Publicité

Un violoncelle interdit de vol parce qu’il voyageait “sans visa”

Par
© Middlebrook/CSM/REX/Shutterstock
© Middlebrook/CSM/REX/Shutterstock

La compagnie aérienne British Airways a empêché une violoncelliste de monter à bord de l’un de ses avions parce que son instrument n’avait pas de visa.

« Je conseille à tous les musiciens d’éviter * British Airways. Je ne volerai plus jamais avec eux* ». On imagine la stupeur de la violoncelliste Jane Bevan lorsqu’elle apprit qu’elle ne pouvait pas voyager avec son instrument… parce que celui-ci n’avait pas de visa. La musicienne, qui devait effectuer un vol Zurich - Baltimore, avait réservé un siège pour son violoncelle et prévenu la compagnie en amont. Mais une fois sur place, le personnel de *British Airways * a refusé de prendre l’instrument à bord : « Ils m’ont dit que la réservation en ligne avait été enregistrée pour un passager, et non pour un violoncelle ». Et face à l’absence de visa pour l’instrument, il a été demandé à Jane Bevan de réserver un autre vol, pour un montant de plus de 4 000 dollars : « ils ne m’ont offert ni remboursement, ni aucune compensation ».

Ce n’est pas la première fois que la compagnie britannique s’illustre auprès des musiciens. En juin dernier, la musicienne Cecilia Bernardini n’a pas été autorisée à emporter avec elle l’étui de son violon, et a été contrainte de voyager de Londres à Amsterdam avec son instrument du XVIIIe siècle sur les genoux. Suite à cet incident - et de nombreux précédents - la violoniste **Paula Muldoon ** a lancé une pétition sur change.org pour que *British Airways * clarifie et modifie son réglement sur les instruments à bord de ses appareils. Au moment où nous écrivons ces lignes, cette dernière a atteint les 5776 signatures.

Publicité

** Sur le même thème **