Publicité

Ukraine : la Scala de Milan adresse un ultimatum à Gergiev

Par
À 68 ans, le chef d'orchestre Valery Gergiev est un fervent soutien et ami de Vladimir Poutine.
À 68 ans, le chef d'orchestre Valery Gergiev est un fervent soutien et ami de Vladimir Poutine.
© AFP - Peter Kneffel

Valery Gergiev n’a jamais caché son amitié avec Vladimir Poutine, le président russe à l’origine de l’invasion de l’Ukraine. Quelques heures après l’attaque contre Kiev, le maestro russe est sommé de prendre position pour la paix.

L’attaque de la Russie contre son voisin ukrainien fait beaucoup de bruit. Le retentissement de cette déclaration de guerre contre l’Ukraine n’a pas tardé à avoir des effets dans le monde de la musique. C’est le cas au théâtre de la Scala de Milan, en Italie. Ce jeudi, le maire de la ville, Beppe Sala, a exprimé son soutien à l’Ukraine et ses habitants. Il en appelle également à Valery Gergiev, actuellement à la direction dans l’institution milanaise, d’en faire de même.

« Nous avons à la Scala La Dame de Pique de Tchaïkovski dirigée par le maestro Valery Gergiev, qui a déclaré à plusieurs reprises sa proximité avec Poutine, indique Beppe Sala. Avec le Surintendant du théâtre, nous lui demandons de prendre une position précise contre cette invasion et s’il ne le fait pas, nous serons obligés de renoncer à notre collaboration. » Il faut dire que Gergiev est un ami et soutien affirmé du président Poutine, avec lequel il s’entretient régulièrement. Mais « face à cette situation, nous devons intervenir », a martelé le maire de Milan. Alors, Beppe Sala, qui est également président de la Fondation Teatro alla Scala, envoie un conseil très clair au maestro : faire une déclaration dans laquelle il espère une résolution pacifique du conflit opposant la Russie et l’Ukraine.

Publicité

Un appel unanime pour la paix

Un message sur lequel Narrareno Carusi, le représentant de la région Lombardie au conseil d’administration de la Scala, insiste aussi. « Gergiev doit prendre immédiatement ses distances avec son ami Poutine ; sinon, génie ou pas, il devra partir. » D’après le quotidien italien La Repubblica, les syndicats de la prestigieuse institution (FISTel CISL Milano Metropoli et FISTel CISL Teatro alla Scala) s’en mêlent également et exhortent Gergiev, « homme de culture et, nous l’espérons, un homme de paix », à envoyer « un message d’espoir et de paix à l’Italie et au monde depuis une scène aussi importante que la Scala ».

L’invasion de l’Ukraine, décidée par Vladimir Poutine, intervient quelques heures seulement après la première de La Dame de Pique, du compositeur russe Tchaïkovski à la Scala de Milan. Selon nos confères de La Repubblica, le chef russe Gergiev a été hué et invectivé par des spectateurs à son entrée sur scène. « Un "va-t'en" crié depuis la tribune a accueilli le maestro », raconte le journal italien. Le journaliste indique néanmoins que la soirée s’est terminée sous les applaudissements d’un public conquis par la musique, le chef d’orchestre, ainsi que pour les solistes Julia Gertseva dans le rôle de la Comtesse, Alexey Markov en Prince Yeletsky et Asmik Grigorian, en Liza.

Vers un boycott de Gergiev ?

Cependant, le succès sera peut-être de courte durée pour Valery Gergiev. Si le Tsar, comme il est surnommé en raison de sa proximité avec Poutine, refuse de condamner l’intervention militaire russe en Ukraine, il sera remplacé. Un autre chef prendrait alors sa place pour les prochaines représentations prévues du 5 au 13 mars. Un ultimatum qui dépasse même Milan et l’Italie. Car le maestro est appelé à se produire ces prochains jours au Carnegie Hall, à New-York. Sur son blog dédié à la musique classique et l’opéra, Norman Lebrecht a appelé à l’annulation de tous les concerts de Gergiev.

À cette heure, Valery Gergiev ne s’est pas encore prononcé sur l’invasion russe en Ukraine lancé par son ami Vladimir Poutine. Directeur général du prestigieux Théâtre Mariinsky de Saint Pétersbourg, Valery Gergiev, 68 ans, est l'un des chefs d’orchestre les plus sollicités au monde. Sa proximité avec Poutine, qu'il connaît depuis 1992, ses déclarations sur l'annexion de la Crimée ou les "Pussy Riot", des concerts en Ossétie du sud bombardée et à Palmyre aux côtés de l'armée syrienne, lui ont valu maintes polémiques cette dernière décennie.