Publicité

VIDEO - Frédéric Lodéon, au service de la musique classique

Par
Lodéon
Lodéon
© Getty

Violoncelliste virtuose, chef d’orchestre, homme des médias, Frédéric Lodéon subjugue par son goût de la transmission. Sans perdre haleine, il partage auprès de son public son amour de la musique classique pendant plus de 50 ans.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Soliste de renom

Poussé par ses parents, Frédéric Lodéon commence la musique à l'âge de huit ans. Timide, sa mère lui souffle que le violoncelle « serait assez gros pour le protéger ». Ironiquement, sa rencontre avec cet instrument le propulse sous le feu des projecteurs.
À quinze ans, il arrête ses études pour entrer au Conservatoire de Paris, devenant au fur et à mesure un soliste de renom.  Sa virtuosité est telle qu’en 1977, il remporte le premier prix du Concours de violoncelle Rostropovitch, c'est le seul français à obtenir ce titre. Mstislav Rostropovitch devient son mentor, l’accompagnant au fil de sa carrière.

J’en avais assez de vingt ans de solitude. - Frédéric Lodéon

Publicité

Après un accident en 1984, il se foule le poignet. Il est alors contraint d’annuler des concerts qu’il devait jouer sur le Norway. Pour compenser on lui propose de diriger l’orchestre du bateau. Sa carrière prend un tout autre tournant : il met fin à sa carrière de soliste, pesé par la solitude liée à cette profession.

Homme des médias

C’est par le violoncelle que l’homme découvre les médias. Jacques Chancel, séduit par sa personnalité et son talent, l’invite une quinzaine de fois sur le plateau du “Grand Échiquier”. Conquis, il lui propose même de diriger l’émission “Musique, Maestro !”.

Dans les médias, Frédéric Lodéon réussit à conjuguer son amour pour la musique et sa passion pour transmission.  Pédagogue, il regorge d’anecdotes sur la musique classique qu’il partage à son public. Pierre Bouteiller ne tarde pas à le repérer, et lui permet d’intégrer France Inter en 1992 pour animer l’émission “Carrefour de Lodéon”.  En 2014, l’émission passe à France Musique. Au micro, sa passion est communicative, il arrive à séduire un public large. Après 28 ans à diriger cette émission, il tisse un réel lien avec les auditeurs, devenant au fur et à mesure l’une des figures les plus emblématiques de la musique classique française.