le jeune Sondheim, c'est la révélation d'un univers. Plus tard, il témoignera : "Oscar Hammerstein m’a appris à considérer les chansons comme des pièces de théâtre en un acte, avec des prémices, un développement, une conclusion. »

Laurent Valière, producteur de 42e Rue sur France Musique, et auteur de 42e Rue, La Grande histoire des comédies musicales (Marabout/France Musique), connaît parfaitement l'œuvre de Stephen Sondheim, et l'avait rencontré chez lui à New York : "Fanatique de cinéma, il s’ennuyait à l’opéra. Elève de Milton Babbitt, il avait étudié la musique sérielle. Féru de mathématique, il était aussi bien à l’aise dans la composition de musiques sophistiquées que de paroles spirituelles. Il adorait faire des mots croisés et les jeux d’échecs. D'ailleurs, un immense échiquier trônait dans le salon de sa maison à 3 étages située sur la 49e rue de New York."

En savoir plus :

Tout au long de ses études, et grâce à Hammerstein, Stephen Sondheim découvre en parallèle les plateaux et les coulisses des productions. Ses diplômes en poche, le jeune homme rejoint son père et s'installe à Hollywood. La renommée arrivera quelques années plus tard, en 1957, avec la création au Winter Garden Theatre de Broadway de West Side Story. Leonard Bernstein en a composé la musique, et le librettiste Arthur Laurents a convaincu Sondheim - qui ne voulait pas - de rejoindre le projet pour en écrire les paroles (lyrics). Sur l'affiche, et malgré le succès bientôt planétaire de cette comédie musicale, le nom de Sondheim peine encore à briller - dans l'ombre de celui de Bernstein, qui reconnaîtra plus tard le jeune homme comme son alter ego : un futur compositeur de nombreux chefs-d'œuvre.

À lire : West Side Story : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’œuvre de Bernstein

C'est précisément la création de Company, au Alvin Theatre de Broadway en 1970, qui marque les débuts de la carrière glorieuse de Stephen Sondheim en tant que compositeur. Cinq Tony Awards récompensent le spectacle, auquel vont succéder, tout au long des années 1970 et 1980 les titres les plus importants de Sondheim : Follies (1971), A Little NIght Music (1973), Pacific Overtures (1976), Sweeney Todd, the Demon Barber of Fleet Street (1979), Sunday in the Park with George (1984), et Into the Woods (1987). Suivront enfin Assassins, créé en 1991 et Passion, sa dernière œuvre pour la scène (1994).

Le style Sondheim, profonde et singulière originalité

Laurent Valière nous éclaire : "Stephen Sondheim a montré que n’importe quelle histoire sérieuse pouvait être traitée dans le genre de la comédie musicale : les réflexions d’un célibataire dans Company, le statut d’artiste dans Sunday in the Park with George, une pièce grand guignol sanglante dans Sweeney Todd, un conte de fées revisité dans Into the Woods. Il avait créé le renouveau de l’opéra".

En France, c'est à Jean-Luc Choplin que l'on doit la découverte et la renommée tardives de Stephen Sondheim. À la tête du Théâtre du Châtelet, Choplin révèle au public parisien cinq ouvrages majeurs du compositeur américain, montés dans de magnifiques productions et avec orchestre en fosse - ce dont se réjouissait Sondheim, nostalgique d'un âge d'or de Brodway révolu, selon lui : A Little Night Music (avec Lambert Wilson), Sweeney Todd, Sunday in the Park with George, Into the Woods, et enfin Passion en 2016, avec Natalie Dessay (enregistré par France Musique). En 2020, pour les 90 ans de Sondheim, Jean-Luc Choplin est aux côtés de Laurent Valière pour une spéciale 42e Rue.

En savoir plus : Happy Birthday, Stephen Sondheim ! Avec Jean-Luc Choplin

De nombreux hommages

Depuis l'annonce de sa disparition, les hommages à Stephen Sondheim se multiplient. « Remercions le Seigneur que Sondheim ait vécu jusqu’à 91 ans et ait eu le temps d’écrire de si merveilleuses musiques et d’excellents textes ! Qu’il repose en paix », a salué Barbra Streisand, icône de la chanson, en tweetant une photo d’eux deux.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L'actrice et chanteuse américaine Patti LuPone, interprète de plusieurs de ses comédies musicales, a écrit : "Steve, je ne pourrai jamais te remercier à la hauteur des leçons apprises avec toi. Tu es le 'Gold Standard'".

L’acteur Hugh Jackman a exprimé sa gratitude au compositeur et parolier. « De temps en temps, une personne vient changer fondamentalement un genre artistique tout entier. Stephen Sondheim était de celles-là. Au moment où des millions de personnes pleurent son décès, je tiens aussi à exprimer ma reconnaissance pour tout ce qu’il m’a donné, à moi et à tant d’autres », a-t-il tweeté.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

En 2015, Barack Obama, alors président des Etats-Unis, avait attribué à Stephen Sondheim la médaille présidentielle de la Liberté, la plus haute distinction civile du pays. « Pour le dire simplement, Stephen a réinventé la comédie musicale américaine, avait dit Barack Obama. Sa musique est si belle, ses paroles si précises, que même lorsqu’il expose les imperfections de la vie quotidienne, il les transcende. »

Dimanche 28 novembre, Laurent Valière rend hommage à Stephen Sondheim dans 42e Rue - après lui avoir consacré de très nombreuses émissions tout au long des dix dernières années, et organisé pour France Musique une journée spéciale Sondheim, le 25 avril 2013.

"Il était apparu il y a encore un mois à la télévision, témoigne Laurent Valière. Il annonçait la création la saison prochaine de sa prochaine œuvre, dont il m’avait parlé à New York : l’adaptation de deux films de Luis Bunuel : Le charme discret de la bourgeoisie et L’Ange Exterminateur."

En savoir plus : "Un Cabaret Sondheim"

Voir tout le dossier consacré à Stephen Sondheim sur France Musique.